Vœux de la SemPariSeine : subsidiarité, transition et intérêt général

La cérémonie des vœux de la SemPariSeine a donné l’occasion à Nicolas Bonnet-Oulaldj et Ariane Bouleau, respectivement président et directrice générale de la structure, d’égrainer les réalisations récemment livrées et à venir. La SEM, qui a achevé, avec Beaujon, sa dernière ZAC, entend poursuivre ses missions de « promotrice d’intérêt général ».

« Nous allons continuer nos missions de promotrice d’intérêt général », résumait Ariane Bouleau mardi 24 janvier 2023, en marge des vœux de l’opérateur. Derrière la base line, il s’agit pour la SEM de réaliser des opérations immobilières soumises à trois conditions : « nous n’agissons qu’en subsidiarité, c’est-à-dire seulement si rien ne se passe sans notre intervention, pour des opérations exemplaires en matière de transition écologique et servant l’intérêt général », indiquait la directrice générale de PariSeine. Exemples à la clé.

Ainsi, le réaménagement du passage Boris Vian, de la place Cheikha Remitti et des arcades de la rue de la Goutte d’Or, avec la couverture et la rénovation d’un terrain sportif, vont contribuer à transformer ce quartier du 18e arrondissement de Paris. La livraison récente de l’Ehpad de Belleville (20e arr.), conçu pour rapprocher les soignants et les aînés, ou celle de la maison des associations de la place des Fêtes (19e arr.) ont également été citées par Nicolas Bonnet-Oulaldj pour leur exemplarité.

Le président de la SEM a évoqué l’achèvement de la ZAC Beaujon, située entre les rues de Courcelles et du Faubourg Saint Honoré, dans le 8e arrondissement, comme la  « dernière ZAC de PariSeine ». Cette réalisation intègre des logements, un groupe scolaire, des équipements sportifs et le nouveau commissariat de l’arrondissement.

Nicolas Bonnet-Oulaldj et Ariane Bouleau, respectivement président et directrice générale de la SEM PariSeine, qui est aussi une société publique locale. © Jgp

Si elle ne portera plus de ZAC à l’avenir, PariSeine entend donc poursuivre ses missions de couteau suisse de l’immobilier municipal, au service des politiques de construction de la ville, notamment pour les opérations revêtant un niveau élevé de complexité.

630 arbres plantés Porte Maillot

Lors de la cérémonie, organisée au Pavillon de l’Arsenal, Nicolas Bonnet-Oulaldj a salué le professionnalisme et la compétence des équipes conduites par Ariane Bouleau, qualités « reconnues par tous, qu’il s’agisse des opérateurs ou des élus parisiens ». L’élu du 12e arrondissement, président du groupe PCF au Conseil de Paris, a dit sa joie de présider cette cérémonie, après deux années lors desquelles la pandémie n’a pas permis sa tenue. Il a souligné également la qualité du travail des équipes de la SEM, aussi bien pour la gestion des Halles (Paris Centre) que celle de Beaugrenelle (15e arr.).

L’élu a rappelé l’engagement actuel de la Ville pour voir aboutir le projet de réaménagement des abords de la tour Eiffel, suspendu par la préfecture de police. Il a évoqué la transformation de la Porte Maillot, également opérée par la SEM, qui sera livrée pour les Jeux olympiques de 2024. 630 arbres y seront plantés, 180 mètres de pistes cyclables introduites, 8 500 m2 seront « rendus aux piétons » et 15 000 m2 « repris à la voiture ». « Tout cela en parfait alignement avec les enjeux de la mission d’information “Paris à 50 °C”, à laquelle je participe », a souligné le président de la SEM.

Ariane Bouleau a cité les projets « Oasis » et « Paris puces » parmi les réalisations qui se concrétiseront en 2023, avec REI habitat pour le premier et Legendre immobilier pour le second. Les deux opérations ont obtenu leur permis de construire. « Oasis » est situé dans le 14e arrondissement de Paris, où l’ancien Musée de la Libération doit laisser la place à un lieu d’habitats multiformes, offrant des possibilités d’hébergement pour quelques heures, quelques jours ou quelques mois. Lauréat de l’appel à projets « Inventons la métropole du Grand Paris 2 », « Paris Puces » vise à apaiser la fracture du boulevard périphérique grâce à un bâtiment de 6 500 m² à l’architecture inédite et bas carbone, sis dans le 18e.

Poursuite de la transformation de Beaugrenelle

« A Beaugrenelle, qui est notre histoire, notre présent mais aussi notre futur, nous allons reprendre des travaux pour inscrire le front de Seine dans son époque, a également indiqué la DG de PariSeine. Après la transformation de la dalle en jardins, nous poursuivons la mutation des lieux vers un espace apaisé où les parkings sous-occupés pourront accueillir de nouvelles fonctions urbaines ».

« A Beaugrenelle nous allons reprendre des travaux pour inscrire le front de Seine dans son époque », a indiqué la DG de PariSeine. © Jgp

« Vous le savez, depuis 2020, le calcul des émissions fait désormais pleinement partie des critères de pilotage de nos projets », a-t-elle poursuivi. En 2023, la SEM prend un nouvel engagement avec la prise en compte des handicaps dans toutes ses démarches. Une charte sera adoptée à ce sujet. « Mais nous voulons aller plus loin, a conclu Ariane Bouleau. Comme nous l’avons fait pour les bilans carbone, nous allons systématiser la prise en compte de la question des handicaps dans toutes nos actions, en nous appuyant sur un cabinet d’experts qui accompagnera nos collaborateurs dans tous nos projets et cela dès 2023 ».

Sur le même sujet

Top