« Fonds vert » pour les collectivités : France urbaine salue l’initiative et demande des précisions

L’association d’élus, dont est membre la Métropole du Grand Paris ainsi que plusieurs collectivités franciliennes, juge que l’annonce de la création d’un fonds verts pour les collectivités est « une bonne chose ». Même si les modalités de ce fonds restent à préciser.

« La Première ministre Elisabeth Borne a annoncé, le 27 août 2022, dans un entretien au Parisien, la création d’un « fonds vert » doté de 1,5 milliard d’euros destiné aux collectivités locales », rappelle en préambule France urbaine.

« Etant donné l’urgence écologique qui n’est plus à démontrer, la prise en compte et la mobilisation du gouvernement à l’attention des collectivités en la matière est à saluer. Par ce plan annoncé par la Première ministre, l’Etat vient confirmer son soutien financier aux grandes villes qui sont en première ligne de la transition écologique et se mobilisent déjà fortement. C’est une bonne chose », poursuit l’association d’élus, présidée par Johanna Roland, maire de Nantes et présidente de Nantes métropole.

Elisabeth Borne, sur le perron de l’Elysée. © Jgp

« L’annonce reste cependant floue, poursuit l’association d’élus : 1,5 milliard d’euros est un chiffre global dont il est n’est pas précisé la manière de chiffrage ni la durée. Si c’est un fonds, ce n’est probablement pas un chiffre annuel. Pour mémoire, les collectivités investissent chaque année 50 milliards d’euros ». France urbaine souhaite « que cette somme ne soit pas fléchée projet par projet mais de façon globalisée et pluriannuelle ».

Transition « juste »

L’association indique « qu’elle sera cependant attentive à ce que ce plan puisse être utilisable et efficace. Il faut de la méthode et fixer des priorités car l’Etat, tout comme les collectivités depuis de nombreuses années, mobilise de l’argent public. Que ce soit en matière de rénovation énergétique des bâtiments ou de mobilités, les enjeux sont différents selon les villes et les enveloppes allouées doivent s’adapter à la réalité de chaque territoire ».

France urbaine rappelle, enfin, « qu’il est indispensable de construire la transition écologique dans la perspective de renforcer également la cohésion sociale, de réduire les inégalités sociales et d’offrir des alternatives souhaitables et crédibles pour ne laisser personne sur le bord du chemin. L’association sera attentive à ce que la transition écologique souhaitée par le gouvernement soit également juste et s’inscrive dans une logique de sobriété ».

Sur le même sujet

Top