Franchissement Pleyel : le financement bouclé

La préfecture d’Ile-de-France a salué, lundi 25 juin 2018, « les efforts de toutes les parties prenantes » pour permettre de boucler le tour de table du Franchissement urbain Pleyel, à Saint-Denis. Le coût total du projet s’élève à 188 millions d’euros.

« Ce matin, les efforts de toutes les parties prenantes ont permis d’aboutir à cette décision historique », ont souligné la préfecture et le président de Plaine Commune Patrick Braouezec lundi 25 juin 2018.

Le franchissement Pleyel. © DR

Ainsi les partenaires du projet, sous la présidence du préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, ont-ils acté définitivement la réalisation du Franchissement Pleyel à l’horizon 2024.

Coût réduit à 188 millions

« Des travaux complémentaires avec la SNCF ont permis de réduire le coût total du projet de quelque 6 millions pour atteindre 188 millions d’euros, tandis que la participation de l’Etat s’est vue abondée de 20 millions d’euros, en plus des 30 millions initiaux ; la métropole du Grand Paris s’est engagée pour 5 millions et la SGP a consenti à une participation supplémentaire de 3,3 millions d’euros au titre de l’intermodalité qu’elle se doit d’assurer entre les gares », détaillent les services de l’Etat. Ces financements viennent compléter ceux préalablement décidés par les autres partenaires (Plaine Commune, département de la Seine-Saint-Denis, ville de Saint-Denis).

Perspective du pont habité, franchissement Pleyel. © Mimram

« Ce vaste espace public qui doit franchir le faisceau ferroviaire Paris-Nord à Saint-Denis était en projet depuis près de 12 ans. Les chantiers en cours, la mise en œuvre du réseau du Grand Paris express et l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques sont venus renforcer la pertinence du projet et l’urgence à décider », rappelle également la préfecture d’Ile-de-France.

Le franchissement urbain Pleyel sera réalisé en deux phases. La première partie, permettant le passage des circulations douces et l’interconnexion entre les gares, sera praticable pour 2024, l’autre partie accessible aux véhicules sera réalisée immédiatement après les Jeux. « La réalisation du pont bâti concrétisera l’ambition urbaine de liaisons, entre les quartiers de la Plaine et Pleyel, mais aussi pour tout le nord de la métropole parisienne », conclut la préfecture.

Sur le même sujet

Top