A Saint-Denis, la Métropole pose une passerelle olympique pour créer du lien

Au cours d’une fermeture exceptionnelle de l’autoroute A1 de 54 h, du lundi 8 août 22h au jeudi 11 août 4h, la passerelle qui doit relier le Stade de France au futur centre aquatique olympique a été ripée au-dessus de la voirie. Une opération d’ampleur, sous maîtrise d’ouvrage métropolitaine, essentielle pour donner forme aux sites olympiques. 

Pour installer cette passerelle tout en acier de 20 m de large par 80 de long, la coupure totale de l’autoroute A1 pendant 54 h a été nécessaire. Une mesure « exceptionnelle » à en croire le président de Plaine Commune et maire (PS) de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) Mathieu Hanotin, rappelant que même pour sa couverture en 1998 l’autoroute n’avait pas été fermée aussi longtemps. Si le temps nécessaire au mouvement de l’ouvrage, porté par des remorques modulaires autopropulsées dont la vitesse de pointe à vide ne dépasse pas les 5 km/h, est long, il a fallu également prendre le temps de déposer les candélabres et la signalisation au niveau du nouveau franchissement. Un travail important mené de nuit, selon la Direction des routes d’Ile-de-France (Dirif).

La métropole du Grand Paris, maître d’ouvrage du Centre aquatique olympique et de la passerelle, était représentée par Jean-Michel Genestier. © Jgp

Pour installer cette passerelle tout en acier de 20 m de large par 80 de long, la coupure totale de l’autoroute A1 pendant 54 h a été nécessaire. © Jgp

« Cette passerelle va permettre de recoudre des éléments de la ville qui, jusqu’à présent, étaient côte à côte mais se tournaient le dos », s’est enthousiasmé Mathieu Hanotin. © Jgp

La passerelle représente un investissement de 20 millions d’euros. © Jgp

Mardi 9 août 2022, Jean-Michel Genestier, vice-président de la métropole du Grand Paris chargé de la logistique et maire du Raincy, représentait la métropole du Grand Paris, maître d’ouvrage du Centre aquatique olympique et de la passerelle, sous la supervision de la Solideo, un projet à 147 millions d’euros, dont 20 millions rien que pour le franchissement. « Le président Patrick Ollier a souhaité que la Métropole laisse des traces dans le paysage. Avec ce franchissement, nous laissons une empreinte durable dans le territoire », a-t-il jugé, alors que les compagnons de Bouygues construction soudent les dernières cales sur le tablier de la passerelle, avant son déplacement vers sa position finale.

« Cette passerelle va permettre de recoudre des éléments de la ville qui, jusqu’à présent, étaient côte à côte mais se tournaient le dos. Sans ce pont, l’aménagement de la plaine Saulnier aurait été impossible », s’est enthousiasmé Mathieu Hanotin, alors que le lent mouvement de ripage de la passerelle devant relier le Stade de France au futur centre aquatique olympique, dont la toiture majestueuse en bois commence à prendre forme, s’amorce.

La finesse de l’acier

Pour Laure Mériaud, architecte associée au sein de l’atelier 2/3/4/, responsable de la conception du Centre aquatique olympique et de la passerelle, celle-ci est un « bon exemple de conception architecturale prenant en compte les enjeux environnementaux ». Selon elle, en effet, le choix de l’acier comme matériel quasiment unique pour la passerelle ne doit rien au hasard : « c’est le seul matériau qui permet un tablier aussi fin sur 18 m de large [les parois de la passerelle font un mètre chacune, ndlr]. Nous avions réfléchi à l’utilisation du bois, mais cela aurait nécessité énormément de matière et un ouvrage trop important au-dessus de l’autoroute », poursuit l’architecte.

© Jgp

Cécilia Gross (VenhoevenCS architecture) et Laure Mériaud (Agence 2/3/4/) avec Patrick Ollier, lors d’une présentation du Centre aquatique olympique, au Mipim 2021. © Jgp

© Jgp

Pour Cécilia Gross, architecte associée à l’agence VenhoevenCS, qui a co-conçu le Centre aquatique olympique et la passerelle, le design de ce franchissement encadré par deux poutres de forme pyramidale, permettra de protéger les utilisateurs du bruit de l’autoroute et du vent. « Nous avons voulu créer plus qu’un simple pont : c’est un nouveau territoire qui s’ouvre. On a créé un lieu de vie sur l’autoroute ».

A terme, l’atterrissage de la passerelle sur le parvis du stade de France (le parvis étant trop bas, la passerelle est légèrement surélevée par rapport à celui-ci pour permettre aux poids lourds de passer sur l’autoroute) sera planté et arboré afin d’inviter passants et spectateurs des Jeux olympiques à la détente. « Nous avons ménagé des ouvertures du côté du centre aquatique pour dégager des cônes de vue vers le centre-ville de Saint-Denis et la basilique », ajoute Laure Mériaud.

Sur le même sujet

Top

Centre de préférences de confidentialité

Cookies strictement nécessaires

Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Ils ne sont généralement qu'activés en réponse à des actions que vous effectuez et qui correspondent à une demande de services, comme la configuration de vos préférences de confidentialité, la connexion ou le remplissage de formulaires. Vous pouvez configurer votre navigateur pour bloquer ou être alerté de l'utilisation de ces cookies. Cependant, si cette catégorie de cookies - qui ne stocke aucune donnée personnelle - est bloquée, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

PHP - Cookie de session, gdpr[allowed_cookies], gdpr[consent_types]

Advertising

Cookies de performance

Ces cookies nous permettent de déterminer le nombre de visites et les sources du trafic sur notre site web, afin d'en mesurer et d’en améliorer les performances. Ils nous aident également à identifier les pages les plus / moins visitées et à évaluer comment les visiteurs naviguent sur le site. Toutes les informations, collectées par ces cookies, sont agrégées et donc anonymisées. Si vous n'acceptez pas cette catégorie de cookies, nous ne pourrons pas savoir quand vous avez réalisé votre visite sur notre site web.

_ga, _gat, _gid

Other