J. Gourault, une fine connaisseuse des collectivités à la Cohésion des territoires

«  Avancer en cas d’accord local » : Jacqueline Gourault, qui succède à Jacques Mézard à la Cohésion des territoires, décrivait ainsi sa méthode, il y a quelques jours devant les présidents d’intercommunalité réunis en congrès.

« Pour nous c’est une bonne nouvelle », résume Olivier Landel, délégué général de l’influente association d’élus France urbaine. La nomination de la nouvelle ministre chargée de la Cohésion des territoires est saluée par les élus locaux et les représentants des collectivités territoriales pour sa parfaite connaissance du monde local. « Son sens de l’écoute, son art d’obtenir des consensus, seront grandement utiles, poursuit Olivier Landel, et ce n’est pas pour rien si on lui a confié, au cours des derniers mois, la responsabilité des dossiers alsaciens et corses, qui ne sont pas parmi les plus simples », poursuit-il. De plus, les collectivités territoriales seront désormais rattachées au ministère de la Cohésion des territoires, et plus au ministère de l’Intérieur, signal positif en direction des élus qui s’estimaient moins entendus.

Jacqueline Gourault, dans la cour de l’Elysée. © Jgp

Difficile, en revanche, de connaître la position de Jacqueline Gourault sur le Grand Paris, le dossier n’ayant pas fait, alors qu’elle était secrétaire d’Etat auprès de Gérard Collomb, partie de ses prérogatives. « Sa position a toujours été claire, elle l’a exprimée récemment lors du congrès de l’Assemblée des communautés de France (ADCF) : n’avancer que si un accord local a pu être dégagé », indique un haut-fonctionnaire.

Pas de loi Grand Paris

Croisée récemment en marge de la conférence des villes, à Paris, Jacqueline Gourault confiait en aparté au Journal du Grand Paris qu’il n’y aurait pas de loi sur les métropoles avant 2020, pas plus que de loi Grand Paris. A voir. « Sur ces questions, tout est possible si le président le veut », rappelle-t-on dans l’entourage de Patrick Ollier.

Maire de La Chaussée-Saint-Victor (Loir-et-Cher) jusqu’en 2014, conseillère générale de Loir-et-Cher et conseillère régionale du Centre jusqu’en 2001, cette professeur d’histoire-géographie, membre du Modem et proche de François Bayrou, vice-présidente du Sénat de 2014 à 2017 a également présidé la délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation de 2011 à 2014.

Jacqueline Gourault, entourée de Jean-Michel Blanquer et d’Edouard Philippe, à la conférence des villes. © Jgp

Sur le même sujet

Top