Législatives – Hauts-de-Seine : un territoire de droite investi par LREM que la gauche rêve de reconquérir

Avec 7 circonscriptions sur 13 remportées en 2017 par LREM et 2 par le Modem, l’enjeu pour la majorité présidentielle dans les Hauts-de-Seine va consister à préserver ses positions. Mais face aux nouvelles forces en présence tant à gauche, avec des candidats Nupes dans chaque circonscription dont 4 font figure de favoris, qu’à droite, qui espère regagner des positions, des triangulaires pourraient bien sortir du 1er tour.

Avec 80,4 % des suffrages, Emmanuelle Macron a fait au second tour de la présidentielle son 2e meilleur score dans les Hauts-de-Seine, après Paris. Il faut désormais « donner la majorité à LREM à l’Assemblée nationale », convient Baï-Audrey Achidi, coordinatrice départementale du mouvement. Après avoir laminé la droite en remportant 7 circonscriptions sur 13 en 2017, LREM va-t-elle réussir à conserver ses positions ? Le parti de la majorité présidentielle est également conforté par deux circonscriptions du Modem bien ancrées, la 12e (Châtillon, Clamart et Le Plessis-Robinson) avec comme sortant Jean-Louis Bourlanges, et la 4e (Nanterre-Suresnes) où la sortante Isabelle Florennes se représente.

Porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal se représente dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine, où LREM avait élu 7 députés sur 13. ©Jgp

Si Adrien Taquet a jeté l’éponge dans la 2e circonscription (Asnières-Colombes sud), l’autre ministre élu dans les Hauts-de-Seine poursuivra l’aventure, à savoir Gabriel Attal, député de la 10e circonscription (Boulogne-Billancourt sud, Vanves, Issy-les-Moulineaux est et ouest). Tout comme Thierry Solère, conseiller à l’Elysée et élu dans la 9e (Boulogne-Billancourt). Les autres sortants LREM aussi seraient prêts à reconquérir un nouveau mandat, à savoir Céline Calvez (5e), Jacques Marilossian (7e), Jacques Maire (8e) et Lauriane Rossi (11e). En revanche Christine Hennion dans 3e (Bois-Colombes, Courbevoie-nord et sud, La Garenne-Colombes) aurait été écartée.

« Il y a une évolution dans les Hauts-de-Seine »

Si la prime au sortant offre souvent un ticket gagnant, le nouveau paysage politique pourrait changer la donne, même dans les Hauts-de-Seine. L’union des partis de la gauche peut être favorable à cette dernière dans « ce territoire compliqué pour celle-ci », reconnait Brice Gaillard, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste des Hauts-de-Seine qui souhaite que « la coalition incarne une alternative crédible pour les habitants ». De plus, « les partis de gauches ont réalisé l’un de leurs meilleurs scores au second tour de la présidentiel », souligne Brice Gaillard.

Brice Gaillard, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste des Hauts-de-Seine, est candidat Nupes dans la 13e circonscription. ©mdelmestre

En 2017, le PS avait présenté 7 candidats sur les 13 circonscriptions. Cette année, dans le cadre de la Nouvelle union populaire et écologique et sociale (Nupes), ils n’en auront que deux à leur nom, la 10e avec comme candidate Cécile Soubelet, responsable du PS à Issy-les-Moulineaux et la 13e (Antony, Bourg-la-Reine, Châtenay, Sceaux) attribuée à Brice Gaillard. Le Pôle écologiste présentera de son côté trois candidats du parti EELV dans les 2e, 4e et 9e circonscriptions. A ce stade, seule Pauline Rapilly-Ferniot, conseillère municipale d’opposition à Boulogne-Billancourt, a été investie dans la 9e, les autres sont en discussion. « C’est une circonscription difficilement gagnable, mais Pauline Rapilly-Ferniot, jeune et dynamique, fera très certainement une bonne campagne et un bon score », anticipe Roderic Aarse, secrétaire régional EELV Ile-de-France.

Cependant, la campagne ne devrait pas être un long fleuve tranquille avec sur le terrain des candidats qui étaient par le passé opposés, notamment le PC et LFI. Mais la gauche veut croire à ses chances après avoir reconquis deux villes aux municipales de 2020, Châtillon (Nadège Azzaz – PS) et Colombes (Patrick Chaimovitch – EELV), et fait élire 5 conseillers départementaux en 2021. « Il y a une évolution dans les Hauts-de-Seine », assure Roderic Aarse, mettant en avant un « département qui vote » et anticipant de probables triangulaires.

Les 2e, 4e et 11e pourraient basculer à gauche

Avec deux députées de sensibilité de gauche, à savoir Elsa Faucillon (DGR) dans la 1re (Colombes, Gennevilliers et Villeneuve-la-Garenne) qui se représente, et Frédérique Dumas (EELV) dans la 13e qui jette l’époque, la gauche se met à rêver d’en ravir trois autres. D’autant que Jean-Luc Mélenchon a fait des scores honorables dans les Hauts-de-Seine, avec le plus faible (13,83 %) dans la 9e circonscription.

Dans la 2e circonscription, Elsa Faucillon a de forte chance de conserver son siège.

Parmi celles qui pourraient basculer, figurent : la 2e (Asnières-Colombes sud), la 4e (Nanterre-Suresnes) et la 11e (Bagneux-Malakoff-Montrouge). Dans la 2e, Elsa Faucillon a de fortes chances de conserver son siège. Dans la 4e le jeu sera peut-être plus serré entre la sortante Modem, Isabelle Florennes, Julie Barbaux (LFI), Pierre Chassat pour le LR et Mélina Bravo pour le RN. La Nupes aurait en revanche toutes ses chances dans la 11e circonscription (Bagneux-Malakoff-Montrouge) avec deux villes communistes dont les maires, Jacqueline Belhomme à Malakoff et Marie-Hélène Amiable à Bagneux, soutenaient ardemment la candidature de Yasmine Boudjenah (PC). Mais la 1re adjointe du maire de Bagneux a dû s’incliner devant le candidat LFI Aurélien Saintoul. En 2017, ce dernier était le suppléant de Yasmine Boudjenah. Plutôt que de constituer un binôme avec l’ex-candidate, Aurélien Saintoul a choisi comme suppléante Claire Gabiache, conseillère municipale (Génération.s) de Bagneux. « La coalition laisse la possibilité à chaque candidat de faire comme il veut, mais l’idée est plutôt de constituer des binômes de même sensibilité », indique l’élu d’opposition à Montrouge. Face à lui, outre LREM et le RN représenté par Juliette Châtelain, pourrait venir une candidature de droite d’un élu de Montrouge.

Fortes tensions sur la 13e circonscription

Enfin, dans la 13e, le combat s’annonce rude pour l’ensemble des forces en présence. Faute d’avoir réussi à se présenter dans la 5e circonscription, Maud Bregeon (LREM) a atterri dans le sud du département où Philippe Laurent (UDI) a, dès début mars, annoncé sa candidature, ce qui n’arrange pas du tout les affaires de la droite.

Marie-Do Aeschlimann, candidate LR dans la 2 circonscription (Asnières-Colombes sud), a lancé sa campagne le week-end dernier.

Dans l’ancienne circonscription de Patrick Devedjian, donc plutôt LR, Henri de Beauregard qui avait été investi par LR, a renoncé à se présenter pour laisser la place au maire de Sceaux, figure politique tant locale que nationale. Pour autant, Les Républicains ne sont pas tout à fait d’accord pour renoncer à deux circonscriptions qu’ils contrôlaient, la 8e et la 13e, sans compensation en retour. Il est en effet prévu que les deux partis ne présentent qu’un candidat, soit LR, soit UDI.

La candidature de Philippe Laurent (UDI) dans la 13e circonscription, agace les Républicains.© DR

En général, 9 à 10 circonscriptions reviennent à LR et 3 ou 4 à l’UDI (lire ci-dessous). Dans certaines d’entre elles, il n’y a même pas de débat. C’est le cas de la 6e (Puteaux, Neuilly, Courbevoie) où Constance Le Grip (LR) se représente et la 2e où l’investiture a été attribuée à Marie-Do Aeschlimann, secrétaire départementale LR et vice-présidente de la région Ile-de-France. Dans la 3e également, la candidature de Philippe Juvin a été validée par la commission d’investiture des LR même si le maire de La Garenne-Colombes n’a pas voté la motion décidée en comité stratégique qui refuse les alliances avec d’autres partis. Mais dans la 13e, les Républicains s’estiment plus légitimes que l’UDI avec deux villes importantes dirigées par certains de leurs membres, Châtenay-Malabry (Carl Segaud) et Antony (Jean-Yves Senant), ce qui n’est pas le cas dans la 8e. Des discussions sont toujours en cours avec notamment Georges Siffredi le président LR des Hauts-de-Seine. Le suspense reste entier.

Sur le même sujet

Top

Centre de préférences de confidentialité

Cookies strictement nécessaires

Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Ils ne sont généralement qu'activés en réponse à des actions que vous effectuez et qui correspondent à une demande de services, comme la configuration de vos préférences de confidentialité, la connexion ou le remplissage de formulaires. Vous pouvez configurer votre navigateur pour bloquer ou être alerté de l'utilisation de ces cookies. Cependant, si cette catégorie de cookies - qui ne stocke aucune donnée personnelle - est bloquée, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

PHP - Cookie de session, gdpr[allowed_cookies], gdpr[consent_types]

Advertising

Cookies de performance

Ces cookies nous permettent de déterminer le nombre de visites et les sources du trafic sur notre site web, afin d'en mesurer et d’en améliorer les performances. Ils nous aident également à identifier les pages les plus / moins visitées et à évaluer comment les visiteurs naviguent sur le site. Toutes les informations, collectées par ces cookies, sont agrégées et donc anonymisées. Si vous n'acceptez pas cette catégorie de cookies, nous ne pourrons pas savoir quand vous avez réalisé votre visite sur notre site web.

_ga, _gat, _gid

Other