Pour les sans-abri, une chaîne de solidarité s’organise dans l’urgence

Les personnes qui vivent dans la rue sont particulièrement vulnérables durant le confinement et les associations, qui traditionnellement veillent sur eux, voient leur manière de travailler bouleversée. Mais, progressivement, une chaîne de solidarité impliquant les ONG, les pouvoirs publics et parfois les entreprises se met en place.

« Le gouvernement a dit qu’il allait trouver des solutions mais, à part la police, je n’en vois pas », raconte FAT, pour fox alpha tango, un sans-abri parisien, ancien technicien aéronautique, qui vit dans la rue depuis dix ans. Les personnes sans domicile fixe sont particulièrement exposées depuis le début de l’épidémie de covid-19 et le confinement d’une partie de la population. Encore plus isolées, elles dépendent d’accueils de jour qui ferment de plus en plus.

Associations, collectivités locales, entreprises et Etat s’organisent cependant pour venir en aide aux plus démunis. En témoigne le ballet d’intervenants qui, bientôt, s’affairent autour de FAT. Tout d’abord, une voiture de police s’arrête devant lui : « Le plan d’Etat pour les SDF est en cours, vous serez informé, ne vous inquiétez pas. On va trouver quelque chose pour vous, on s’occupera de tout le monde », lui assure le fonctionnaire sans masque qui lui distribue un sandwich et une salade de carottes râpées. « Ils sont sympas les flics, mais c’est la première fois qu’ils me donnent à manger », s’étonne l’ancien technicien de 54 ans.

FAT, sans-abri depuis dix ans et ancien technicien aéronautique. © Jgp

Quelques minutes après leur départ, la protection civile vient distribuer des repas, « pour ce soir et demain midi. Nous n’avons pas de duvet aujourd’hui, nous repasserons demain », indique le bénévole, cette fois-ci masqué. Parallèlement, les mises à l’abri débutent. « Ce matin [24 mars], nous avons effectué une opération de mise à l’abri de 700 personnes porte d’Aubervilliers pour les héberger dans des hôtels et des gymnases », indique la préfecture de région.

Dès la semaine dernière, la ville de Paris a en effet mis à disposition 15 gymnases pour renforcer les capacités d’accueil. Quatre sont actuellement ouverts et deux ont accueilli les réfugiés de la Porte d’Aubervilliers. Des recommandations pour isoler les personnes symptomatiques dans les vestiaires ont également été faites. « La vraie difficulté que nous éprouvons avec le confinement, c’est au niveau des bénévoles », fait valoir la mairie de Paris.

Répondre aux besoins vitaux

« Nous avons dû nous réorganiser en interne et monter une cellule de crise car beaucoup de nos agents sont confinés chez eux avec leurs enfants. Cela a nécessité un redéploiement du personnel sur d’autres services », explique le Samu social. Cependant, le 115 fonctionne toujours ainsi que les centres d’hébergement de l’association. Malgré la baisse des effectifs, six maraudes quotidiennes sont effectuées pour « maintenir le lien social avec les sans-abri : il y a moins de passants, moins de distribution alimentaire et ceux qui vivaient de la mendicité n’ont plus rien », poursuit le service d’urgence sociale.

Comme l’indique Dominique Versini, adjointe à la maire de Paris aux solidarités et à la lutte contre l’exclusion, 5 000 repas par jour sont distribués depuis les cantines scolaires de la ville en lien avec l’association Aurore et la direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement (Drihl). Les dix restos solidaires municipaux livrent en outre 3 200 repas quotidiens au Samu social.

« Il y a moins de passants, moins de distribution alimentaire et ceux qui vivaient de la mendicité n’ont plus rien », indique le Samu social. © Jgp

« Mardi dernier, certains ne savaient toujours pas ce qu’il se passait. Nous devons informer les personnes qui vivent dans la rue, les réorienter vers les nouveaux lieux de ressources », précise le Samu social. Les sans-abri éprouvent en outre de plus en plus de difficultés à respecter les consignes d’hygiène car beaucoup de toilettes publiques ont fermé, tout comme les bains douches. « L’urgence c’est de répondre aux besoins vitaux », indique une employée du 115. En plus des gymnases, la ville de Paris va également ouvrir la semaine prochaine un accueil de jour au Carreau du temple dont le Samu social sera le gestionnaire. L’association Aurore se chargera de la distribution alimentaire.

Un sans-abris dans le 17e arrondissement de la Capitale. © Jgp

Cette dernière est aussi organisée sur le site des Grands Voisins dans le 14e et à Barbès (18e arr.) tous les jours de 9h30 à 14h avec l’Armée du salut, les Restos du cœur et le diocèse de Paris. La SNCF fournit également des paniers repas et trois sites de distribution devraient prochainement ouvrir. La Caisse d’Epargne Ile-de-France soutient la fondation Abbé Pierre en finançant des chèques restaurant d’une valeur unitaire de 10 euros.

Quant au manque d’effectif, la fabrique des solidarités de la ville de Paris a lancé un appel aux jeunes qui veulent faire du bénévolat auprès des associations. « Depuis la semaine dernière nous avons déjà reçu 800 réponses », indique la municipalité. Une main d’œuvre nécessaire pour les associations, « avec l’épidémie, le rythme s’est clairement accéléré », explique un salarié du Samu social. Ce dernier précise également que si les accueils de jour comme de nuit ferment, c’est pour confiner les résidents à l’intérieur : « Les gens restent dans les centres de jour. »

FAT espère lui aussi trouver rapidement un lieu où se confiner : « L’épidémie ça ne change pas grand-chose pour moi, je suis bien entouré mais il n’ y a pas un chat, tout est fermé, les bars, les restaurants, c’est super triste », dit-il en observant, autour de lui, un respect plus accru des règles de confinement.

« Je suis bien entouré mais il n’ y a pas un chat, tout est fermé, les bars, les restaurants, c’est super triste », explique FAT. © Jgp

Beaucoup de sans-abri n’ont pas encore trouvé de centre d’hébergement. © Jgp

Paris : la préfecture de Région ouvre de nouvelles places dans quatre structures

Afin de permettre aux personnes sans-abri de pouvoir être hébergées pendant la période de confinement, le préfet de la région Michel Cadot a, en outre, ouvert de nouvelles places au sein de quatre structures parisiennes :

  • le centre Kellerman, géré par l’opérateur Coallia : 398 places ouvertes dont 182 occupées au 24 mars pour un public hommes/femmes/familles.
  • le gymnase Pyrénées, géré par l’opérateur France horizon : 60 places ouvertes dont 55 occupées au 24 mars, pour un public de familles.
  • le gymnase Marie Paradis, géré par l’opérateur CASVP : 60 places ouvertes dont 31 occupées au 24 mars, pour un public d’hommes isolés.
  • le gymnase Courcelles, géré par l’opérateur Adoma : 80 places qui devraient être occupées dans la journée.

Sur le même sujet

Top

Centre de préférences de confidentialité

    Cookies strictement nécessaires

    Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Ils ne sont généralement qu'activés en réponse à des actions que vous effectuez et qui correspondent à une demande de services, comme la configuration de vos préférences de confidentialité, la connexion ou le remplissage de formulaires. Vous pouvez configurer votre navigateur pour bloquer ou être alerté de l'utilisation de ces cookies. Cependant, si cette catégorie de cookies - qui ne stocke aucune donnée personnelle - est bloquée, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

    PHP - Cookie de session, gdpr[allowed_cookies], gdpr[consent_types]

    Advertising

    Cookies de performance

    Ces cookies nous permettent de déterminer le nombre de visites et les sources du trafic sur notre site web, afin d'en mesurer et d’en améliorer les performances. Ils nous aident également à identifier les pages les plus / moins visitées et à évaluer comment les visiteurs naviguent sur le site. Toutes les informations, collectées par ces cookies, sont agrégées et donc anonymisées. Si vous n'acceptez pas cette catégorie de cookies, nous ne pourrons pas savoir quand vous avez réalisé votre visite sur notre site web.

    _ga, _gat, _gid

    Other