La CCI plaide pour un accès « facilité » des PME aux marchés du Grand Paris

La Chambre de commerce Paris Ile-de-France poursuit son plaidoyer pour l’accès des PME aux marchés publics, cette fois-ci auprès des maîtres d’ouvrage publics et des fédérations professionnelles impliqués dans les chantiers du Grand Paris.

Dans le cadre de ses préconisations sur la transposition des directives marchés publics, la CCI régionale insistait en janvier sur la nécessité d’ouvrir la commande publique aux PME, en généralisant par exemple le principe d’allotissement (fractionnement d’un marché en plusieurs sous-ensembles). Une recommandation adressée également aux acteurs du Grand Paris, a-t-elle annoncé le 13 avril 2015. « Vu le montant des investissements prévus et leur concentration dans le temps, il semble nécessaire de faire un effort collectif supplémentaire pour faciliter l’accès des PME aux marchés publics, estime Etienne Guyot, directeur général de la CCI. Les donneurs d’ordre ont une responsabilité éminente à ce sujet et la Chambre est naturellement prête à travailler avec eux. »

Etienne Guyot, DG de la CCI Paris Ile-de-France.

Etienne Guyot, DG de la CCI Paris Ile-de-France.

La chambre de commerce a donc rencontré les différents maîtres d’ouvrage impliqués dans le projet dont la Société du Grand Paris, la RATP, le Stif, les collectivités, les aménageurs, etc. pour les sensibiliser sur cette question. De même, les fédérations professionnelles comme la FNTP, la Fnaim, le Syntec, la Fnade, la FIEEC, etc. ont été contactées afin de « voir comment avancer ensemble pour que le maximum d’entreprises ait accès aux marchés du Grand Paris », indique Etienne Guyot. L’idée d’une charte fixant des règles approuvées collectivement, « afin de trouver le bon équilibre », est avancée par la CCIP.

Une des pistes principales est de favoriser l’allotissement qui « permet à plus de PME de bénéficier de commandes publiques, ce qui conduit à des prix plus bas et une émulation entre entreprises », remarque le directeur général. Ce dernier évoque aussi la possibilité, prévue par l’ordonnance transposant les directives sur les marchés, de limiter le nombre de lots attribués à une même entreprise. « Il est indispensable que les entreprises concernées dans les secteurs de l’ingénierie, la construction, du bâtiment et travaux publics, des industries ferroviaires, des équipements numériques, de l’énergie, du tourisme, du commerce, etc. puissent, au maximum, participer aux chantiers », insiste la chambre.

Sur le même sujet

Fiche institution

Top