Haropa citée en exemple par « Doing Business 2015 »

Les dirigeants de la réunion des ports du Havre, Rouen et Paris affichent des résultats encourageants malgré la crise. Et de nombreux projets en Ile-de-France.

« Le rapport Doing Business 2015, qui mesure les réglementations favorables et défavorables à l’activité commerciale dans 189 pays à travers le monde, prend pour exemple Haropa et la simplification des procédures administratives existantes, notamment grâce aux déclarations électroniques et au nombre minimum des documents douaniers requis », se félicitent les dirigeants d’Haropa, qui dressaient, le 28 janvier 2015, leur bilan annuel. La structure, qui réunit les ports du Havre, de Rouen et de Paris, consent en effet un effort intense pour améliorer l’offre portuaire. Haropa mène, par exemple, un travail de marketing consistant à élaborer une série d’indicateurs clés auprès de ses clients.

Seine Porte conteneurs©Haropa

Seine Porte conteneurs © Haropa

Globalement, les trafics d’Haropa sont boostés par les conteneurs : l’activité maritime des ports de l’axe Seine a connu une croissance sensible en 2014 pour l’activité conteneurs, tandis que les vracs solides et liquides, reflets de l’atonie de l’économie, ont décru. L’activité « Croisière maritime » d’Haropa a le vent en poupe pour sa part, (7 % – 282 975 passagers).

A Gennevilliers (92), Haropa annonce la signature d’un contrat signé avec Vailog, le promoteur italien en immobilier logistique, pour la construction d’un entrepôt sur deux niveaux à Gennevilliers, de deux fois 30 000 m2, sur huit hectares. Il s’agit d’une première technique depuis le durcissement de la réglementation ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement). Le début de l’exploitation est prévu pour 2017.

A noter également l’entrée d’Haropa-Ports de Paris aux côtés de la Caisse des dépôts au capital de la SCI Sogaris Paris. Une opération qui permet à Sogaris de financer le développement de son activité dédiée à la logistique urbaine (Hôtel logistique La Chapelle) et à Haropa-Ports de Paris de renforcer ses positions sur la logistique propre de desserte de la capitale.

Sur le port de Gennevilliers toujours, Solvalor investit deux millions d’euros pour une ambition de trafic fluvial de terres polluées de 80 000 t par an entre les chantiers de la région parisienne et le site de traitement des terres au Jonquay.

Le débat public relatif au Port Seine Métropole Ouest (PSMO) s’achève. Pour rappel, le schéma directeur d’évacuation des déblais de la Société du Grand Paris prévoit la création de quatre plateformes de transbordement fluvial à l’île de Monsieur (92), les Grésillons (92), Aubervilliers Canal (93) et les Ardoines (94).

Sur le même sujet

Top