Fermeture de Renault à Choisy-le-Roi : les élus montent au créneau

Christian Favier, président du conseil départemental du Val-de-Marne, et Didier Guillaume, maire de Choisy-le-Roi, demandent au gouvernement d’infirmer les informations parues dans la presse annonçant la fermeture de l’usine Renault de Choisy.

« Selon des informations relayées par la presse, le groupe Renault prévoirait un plan de suppression d’emploi et de désinvestissement majeur, à hauteur de deux milliards d’euros. Ce plan, qui pourrait être dévoilé le 29 mai prochain, inclurait la fermeture de quatre sites de construction français, dont celui situé à Choisy-le-Roi », rappellent Christian Favier et Didier Guillaume en préambule. Cette usine, située à proximité du deuxième pôle économique d’Ile-de-France (Orly-Rungis) emploie aujourd’hui 263 personnes dans la réparation de moteurs et de boîtes de vitesse », ajoutent-ils.

« La fermeture d’un tel site constituerait un non-sens total tant celui-ci a développé une expertise dans l’économie circulaire utile à la transition écologique pour l’ensemble du groupe Renault. Alors que de nombreux salariés ont perdu leur emploi des suites des mesures de confinement, les suppressions de postes induites viendraient alourdir un peu plus la crise sociale que nous vivons », estiment les édiles.

Renault Zoé © Y. Brossard/Planimonteur

Ces élus, notamment soutenus par Michel Leprêtre, président de Grand-Orly Seine Bièvre, rappellent également que « l’Etat, premier actionnaire du groupe, vient de garantir à Renault un prêt d’environ cinq milliards d’euros ». « Comment justifier la suppression de centaines d’emplois venant d’une entreprise qui bénéficie d’un plan de soutien issu de fonds publics ?, concluent-ils. Nous demandons au gouvernement d’infirmer ces informations dévoilées par la presse et de confirmer au contraire le maintien des emplois et le développement du site de Choisy-le-Roi. »

Sur le même sujet

Top