Marc Mimram remporte le franchissement Pleyel

Le jury a notamment été convaincu par l’espace public généreux proposé, aménagé en son centre comme un belvédère, ouvert sur le grand paysage ménagé par le faisceau ; l’animation de cet espace public par deux structures habitées; enfin par « des qualités techniques indéniables ».

Le projet porté par l’agence Mimram a été classé premier par le jury du concours organisé en vue de la conception du franchissement Pleyel. Les cinq équipes appelées à concourir étaient Arcadis/Oma (Rem Koolhaas), Dietmar Feichtinger/Schlaich Bergermann und partner,  Daniel Vaniche/ Artelia, Wilkinson Eyre/ Egis et Marc Mimram architecte/ Marc Mimram ingenierie. La SEM Plaine Commune développement et Setec TPI se sont vus confier l’assistance à maitrise d’ouvrage et ont contribué à organiser le concours et à analyser les cinq offres.

PleyelW-2

Vue globale. © Mimram / Plaine commune

Le jury a estimé que cette offre « répondait au plus près aux attendus du projet urbain porté par Plaine Commune et conçu par l’agence d’urbanisme L’AUC », indique Plaine Commune Grand Paris. « Le jury a notamment été convaincu par l’espace public généreux proposé, aménagé en son centre comme un belvédère, ouvert sur le grand paysage ménagé par le faisceau ; l’animation de cet espace public par deux structures habitées; enfin des qualités techniques indéniables », souligne également l’EPT.

« Le projet donne l’occasion de constituer un espace public au centre de la ville qui s’adresse non seulement aux deux rives, mais qui devienne une véritable polarité du quartier Landy Pleyel, une succession de séquences que le piéton pourra habiter, indique Marc Mimram dans son dossier de candidature. Il s’agit de transformer l’infrastructure souvent considérée comme un mal nécessaire comme un bien partagé, celui de l’espace public offert à tous, en ce lieu mais en résonance avec la ville, à l’échelle locale mais aussi à l’échelle métropolitaine, poursuit-il. Nous proposons de développer au sud un projet de pont habité qui sera réalisé grâce à la structure de l’ouvrage, fait également valoir le lauréat. Cette proposition valorise [l’accompagnement bâti situé au Nord] en constituant devant lui une place publique à l’échelle de la ville qui offre des services dès l’origine de la construction du pont. »

Un coût estimé à 195 millions d’euros

« Le cout global du projet est estimé à 195 millions d’euros ce qui comprend les travaux d’ouvrage, les travaux ferroviaires et toutes les dépenses connexes liées à l’opération », indique Plaine Commune Grand Paris. A ce stade du projet, plusieurs pistes d’optimisation sont à l’étude, notamment en ce qui concerne les travaux connexes ferroviaires. D’ailleurs, le projet retenu concourt d’ores et déjà à cette optimisation de par le coût des travaux sur lequel il s’engage, et le nombre de voies supprimé sur le faisceau ferroviaire, réduit à trois, au lieu des cinq initialement annoncées. »

PleyelW-4

« Le projet donne l’occasion de constituer un espace public au centre de la ville qui s’adresse non seulement aux deux rives, mais qui devienne une véritable polarité du quartier Landy Pleyel », souligne Marc Mimram dans son dossier synthétique de candidature. © Jgp

Selon Plaine Commune Grand Paris, le coût du franchissement Urbain Pleyel est à mettre en perspective avec le coût du Grand Paris express, dont cet ouvrage est l’une des composantes puisqu’il assure l’interconnexion entre les lignes 14, 15, 16 et 17 d’une part et la ligne D du RER d’autre part :

Coût approximatif du Grand Paris express : 26 milliards d’euros (hors plan de mobilisation pour les transports),

Coût approximatif de la gare de Saint-Denis Pleyel :

  • 208 millions d’euros (coût de construction)
  • 300 millions d’euros (construction + équipement de la gare)

Actuellement, le financement des études de conception, du concours jusqu’à la fin de l’avant-projet, a été sécurisé (environ 6, 8 millions d’euros) en accord avec l’Etat et la Région Ile-de-France, afin d’être en capacité de livrer le Franchissement pour la mise en service de la gare de Saint-Denis Pleyel et pour les Jeux de 2024.

PleyelW-3

© Mimram / Plaine commune

Un quartier enclavé

Enclavé, séparé du reste de la Plaine Saint-Denis par le faisceau ferroviaire de la gare du Nord, coupé du centre-ville historique, le quartier Pleyel est un territoire hétérogène, composé de terrains industriels et d’un tissu résidentiel dégradé, rappelle également « Plaine-Co ». Peu d’opérations immobilières ont été engagées en dehors de la ZAC Pleyel-Libération et de la Cité du cinéma, équipement d’envergure métropolitaine dont les retombées locales restent faibles. Le quartier Pleyel doit accueillir dès 2023 l’une des 68 gares du Grand Paris express.

Pleyel

Emplacement du futur franchissement. © Jgp

La gare de Saint-Denis Pleyel permet un pôle compact pour les lignes 14, 15, 16 et 17 du Grand Paris express et une connexion via un cheminement aérien au-dessus du faisceau ferroviaire entre la ligne D du RER et les lignes du futur métro. L’accès à la ligne 13 du métro pourra se faire par l’espace public avec une distance à parcourir de 250 m environ. 250 000 voyageurs fréquenteront, à terme, la gare de St-Denis Pleyel chaque jour.

Calendrier du projet

  • Septembre 2016 : engagement des études de maitrise d’œuvre
  • Juillet 2018 : démarrage des travaux ferroviaires  (libération des voies et reconstitution au dépôt Chapelle)
  • Juin 2019 : engagement des travaux de génie civil
  • Décembre 2023 : mise en service du franchissement et la gare du Grand Paris express

Le franchissement Pleyel en chiffres :

  • 300 m de long pour enjamber :
  • 12 voies ferrées circulées
  • 36 voies de services et maintenance
  • Une largeur qui atteint par endroits 50 mètres ; 12.000 m2 d’espace public créés sur le pont.

Le conseil de territoire de Plaine Commune devra entériner ce choix lors de sa prochaine séance.

FRanchi

© Mimram

Sur le même sujet

Top