D. Belliard : « Nous voulons libérer Paris de la voiture »

David Belliard, candidat Europe écologie-Les Verts à la mairie de Paris, profitait d’une visite sur le salon Autonomy à La Villette, le 17 octobre 2019, pour présenter sa vision des transports dans la Capitale.

Quelles sont vos principales propositions en matière de mobilités ?

Nous communiquerons d’ici quelques semaines sur nos propositions complètes. Mais l’objectif est clair : libérer Paris de la voiture. Pour ce faire, nous devons, par exemple, faciliter le covoiturage citoyen. Je souhaite qu’une voie du périphérique soit dédiée aux véhicules transportant plusieurs personnes. Mais il faut aussi prévoir des points de dépôt à proximité immédiate du périphérique et dans le centre de Paris.

Je souhaite aussi faire de Paris la Copenhague du vélo. Il faut continuer à construire des pistes cyclables et des stationnements vélos sécurisés pour tous ceux qui n’ont pas de local vélo à disposition. Cet effort doit être fait à l’échelle de la métropole, pour assurer la continuité des parcours cyclable intra et extra-muros. Il faut aussi reconfigurer l’espace public pour favoriser la marche : créer des zones piétonnes dans tous les arrondissements, piétonniser les abords des écoles, notamment.

David Belliard. © Jgp

Paris doit aussi, à travers d’Ile-de-France mobilités, investir dans les transports en commun en banlieue pour que l’on n’ait pas besoin de traverser Paris. Il peut s’agir de lignes transversales de banlieue à banlieue ou de desserte fine pour que chacun puisse rejoindre les modes lourds en transport en commun.

Quelles compétences souhaitez-vous obtenir en matière de transport ?

Il faut que Paris, mais aussi la métropole, puissent avoir des possibilités de régulation plus fortes. L’exemple des trottinettes électriques en free floating le démontre : nous devons pouvoir évincer des acteurs ne respectant pas des chartes sociales, imposer des règles de stockage et de stationnement ou une diminution des unités en circulation. Je ne crois pas à une société du free floating. L’espace public ne doit pas devenir une sorte de Koh Lanta permanent.

Comment régler le cas des cars de tourisme  ?

Nous proposons un service public municipal des transports touristiques. Des navettes propres ou bas carbone prendraient en charge les touristes aux portes de Paris ou de la métropole. Nous devons aussi favoriser leur transport par voie fluviale, puisque je souhaite que d’ici à 2025, les bateaux circulant dans Paris devront, eux aussi, être bas carbone.

David Belliard et Karima Delli, députée européenne EELV, sur le stand de l’appli de guidage de cycliste Géovelo lors du salon Autonomy, le 17 octobre 2019. © Jgp

Sur le même sujet

Top