Pré-Saint-Gervais : l’élection de Laurent Baron annulée

Dans une décision du 3 décembre 2020, le tribunal administratif de Montreuil a annulé l’élection au premier tour des municipales de Laurent Baron (PS) au Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis).

Laurent Baron

Laurent Baron. © Mairie du Pré-Saint-Gervais

Le diable se cache parfois dans les détails. Le 15 mars dernier, une quarantaine de bulletins de Delphine Debord, candidate LFI à la mairie du Pré-Saint-Gervais, arrivée en 5e position au premier tour (7,22 %), n’étaient pas conformes aux règles électorales. Laurent Baron n’ayant obtenu la majorité absolue que par une marge de sept voix – et malgré une avance de 1 100 voix sur le candidat arrivé en deuxième position -, le juge administratif a annulé l’élection.

La mairie avait alerté Delphine Debord à ce sujet : si les bulletins proposés aux électeurs étaient réguliers, ceux envoyés avec la propagande électorale ne l’étaient pas et une quarantaine d’habitants s’en est servie le jour du vote. « Ce manque de rigueur dans l’élaboration des documents liés à sa campagne électorale pénalise l’ensemble des Gervaisiens », a réagi Laurent Baron. Ce dernier va maintenant, avec les élus de la majorité, « prendre le temps de la réflexion quant aux suites à donner à ce jugement ».

Incertitude d’une nouvelle élection

Car, compte tenu de la situation sanitaire et de l’organisation prochaine des élections régionales et départementales, la tenue d’une élection partielle s’avère complexe et sa date incertaine. La règle en la matière est l’installation, dès lors que la décision est devenue définitive, d’une délégation spéciale qui gère les affaires courantes en attendant un nouveau vote dans les trois mois.

La question se pose donc à la majorité municipale de faire appel du jugement du tribunal administratif. Cet appel, suspensif, permettrait au maire de rester en poste, notamment pour gérer les conséquences de la pandémie, en attendant une décision du Conseil d’Etat dans les six mois. Dans ce contexte, la municipalité souhaite en effet « limiter le temps de gestion par la délégation spéciale », dont les pouvoirs sont limités.

« Je prends donc acte de la décision du juge administratif et alors que certains se projettent déjà dans l’hypothèse d’une nouvelle élection, je reste dans l’action : la situation sanitaire l’oblige, ma priorité à l’heure actuelle est de veiller à la santé des Gervaisiens tout en préparant le déconfinement progressif de notre ville et de répondre à l’urgence sociale ainsi qu’aux dégâts économiques provoqués par cette crise sans précédent », fait valoir Laurent Baron.

Sur le même sujet

Top