Prospective : les grands chantiers de l’année

Réforme institutionnelle, mobilité, aménagement, services urbains : l’agenda de 2018 en quelques dates-clés.

Dans sa déclaration à la presse à l’issue du séminaire gouvernemental du 3 janvier, le Premier ministre Edouard Philippe a indiqué que les décisions relatives au Grand Paris express seraient annoncées « d’ici mi-janvier ».

Institutions

« Les discussions se poursuivent sur le Grand Paris et le président les conclura au cours du mois de février », a-t-il également indiqué. Dressant l’agenda gouvernemental du premier semestre, Edouard Philippe a également rappelé la présentation à venir en Conseil des ministres des projets de loi logement et mobilités.
Selon nos informations sur le Grand Paris express, l’Etat s’engagera à bâtir le réseau dans son intégralité (lignes 15, 16, 17 et 18), le calendrier de certaines lignes étant a priori légèrement reporté. Concernant le volet institutionnel, le secret sur les intentions d’Emmanuel Macron demeure bien gardé à ce jour.

Edouard Philippe lors de la dernière conférence des villes. © Jgp

A la suite des engagements présidentiels de campagne de suppression des départements là où des métropoles d’ampleur existent, différents scénarios circulent, plus ou moins spéculatifs, variant selon que l’on attribue les compétences et les ressources des conseils départementaux majoritairement au bloc communal, à la métropole ou à la Région. Dans un jeu qui s’apparente parfois à la recherche du maillon faible, la question est également de savoir qui, de la métropole ou de ses établissements publics territoriaux (EPT), sortira gagnant du grand soir institutionnel annoncé.

La Région, qui souhaite effacer la métropole à son profit, devrait être également fixée sur ce point à cette occasion. Le cas singulier de Paris, qui a fusionné l’an dernier les compétences du département et de la ville au sein d’une seule et même collectivité à statut particulier, tout comme la taille de la Capitale dans l’architecture institutionnelle francilienne compliquent sensiblement la donne.

Aménagement

11 janvier – Hôtel de l’Artillerie (Paris). Sciences Po annoncera le nom de l’équipe retenue, sur les quatre groupements en lice, pour réhabiliter l’hôtel de l’Artillerie (7e arr.) en vue d’y implanter son nouveau campus (200 millions d’euros d’investissement). Aux côtés des majors de la promotion immobilière (Eiffage, Icade, Sogelym Dixence et Vinci immobilier) figurent des grands noms de l’architecture tels que Wilmotte, Kengo Kuma ou encore Snøhetta.

Mi-janvier – ZAC de la Haute-Maison et des Hauts-de-Nesles (Seine-et-Marne). Epamarne annoncera, mi-janvier, le groupement retenu pour l’aménagement des ZAC de la Haute-Maison et des Hauts-de-Nesles, un nouveau quartier totalisant 840 000 m2 à construire autour de la future gare du Grand Paris express à Champs-sur-Marne. Trois équipes sont en lice : l’Agence TER, Anyoji Beltrando et Germe&Jam.

Début 2018 – Gare de Lyon-Daumesnil (Paris). Lancement début 2018 des travaux et de la commercialisation des programmes prévus sur le site ferroviaire de la gare de Lyon-Daumesnil (12e arr.) à savoir 90 000 m2 dont la moitié de tertiaire, 650 logements, des commerces de proximité, une école, une crèche et un parc d’un ha. Cet aménagement se fera dans le cadre d’un PUP (projet urbain partenarial) pour financer les équipements publics.

1er trimestre – Saint-Vincent de Paul (Paris). Les travaux de démolition de la chaufferie et du bâtiment « Petit » débuteront au cours du 1er trimestre sur la ZAC de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul (14e arr). Une 2e phase d’occupation temporaire (Grands Voisins 2) sera engagée sur un périmètre réduit par rapport à la 1re. Paris Batignolles aménagement lancera mi-2018 les commercialisations de quatre lots (Lelong, Chaufferie, Petit et Pinard) où sont prévus des programmes de logements.

Sauna hivernal aux Grands voisins, en décembre 2017. © Jgp

1er trimestre – Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). La société du Grand Paris annoncera, au cours du 1er trimestre, le lauréat de la consultation pour la réalisation du projet immobilier connexe à la future gare du Grand Paris express d’Aulnay-sous-Bois. Le projet prévoit, sur deux îlots, 20 000 m2 de logements, services et commerces. Une autre consultation sera lancée pour réaliser un écoquartier mixte de 30 000 m2 autour de la gare d’Arcueil-Cachan (Val-de-Marne).

1er trimestre – Grigny (Essonne). Poursuite de la mise en œuvre de l’opération de requalification des copropriétés dégradées de Grigny 2 qui concerne 5 000 logements. Plus de 200 acquisitions sont prévues en 2018, a annoncé l’EPF Ile-de-France. Après des travaux d’individualisation des réseaux d’eau et de chauffage (10,1 millions d’euros) et de sécurité incendie (2 millions), l’EPF mène des études pour définir un projet urbain à horizon de cinq à dix ans.

1er trimestre. « Réinventer Paris II ». Première sélection des candidats à l’appel à projets « Réinventer Paris II – Les dessous de Paris ». En effet, la plupart des 34 sites sont souterrains (tunnels, stations inutilisées, parkings, réservoirs) afin de « révéler toutes leurs possibilités et de les faire connaître ». Les candidats auront jusqu’à mai pour déposer leur offre. L’annonce des résultats est prévue à l’automne.

Jean-Louis Missika

Jean-Louis Missika annoncera au printemps une première sélection des candidats retenus dans le cadre de « Réinventer Paris 2 ». © JGP

Mars – « Réinventer Paris ». La construction de deux des 22 projets lauréats de Réinventer Paris débutera en mars, à savoir Edison Lite (13e) conçu par Manuelle Gautrand et porté par le promoteur Loftissime, et Bains douches Castagnary (15e) de Red architecte et AHA. Six autres projets dont les permis de construire sont purgés devraient être lancés dans l’année : Hôtel de Coulanges (4e), Morland (4e), Bucherie (5e), Bessières (17e), Ourcq-Jaurès (19e) et Buzenval (20e). Cinq permis sont en cours d’instruction : Ancien conservatoire (13e), Italie (13e), Pershing (17e), Ternes-Villiers (17e) et Ordener (18e).

Juin – L’Ile-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Mise en service en juin de la 1re des 2 centrales de mobilité de l’écoquartier de L’Ile-Saint-Denis sur lequel la circulation automobile sera interdite (1 000 logements, 50 000 m² de locaux d’activités). Conçue par l’agence K Architectures, elle regroupera les places de parking, des services de mobilité (autopartage, etc.), des bornes de vélos en libre-service, des espaces de livraison ou encore des bornes de recharge pour véhicules électriques.

Perspective de la première centrale de mobilité du futur écoquartier de L’Ile-de-Saint-Denis. ©KA Architectures

Mi-2018 – Ordener-Poissonniers (Paris). Désignation mi-2018 du promoteur lauréat de la consultation pour l’urbanisation du site ferroviaire d’Ordener-Poissonniers (18e arr), aménagé par Espaces ferroviaires avec l’urbaniste Saison menu et le paysagiste TN+. 70 000 m2 de constructions neuves sont prévues sur ce 1er quartier bas carbone de Paris. Quatre opérateurs ont été sélectionnés : BNP Paribas Real Estate avec Promicea-Woodeum, Compagnie de Phalsbourg avec Rei et Hertel investissement, Emerige avec Ogic, et Icade avec Habitat et humanisme.

Mi-2018. Réau et Cesson (Seine-et-Marne). Deux nouvelles ZAC vont être créées mi-2018 par l’EPA Sénart sur le territoire de Grand Paris Sud – Seine Essonne Sénart aménagé par l’établissement public. A Réau, la ZAC des Prés Neufs comptera 735 logements, des commerces et des services. Pour redensifier son centre-ville, Cesson prépare une opération de renouvellement urbain dans le cadre d’une ZAC en construisant près de 400 logements et des commerces sur 4,5 ha.

Courant 2018 – Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). La 1re des 3 phases de logements sera lancée courant 2018 sur la ZAC des Bas Heurts aménagée par la SPL d’aménagement la Socaren. L’opération, qui se prolongera jusqu’en 2022, totalisera de 700 à 900 logements (30 % de sociaux) qui seront réalisés en sept à huit îlots. Elle comprendra également des équipements publics (crèche, maison pour tous) et de loisirs, des espaces publics dont un parc, ainsi que des commerces de proximité en pied d’immeuble.

Les travaux du futur écoquartier mixte (213 000 m2 de logements, commerces et activité tertiaire) qui s’implantera à l’emplacement de l’Ecole centrale Paris, commenceront en 2018. © Jgp

Courant 2018 – Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine). Début des travaux du futur écoquartier mixte (213 000 m2 de logements, commerces et activité tertiaire) qui s’implantera à l’emplacement de l’Ecole centrale Paris, délocalisée à Saclay au cours du 1er trimestre 2018. L’acquisition du terrain en octobre 2017, par la ville et l’aménageur Eiffage aménagement, a été rendue possible par la création d’une Semop (Société d’économie mixte à opération unique) dont Eiffage aménagement est l’actionnaire principal.

Courant 2018 – Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). La Ville lancera, dans le courant de l’année, les travaux de reconquête de l’avenue Charles de Gaulle. Ce projet de 50 millions d’euros a été confié au groupement composé du paysagiste-urbaniste lyonnais Ilex (mandataire) avec Dumetier design, Sogeti, Oasiis, Ceryx et Objectif ville. Il consiste notamment à transformer les trottoirs en promenade et « salons urbains », créer une piste cyclable, réaménager deux places et construire un parking souterrain de 450 places.

Services urbains

Début 2018 – Déchets. Poursuite des travaux de remplacement des trois lignes de traitement des fumées de l’usine d’incinération des ordures ménagères (UIOM) du Syctom (Agence métropolitaine des déchets ménagers) à Saint-Ouen, soit un investissement de près de 90 millions d’euros. Tout en maintenant l’activité de l’usine, démarrage des travaux pour sa requalification architecturale imaginée par Bernard Reichen (90 millions d’euros d’investissement également).

Début 2018 – Assainissement. Lancement, par le Siaap (Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne), des études préalables à deux projets devant permettre la baignade dans la Seine et la Marne à l’horizon 2024 : un équipement de désinfection de l’eau à la sortie de l’usine Seine-Amont à Valenton (Val-de-Marne), avec des tests de pilotes grandeur nature à l’été 2018 (de 5 à 60 millions d’euros d’investissement, selon les choix techniques), et la réalisation d’un émissaire d’alimentation entre Athis-Mons (Essonne) et Valenton permettant également le stockage des eaux usées par temps de pluie (un investissement de 250 millions d’euros).

Avril – Déchets. Validation par le Syctom du programme de son nouveau centre de Romainville/Bobigny et lancement d’une procédure de consultation en vue de l’attribution d’un ou plusieurs marchés pour la réalisation de l’opération prévue fin 2019 (260 à 290 millions d’euros).

Avril – Eau potable. Fin des travaux de dévoiement des canalisations du Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif) liés au tramway T9 Paris-Orly (34,89 millions d’euros au total, dont 12,85 millions d’euros en 2018). Les travaux liés au Grand Paris des transports (Grand Paris express et tramways) impactent le budget 2018 du Sedif à hauteur de 16 % (soit 20,19 millions d’euros HT sur 131,0 millions d’euros HT). Parmi les autres chantiers prévus par le Sedif en 2018 : la poursuite de la refonte de la station d’Antony (8,94 millions d’euros), le début des travaux de rénovation de la station de pompage de Montreuil (6,56 millions d’euros) ou encore la poursuite des travaux de bouclage entre Palaiseau et Saclay (30,11 millions d’euros) pour une fin des travaux prévue en 2020.

Fontaine d’eau de Paris. © Jean-Marie Gurliat

Juillet – Eau potable. Début de la modernisation de l’usine d’Orly d’Eau de Paris qui fournit environ 25 % de l’eau distribuée dans la Capitale, avec la création d’une filière de traitement modulable, en parallèle de la filière existante, notamment pour mieux traiter les substances émergentes tels les résidus médicamenteux (33 millions d’euros investis).

Eté – Déchets. Délivrance du permis de construire pour la nouvelle usine d’incinération et de valorisation organique des ordures ménagères d’Ivry/Paris XIII du Syctom, et démarrage des premiers travaux pour la construction de la nouvelle unité jusqu’en 2022, avant la déconstruction de l’ancienne (un investissement total de 900 millions d’euros).

Courant 2018 – Electricité. RTE continue ses travaux pour renforcer le réseau francilien et fiabiliser l’alimentation de la région. 180 millions d’euros vont être investis à ce titre en 2018. L’opérateur prévoit notamment de préparer l’arrivée du Grand Paris express et l’insertion de postes électriques compacts en zone urbaine à Billancourt et Robinson.

Novembre – Eau potable. Déploiement des nouveaux compteurs intelligents d’Eau de Paris ( 90 000 compteurs statiques de technologie radio ouverte). Ce marché de renouvellement du parc de compteurs, d’un montant de 30 millions d’euros, a été attribué à Suez en 2017.

Décembre – Déchets. Fin des travaux d’adaptation du Centre intégré de traitement des déchets (CITD) du Siredom, Agence sud francilienne pour l’énergie, les déchets et l’environnement, à Vert-le-Grand (Essonne), en vue de fournir de la chaleur (160 GWh) au réseau urbain d’Evry à compter de janvier 2019 : un investissement de plus de 11 millions d’euros.

Transports

Janvier. Nouveau Vélib’. Malgré un léger retard, les nouveaux Vélib’ – dont certains à assistance électrique – sont disponibles depuis le 1er janvier, mais seules 81 stations ont déjà été installées, sur les 600 qui devaient être prêtes au tournant de l’année. Smoovengo promet d’installer environ 80 stations par semaine d’ici au printemps pour arriver au total prévu (1 400 stations et 20 000 Vélib’) au 31 mars.

Des Vélib’ prêts à prendre du service… avec un peu de retard. ©Jgp

Janvier. Navigo jour. Le Navigo jour est un forfait qui permettra de voyager de manière illimitée à l’intérieur des zones tarifaires choisies au préalable, et ce pendant toute une journée. Applicable dès le 1er janvier 2018, les tarifs de ce nouveau forfait seront de 7,50 euros pour deux zones et de 10 euros pour trois zones.

Février. Premier tunnelier de la 15 sud. Le 3 février auront lieu, à Champigny-sur-Marne, le baptême et le lancement du premier tunnelier du Grand Paris express, sur la ligne 15 sud. Fabriqué dans l’usine Herrenknecht de Schwanau (Allemagne), ce train-usine, qui mesure plus de 100 m de long et 10 m de large, progressera au rythme de 12 m par jour. La Société du Grand Paris organise à cette occasion un rassemblement festif, baptisé KM3, auquel participera une vingtaine d’artistes et de créateurs.

Courant 2018. Prolongement du T3. Le tramway T3 continue progressivement son tour de Paris. Fin 2018 doit être mis en service un nouveau tronçon de 4,3 km entre Porte de la Chapelle et Porte d’Asnières. Les travaux pourront ensuite débuter pour que la ligne rejoigne la Porte Dauphine.

Fin 2018. Début des travaux du CDG express. La construction de la liaison directe entre la gare de l’Est et l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle doit débuter à la fin de l’année en vue d’une mise en service fin 2023 ou début 2024. L’appel d’offres pour la désignation de l’exploitant de la ligne est en cours, tout comme la finalisation de la société de projet commune au Groupe ADP et à SNCF réseau, dont la Caisse des dépôts sera actionnaire.

Egalement à l’agenda

Janvier 2018 : Présentation d’un Programme métropolitain centres-villes vivants par la métropole du Grand Paris (MGP) qui souhaite accompagner les communes dans leurs démarches de revitalisation. Il est le fruit des travaux préparatoires d’un groupe de travail ad hoc, animé par le maire du Kremlin-Bicêtre, Jean-Marc Nicolle.

18 janvier : Après Madrid et juste avant Oslo, Paris accueillera au Pavillon de l’Arsenal des adjoints à l’urbanisme de plusieurs villes européennes qui présenteront aux promoteurs, architectes et autres investisseurs leurs sites soumis à l’appel à projets « Reinventing cities » organisé par le C40.

Mai 2018 : Signature du Pacte pour la logistique métropolitaine par les communes et territoires volontaires de la métropole du Grand Paris (MGP) et le réseau d’acteurs de la logistique constitué depuis septembre 2017. Ce pacte a été préparé par un groupe de travail « Logistique métropolitaine », copiloté par Patrick Braouezec, vice-président de la MGP délégué à la logistique métropolitaine, Jean-Michel Genestier, maire du Raincy et Jean-Bernard Bros, adjoint à la maire de Paris.

Novembre 2018 : Choix par le Bureau international des expositions (BIE) du pays hôte de l’Exposition universelle 2025, entre la France (Paris-Saclay), l’Azerbaïdjan (Bakou), le Japon (Osaka) et la Russie (Ekaterinbourg). D’une durée de six mois, l’Expo U pourrait attirer 35 millions de visiteurs.

Vue de l’esplanade du village de l’Exposition universelle à Saclay. © DR

Sur le même sujet

Top