Grand Paris express : les gares vues par leurs architectes (suite)

Renforcer le dialogue avec les architectes sur les enjeux techniques et urbains des gares du Grand Paris express. C’est l’objet de la série de rencontres organisées par la Maison de l’architecture et la Société du Grand Paris, qui accueillaient mercredi 3 mai 2017 Jean-Paul Viguier, Frédéric Neau et Jérôme Brunet.

Après Elizabeth de Portzamparc, Ludovica Di Falco et Philippe Gazeau le 5 avril dernier, les architectes Jean-Paul Viguier, Frédéric Neau (King Kong) et Jérôme Brunet (Brunet Saunier) sont venus décrire leurs gares du Grand Paris express mercredi 3 mai 2017 dans la chapelle des Récollets, de nouveau comble malgré l’affiche télévisuelle du soir. Il faut dire que les artistes ont respecté la montre, conformément à la consigne qui leur avait été fixée par Ludovic Boespflug, vice-président de la Maison de l’architecture en charge des relations avec le club des maîtres d’ouvrage.

Ainsi, en 20 minutes montre en main, chacun a décrit, avec poésie, ses travaux. Tous respectent la charte des gares du Grand Paris express conçue par Jacques Ferrier. Elle demande aux concepteurs de ces monuments uniques de respecter quelques principes, tels que, par exemple, l’insistance (répétition des mêmes matériaux) ou la focalisation sur l’expérience utilisateurs, acoustique, visuelle, spatiale, pratique.

Jean-Paul Viguier, Frédéric Neau, Benoît Labat, Jérôme Saunier et Pierre-Emmanuel Becherand mercredi 3 mai à la Maison de l’architecture. © Jgp

Benoît Labat, directeur de la valorisation et du patrimoine de la Société du Grand Paris, et Pierre-Emmanuel Becherand, responsable de la culture et de la création, ont rappelé en introduction que ces rencontres visaient à renforcer le dialogue autour de l’architecture de ces gares, avec les professionnels et au-delà. La SGP a fait de la forme des gares du Grand Paris express, de leur contextualisation et de leur intégration aux quartiers dans lesquels elles s’intégreront ou auxquels elles donneront naissance une préoccupation constante. L’agence TVK l’accompagne pour la conception des espaces publics et de l’intermodalité, Ruedi Baur est chargé du design et de la signalétique, tandis que Patrick Jouin en dessinera le mobilier, a-t-il été rappelé.

La chapelle des Récollets, comble de nouveau malgré l’affiche télévisuelle du soir. © Jgp

« Nous voulons avec l’art et la culture favoriser l’appropriation des gares », a souligné Pierre-Emmanuel Becherand. Ainsi des tandems architecte-artiste sont prévus pour chacune des 68 gares du futur réseau (King Kong – Numen for use à Vitry, ou Jérôme Brunet – Pablo Valbuena à Issy par exemple).

Les gares ancrées de Jean-Paul Viguier

Jean-Paul Viguier a présenté des esquisses des gares de Bécon-les-Bruyères et de Bois-Colombes, encore au stade de l’avant-projet, et de celle du Kremlin-Bicêtre, dont le projet est plus avancé. « Je me suis intéressé depuis longtemps à la question de savoir comment les villes naissent, se fabriquent et se développent », a fait valoir l’architecte du parc André Citroën à Paris.

Jean-Paul Viguier. © Jgp

« Le projet du Grand Paris express permet de reconsidérer les gares, de passer de la gare monumentale, fin de réseau, à une gare de passage, lieu d’échange multimodal », a-t-il résumé. Passage aussi « d’une vision démiurgique à une conception favorisant un ancrage dans la culture des lieux ». Jean-Paul Viguier a décrit le hall de la future gare du Kremlin-Bicêtre, qui sera coiffé d’une feuille de verre couverte d’une résille de bois tressé. A Bécon-les-Bruyères, une serre de production agricole surplombera la gare, « afin que celle-ci soit aussi un lieu de destination sympathique, culturel et pédagogique », a-t-il indiqué.

Gaudi inspire Frédéric Neau

Frédéric Neau (King Kong) a décrit la gare de Vitry centre, dont les travaux démarrent. Elle sera implantée au cœur d’un des principaux espaces verts de la ville, le Parc du Coteau. L’architecte a travaillé sur son intégration douce, notamment par une scénarisation du passage entre la surface et les profondeurs de la gare, progressive et favorisant les interactions et un dialogue permanent avec l’extérieur. Une voûte et un ruban de béton la distingueront notamment.

Frédéric Neau. © Jgp

Frédéric Neau cite Antoni Gaudi parmi ses inspirateurs pour mêler minéralité et végétation. La gare de Vitry s’apparentera à une installation spectaculaire, se présentant comme construite dans une vaste grotte. On parle de culture et de formes à la Maison des architectes mais aussi de technique. Frédéric Neau a décrit, par exemple, comment de grands collatéraux, conçus comme des contreforts, accueillant les espaces servants, permettaient d’éviter les butons.

Jérôme Brunet et Edward Hopper

Œuvres d’art et chefs-d’œuvre architecturaux à l’appui – Nighthawks d’Edward Hopper notamment, mais aussi la Sainte-Chapelle ou la MIT Chapel, de Eero Saarinen (Cambridge) – Jérôme Brunet a dépeint la gare d’Issy-RER, baptisée « Issy-Bas ». Elle sera caractérisée notamment par une opération connexe, un immeuble de grande hauteur conçu par Architecture studio pour Icade, et une gare de connexion avec le RER C dessinée avec Arep.

Jérôme Brunet. © Jgp

Sur le même sujet

Top