Chantelle produit 3 millions de masques pour l’Alliance des territoires

C’est un groupement de commandes rassemblant neuf établissements publics territoriaux et des dizaines de communes qui s’est procuré 3 millions de masques auprès de Chantelle, un des leaders mondiaux de la lingerie, fleuron de Grand-Orly Seine Bièvre.

Ce jeudi 14 mai 2020 en fin d’après-midi, 200 000 des 3 millions de masques commandés par neuf établissements publics territoriaux et des dizaines de communes de la métropole étaient livrés dans des locaux de Grand-Orly Seine Bièvre. Dans l’attente, Michel Leprêtre et Gérard Cosme, respectivement président de Grand-Orly Seine Bièvre et d’Est Ensemble, échangent avec Guillaume Kretz, PDG de Chantelle. En compagnie du maire d’Arcueil Christian Métairie.

Gérard Cosme, Guillaume Kretz, Michel Leprêtre et Christian Métairie. © Jgp

9 territoires et des dizaines de communes ont ainsi passé commande. © Jgp

Les masques en tissus, livrés régulièrement au fil de leur production au Vietnam, en Turquie, au Maroc et en Tunisie, semblent de bonne qualité. A tel point que ceux destinés initialement à être classés en catégorie 2 (pour les citoyens) viennent d’être reclassés en catégorie 1 (pour les personnels accueillant du public).

Dynamique collective

« Nous avons rapidement compris que l’Etat ne serait pas forcément à la hauteur des enjeux dans les délais nécessaires et qu’il nous revenait d’assurer la mise en sécurité des habitants et de nos agents », résume Michel Leprêtre. « L’Etat a tardé en outre à tenir un discours clair et transparent au sujet de ces protections, ce qui ne nous a pas aidé », ajoute Gérard Cosme. Les deux élus saluent au passage « la dynamique collective » qui s’est mise en branle à cette occasion.

Au final, l’importance de cette commande groupée de trois millions d’unités « a permis de jouer autant sur les prix que sur les délais, nous faisant gagner 15 jours », indique Antoine Valbon, directeur général des services de Grand-Orly Seine Bièvre. L’initiative, longue et complexe à mettre en œuvre, est née de la réponse par Chantelle, dont le siège social est situé à Cachan, à un courrier envoyé par l’EPT aux acteurs économiques du territoire. Une missive écrite quelques jours seulement après le début du confinement, destinée à demander aux entreprises  l’aide qu’elles étaient en capacité de fournir dans le contexte de la crise sanitaire.

Gérard Cosme (Est Ensemble) et Michel Leprêtre (Grand-Orly Seine Bièvre). © Jgp

Guillaume Kretz, PDG de Chantelle. © Jgp

De nombreuses entreprises répondent présent, y compris des start-up qui produisent depuis des visières en plexiglass grâce à des imprimantes 3D. « Concernant les masques, nous avons eu quelques sueurs froides, raconte Antoine Valbon, dans le jeu entre les engagements moraux des différents EPT à passer commande, et leur concrétisation finale ». « Nous ignorions également, au départ, quelle serait la date du déconfinement », indique le DGS pour illustrer le pari qu’a représenté cette commande. Mais son ampleur est récompensée par un prix unitaire de 2,90 euros (cat. 1) et 2,20 euros (cat. 2).

Relocalisation

Certains EPT, c’est le cas de Vallée Sud Grand Paris, Est Ensemble ou Paris Terres d’Envol, ont passé commande à la fois pour leur propre compte et pour celui de leurs communes membres.

Cette commande groupée a contribué également à convaincre Chantelle de convertir partiellement sa production de la lingerie féminine aux masques de protection sanitaire, lui assurant des débouchées. « Nous avons alors décidé de réserver la production du mois de mai aux villes du Grand Paris », rapporte Guillaume Kretz. « Actuellement, la tension sur les matières premières compte-tenu de l’ampleur de la demande de masques est grande », indique également le chef d’entreprise. « Aujourd’hui, nous songeons aux moyens d’implanter les unités de production de ces protections sur le territoire de Grand-Orly Seine Bièvre », indique Antoine Valbon.

Sur le même sujet

Top