Dubaï 2020 : Brune Poirson met le pavillon français en lumière

En présence de la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire Brune Poirson, Erik Linquier, président de la Cofrex, a dévoilé mardi 19 mars 2019 le pavillon français à l’exposition universelle de Dubaï de 2020, baptisé « Lumière, Lumières » et dessiné par l’architecte Jean-Luc Perez, (Ateliers du Prado) et le cabinet Celnikier & Grabli.

Jean-Luc Perez, architecte (L’atelier du Prado), et Jean-Marie Priol – groupement Immersive(s) – ont épuisé les ressources du champ sémantique de la lumière pour présenter le pavillon français de l’Exposition universelle de Dubaï, en 2020. « Un pavillon qui apparaîtra comme un phénomène optique aux yeux des visiteurs, dans une scénographie qui débutera dès la file d’attente, a détaillé l’architecte. Un pavillon de 1 800 m2 où fusionneront matière et lumière, corps vivant, émetteur de sensation », a-t-il poursuivi. Jean-Marie Priol a décrit « une scénographie sensuelle et narrative, des paysages immersifs et oniriques ». « Qu’ y a-t-il de plus universel que la lumière ? », a demandé le directeur artistique.

Brune Poirson, Erik Linquier, Jean-Luc Perez, Jean-Marie Priol, et Sonia Rolland. © Jgp

Brune Poirson. © Jgp

Sonia Rolland, directrice artistique du film de présentation du pavillon. © Jgp

Erik Linquier avait ouvert la conférence en rappelant que le gouvernement a souhaité, en créant la Compagnie française des expositions (Cofrex) qu’il préside depuis l’automne 2017, doter la France d’une structure pérenne chargée d’organiser la présence française lors des grands événements internationaux de ce type, à Dubaï en 2020, puis à Osaka en 2025, le Japon ayant été retenu après le renoncement de la France.

« Le pavillon France vise à mettre en valeur la mobilité la plus rapide qui puisse exister, mais aussi à incarner les Lumières, symbole depuis le XVIII° siècle de partage et de rayonnement des savoirs, a souligné Erik Linquier, également commissaire général du pavillon France. En phase avec l’ambition écologique portée par le One planet summit, ce pavillon sera le plus durable jamais construit car démontable et réutilisable », a-t-il précisé.

Un budget de 28 millions d’euros

Le président de la Cofrex a rappelé le positionnement de la France, en ligne avec celui du thème de l’Expo U dubaïote : « incarner une vision audacieuse, conquérante et innovante de la ville et des territoires connectés et durables ». Il a résumé le challenge qu’il doit relever : la France a décidé de consacrer, pour Dubaï, le même budget que pour l’Expo U de Milan, soit 20 millions d’euros, alors que les coûts y seront de 30 à 40 % plus élevés. Il a listé les nombreux partenaires privés qui soutiennent l’événement, ainsi que le think tank mis en place, baptisé « Connecter les esprits, construire le futur » et réunissant de multiples talents, au plus haut niveau des entreprises du génie urbain français et au-delà, pour produire les contenus du pavillon français.

Pavillon France vue extérieure de jour. © DR

Vue aérienne extérieure du parc de l’Exposition. © DR

Pavillon France Scénographie vue intérieure. © DR

Pavillon France vue extérieure des tuiles photovoltaïques. © DR

Pavillon France vue de face extérieure. © DR

L’Exposition universelle de Dubaï, c’est la promesse de l’attribution de 4 500 contrats, dans des Emirats arabes unis qui importent 1,59 milliard d’euros de biens et services, soit le 2° débouché commercial de la France dans le golfe. L’événement se déroulera du 20 octobre 2020 au 10 avril 2021. « Ce sera une occasion majeure de faire la démonstration que nos choix en faveur de la transition écologique et solidaire sont porteurs de solutions, de sens et de croissance, a indiqué Brune Poirson. De solutions pour rendre la vie quotidienne respectueuse de la planète et des citoyens. De sens et de croissance aussi pour nos entreprises, publiques comme privées, dont les innovations raviront les futurs visiteurs de notre pavillon », a conclu la secrétaire d’Etat.

« Connecter les esprits » : les groupes de travail

Créé en novembre 2018, le think tank « Connecter les esprits » est une plateforme inédite pour alimenter en contenus le pavillon France. Elle comprend 11 groupes de travail :

  • Innovation durable, présidé par Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie
  • Education connectée, coprésidé par Marc Ventre, président de la Société des ingénieurs et scientifiques de France, et Marc Boissonet, vice-président du bureau Véritas
  • Education 4.0, présidé par Marie-Christine Levet, fondatrice et associée d’Educapital
  • Territoires, entreprises et talents, présidé par Jérôme Miara, président-directeur général d’Obea
  • Plateforme de mobilité multimodale, coprésidé par Arnaud de Baynast, directeur général de Digital Value,  et Caroline Parot, PDG d’Europcar
  • Mobilité autonome et connectée, coprésidé par Christian Peugeot, président du comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), et Jacques Moulin, directeur général de l’Idate
  • Le magasin de demain, présidé par François Videlaine, associé d’AT Kearney
  • Nouveaux moyens de paiement comme instrument de mobilité, coprésidé par Nicolas Lioliakis, président de AT Kearney France, et Stéphane Richard, PDG d’Orange
  • Economie circulaire, présidé par Bernard Camus, directeur général de Suez
  • Energie renouvelable X.0 dans les territoires de demain, présidé par Olivier Paquier, directeur commercial institutionnels, Amundi private & real assets
  • Villes à 360° : performance des services, présidé par Eric Falque, président de BearingPoint France Bénélux et Afrique

En chiffres

  • 55 m de large, 20 m de haut et 63 m de profondeur
  • 5 100 m2 de superficie construite
  • 1 160 m2 de jardins, structurés en quatre squares à la française
  • 1 800 m2 de façade, 1 000 m2 de parvis et 1 500 m2 de dais
  • 2 700 m2 de façade et toitures couvertes de panneaux photovoltaïques
  • 40 m de terrasse
  • 1 bistrot à la française, 1 boutique, 1 agora et 1 auditorium

Sur le même sujet

Top