Pourquoi Wissous a voté dimanche contre le Grand Paris

Sans surprise, la votation organisée le 9 novembre 2014 à Wissous (Essonne) pour sonder les habitants sur leur volonté d’adhérer à la métropole s'est soldée par un refus (25% de votants, 65% de non).

Souhaitez-vous que Wissous adhère, le 1er janvier 2016, à la métropole du Grand Paris ? Telle est la question à laquelle les habitants de la commune ont répondu non dimanche 9 novembre, à 65% (25% de votants). La municipalité, tout comme la majorité de la commission extra-municipale mise en place pour l’occasion, est clairement opposée à la perspective d’intégrer la MGP. Et l’avait clairement fait savoir à la population consultée. Pour Wissous, la métropole, ce serait la dilution de tout pouvoir local dans une institution jugée forcément lointaine et hautaine, la construction contrainte de logements sociaux et l’envolée des impôts locaux. Avec de tels arguments…

Jean-Luc Touly, conseiller régional d'Ile-de-France, président de la commission extra-municipale de Wissous sur le Grand Paris

Jean-Luc Touly, conseiller régional d’Ile-de-France, président de la commission extra-municipale de Wissous sur le Grand Paris

Jean-Luc Touly, conseiller régional sans étiquette (ex-EELV) qui anime cette commission extra-municipale, justifie cette position par l’histoire récente de la ville. « La population de la commune est passée de 5 000 à 8 000 habitants entre 2008 et 2014, sans que cette croissance ne soit préparée et accompagnée des équipements adéquats », argumente l’élu régional, ancien élu municipal wissoussien. Ce dernier décrit des classes hébergées dans des Algeco de fortune, une population désorientée, des populations mal intégrées.

Second grief : la perte de pouvoir. « Au sein de la communauté d’agglomération des Hauts-de-Bièvre, nous disposons de deux sièges, alors que nous apportons 40 % de la fiscalité économique de l’agglo », assène Jean-Luc Touly. En réalité, Wissous apporte 14% de la fiscalité économique de la CAHB. Ce dernier décrit une véritable captation d’héritage par une agglo qui se serait largement financée sur le dos des zones d’activités de Wissous, la ZAC des Hauts de Wissous et la zone de Rungis la fraternelle notamment. « Au sein de la future métropole, nous compterions un élu pour 340… », soupire-t-il.

L’élu concède sans détour qu’il ne souhaite pas accueillir davantage de logements, et que Wissous, où il fut longtemps conseiller municipal, est vaccinée contre la mutualisation fiscale… La ville entend aussi défendre l’écrin de verdure de la plaine de Montjean, et un certain cadre de vie villageois.

©Flickr

Vue de Wissous et Antony ©Flickr

Cette peur du Grand Paris ne semble hélas pas être l’apanage de la cité wissoussienne. La peur des « petits » d’être écrasés par des ensembles trop vastes expliquerait largement une certaine hostilité apparente au schéma intercommunal proposé par le préfet de région.

On pourrait objectivement remarquer que dans son argumentaire anti-métropole, la commission wissoussoise ne tient pas compte de la réalité d’un article 12 de la loi Maptam qui laisse en réalité une réelle autonomie aux communes. Qu’elle semble méconnaître le processus en cours de réécriture de ce même article. On pourrait même voir, sans excès d’audace, une certaine démagogie, un choix de la facilité, à ne présenter la future métropole que sous l’angle d’un impérialisme subi alors que le sens de tout le travail du conseil des élus consiste précisément à tenter d’en faire une construction des maires et un outil au service du développement régional…

En toutes hypothèses, pour ne pas rejoindre le Grand Paris, la ville va devoir quitter la communauté d’agglo des Hauts-de-Bièvre, majoritairement située dans les Hauts-de-Seine. Décidément adepte de la démocratie participative, elle organisera en février prochain une nouvelle votation pour sonder sa population sur son désir d’intégrer ou non le territoire que devrait former la communauté d’agglomération Europ’Essonne et celle du Plateau de Saclay, ou si les Wissoussiens préfèrent un territoire plus vaste, associant la communauté d’agglomération des Portes de l’Essonne…

©savigny-avenir

©savigny-avenir

Sur le même sujet

Top