ZFE : la métropole rappelle les enjeux climatiques et de santé publique

Plusieurs élus entouraient Patrick Ollier mercredi 26 juin 2019 pour une présentation des enjeux sanitaires et climatiques qui sous-tendent la mise en place progressive d’une zone à faibles émissions (ZFE) métropolitaine, à compter du 1er juillet prochain.

Patrick Ollier, notamment entouré de Daniel Guiraud, vice-président de la métropole en charge de plan climat air énergie métropolitain, et de Ludovic Toro, président de la commission santé de la métropole, a décrit mercredi 26 juin 2019, à quelques jours de son entrée en vigueur progressive, les enjeux de la zone à faibles émissions (ZFE) métropolitaine.

Daniel Guiraud et Patrick Ollier. © Jgp

Une conférence de presse servie par l’actualité, alors que Paris subit la conjonction d’un nouveau pic de pollution et d’une canicule, et que le Haut conseil pour le climat vient de souligner dans un rapport que la France n’a toujours pas pris la mesure du changement climatique en cours.

Le maire de Rueil-Malmaison, commune qui a signé ce mercredi 26 juin 2019 l’arrêté municipal instaurant une zone à faibles émissions, a rappelé que la pollution de l’air provoquait 6 600 morts par an en Ile-de-France. Ludovic Toro, maire de Coubron, conseiller communautaire, médecin généraliste de profession et président de l’observatoire régional de la santé, a souligné l’impact de la pollution de l’air en particulier sur les enfants.

Une écologie pédagogique

Les élus métropolitains ont insisté sur le caractère progressif du dispositif, les sanctions n’étant prévues qu’à compter de 2021. A cette date, les ZFE métropolitaines et parisiennes seront en cohérence, restreignant toutes deux les véhicules classés en Crit’air 4 et 5.

Daniel Guiraud, Patrick Ollier, Ludovic Toro et Paul Mourier  © Jgp

La carte de la ZFE. ©Mgp

Patrick Ollier a regretté, compte tenu des enjeux à la fois sanitaires et climatiques, que certains continuent de sembler être « seulement préoccupés par leurs problèmes de carburateur ». Les élus métropolitains qui soutiennent majoritairement ce dispositif regrettent que certains de leurs collègues rechignent à le mettre en place, pour des raisons officielles de justice sociale, mais aussi motivés par la crainte de sanctions électorales à l’approche des municipales.

Aides pour changer de véhicule

Répondant à la principale critique de ceux qui s’opposent à cette ZFE, les élus métropolitains ont rappelé leur combat pour obtenir que les foyers les plus modestes bénéficient d’aides financières leur permettant de changer de véhicules. Ainsi le cumul des aides publiques peut atteindre 17 000 euros, et des échanges se poursuivent avec le gouvernement, afin que des dispositifs de type micro-crédit ou que des prêts à taux zéro garantis par l’Etat soient mis en place dans les meilleurs délais.

Deux sites internet www.jechangemavoiture.gouv.fr et www.primealaconversion.gouv.fr vont ouvrir pour informer le public et lui permettre de solliciter des aides. La MGP va financer par ailleurs la signalétique communale de la ZFE.

Sur le même sujet

Top