Pichet-Legendre désignés pour le village des athlètes à L’Ile-Saint-Denis

Le groupement Pichet-Legendre a été désigné pour la réalisation des programmes immobiliers de la ZAC de l’écoquartier fluvial à L’Ile-Saint-Denis. D’un montant de 169 millions d’euros, le programme est constitué de 47 000 m² de constructions.

Le 5 décembre 2019, le jury a attribué à l’unanimité au groupement Pichet-Legendre la réalisation des programmes immobiliers de la ZAC de l’écoquartier fluvial située sur la commune de L’Ile-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et qui accueillera une partie du village des athlètes des JOP de Paris 2024. Le groupement ERIT (Duval développement Ile-de-France, Amétis, les Promoteurs du Grand Paris) était également en compétition. « Je suis également satisfait de la convergence des points du vue sur la candidature de Pichet Legendre, puisque c’est cette offre qui a retenu la préférence des habitants lors de la présentation publique », a fait valoir Patrick Braouezec, président de Plaine Commune.

© Pichet Legendre

© Pichet / Legendre

Les membres du jury : Anthony Piqueras, directeur des sites et infrastructures (Paris 2024), Catherine Léger, DG de Plaine-Commune développement, Mohamed Gnabaly, maire de l’Ile-Saint-Denis, Nicolas Ferrand, DG de la Solideo, Patrick Braouezec, président de Plaine-Commune, Brigitte Kalt, architecte et Philippe Monges, maire-adjoint à l’urbanisme et au cadre de vie, représentant la ville de L’Île-Saint-Denis (manque Gilles Poux, La Courneuve) © DR

Après huit mois de consultations et 12 ateliers, Pichet et Legendre réaliseront les constructions du village des athlètes, soit 47 000 m² de surface de plancher sur six hectares qui devront respecter « les ambitions du projet de l’écoquartier en matière de maîtrise des prix de sortie des logements, de mixité sociale et programmatique et de critères environnementaux élevés ». Le programme est le suivant :

  • En phase olympique, les bâtiments devront offrir 2 500 lits pour permettre l’hébergement d’une partie des athlètes.
  • En phase héritage, un quartier mixte composé de 300 logements (dont 90 logements locatifs sociaux et 20 logements en accession sociale à la propriété sous forme d’habitat participatif), une résidence étudiante, deux immeubles de bureaux, un hôtel, des commerces et des activités et des services, dont un pôle nautique et une Cité des arts.

Le projet conçu par l’agence Philipon Kalt pour Plaine Commune repose sur une variété architecturale. Les 15 immeubles prévus seront confiés à 10 agences (voir encadré). L’investissement et le portage des réalisations (169 millions d’euros) seront financés par une société par actions simplifiées regroupant les foncières Pichet et Legendre. Le projet s’inscrit dans le respect de la charte « qualité constructions neuves » portée par Plaine Commune. Les prix de vente des logements seront plafonnés à 3 500 euros HT/m², et les prix de Vefa des logements sociaux encadrés.

Bâtiments 100 % passifs

© Pichet Legendre

© Pichet Legendre

En matière d’environnement, les objectifs du projet visent des bâtiments 100 % passifs, avec un raccordement au réseau de chaleur urbain, des panneaux photovoltaïques sur les toits, un quartier sans voiture avec des stationnements regroupés au sein d’une « centrale de mobilité » réalisée par Plaine Commune développement.

A cela s’ajoute les engagements de la Solideo au titre des Jeux olympiques. Le groupement prévoit donc de diminuer l’impact carbone des bâtiments par l’emploi de matériaux biosourcés ou de béton faiblement carboné, à concevoir bioclimatiquement ces constructions pour garantir le confort quotidien à horizon 2050 et à développer la biodiversité grâce à l’aménagement d’espaces plantés au sein des immeubles. Pichet et Legendre réaliseront donc sept immeubles en bois et six immeubles avec un « mix matériaux biosourcés (bois/terre cuite/ tuile) ».

Articulation autour d’un espace public

Le village des athlètes, au cœur de l’écoquartier fluvial, s’articulera autour de la place de la Batellerie, « un espace public majeur » implanté à l’arrivée de la passerelle bus-vélos-piétons reliant L’Ile-Saint-Denis au reste du village olympique dont sont chargés les groupements CDC et Nexity/Eiffage. Les différents programmes de la phase héritage viendront s’implanter autour de cette place. Des immeubles de cinq à sept étages constitueront le front urbain côté grand bras de Seine. Du côté petit bras de Seine et jusqu’au cœur du quartier, des « îles habitées » abriteront les différents logements avec des immeubles de quatre étages maximum. Enfin, un immeuble de logements de sept étages à la « silhouette élancée » marquera la pointe sud-ouest de l’île habitée, « tel un phare ».

L’inscription de la ZAC dans le périmètre du village a « permis d’affermir plusieurs projets connexes à l’opération d’aménagement », tels que la passerelle bus reliant L’Ile-Saint-Denis à Saint-Denis, l’enfouissement des lignes haute tension et la protection des nuisances provenant de l’autoroute A86.

Tags

Sur le même sujet

Top