(4/5) Législative partielle (20e) : Antoinette Guhl veut représenter l’écologie à l’Assemblée

Conseillère de Paris et vice-présidente de la métropole du Grand Paris, l’élue Europe écologie-Les Verts a choisi comme suppléante une militante du mouvement Génération.s, Nathalie Maquoi, pour tenter de siéger à l’Assemblée nationale où les élus écologistes sont aujourd’hui absents.

C’est par une « lettre à nos filles », lue à deux voix et diffusée en Facebook live, qu’Antoinette Guhl et Nathalie Maquoi ont, mercredi 3 mars 2021 au soir, officiellement annoncé leur candidature pour la législative partielle prévue en avril dans le 20e arrondissement de Paris. Un quartier que les deux femmes connaissent bien : Antoinette Guhl y a, en 2014 comme en 2020, mené la liste écologiste aux municipales, et s’est déjà présentée aux législatives, en 2017, dans cette même circonscription. Sa colistière a, de son côté, été élue conseillère municipale en 2008 et 2014.

Antoinette Guhl est vice-présidente de la métropole du Grand Paris chargée de la nature en ville, la biodiversité et l’agriculture métropolitaine. © Jgp

Antoinette Guhl © Jgp

Avec Frédéric Hocquart, groupe Génération.s © Jgp

« C’est une circonscription qui présente une grande diversité, une diversité qui constitue l’âme de ce quartier”, explique Antoinette Guhl. Et, de fait, la justice sociale est, avec l’environnement, l’un des deux piliers de la campagne de cette native de Hayange (Lorraine). Les deux questions sont, du reste, intrinsèquement liées, estime la quinquagénaire, qui a consacré une large part de sa vie professionnelle au secteur de l’insertion puis de la microfinance. Elle l’assure : « le quartier le plus pollué de Paris – entre la Porte de Montreuil et la Porte de Bagnolet – est aussi le plus pauvre ».

La pandémie aura, de ce point de vue, au moins eu un mérite : celui de mettre en évidence l’importance des questions environnementales dans la vie quotidienne des Français, et tout particulièrement des Parisiens. « Nous devons avoir une écologie pour tous, une écologie du quotidien, y compris pour les quartiers populaires », estime-t-elle.

Revenu universel pour les jeunes

La jeunesse est le deuxième sujet qui lui tient à cœur. « Nous devons prendre soin de cette génération “Covid”, qui souffre. Nous devons être à son écoute, lui permettre de faire ses propres choix. C’est pourquoi nous portons le sujet d’un revenu universel pour les 18-25 ans ». Enfin, le duo entend également mettre la lutte contre les discriminations au centre de la campagne.

Nathalie Maquoi (Génération.s) sera, en cas d’élection, suppléante d’Antoinette Guhl. © Jgp

En équipe, place Edith Piaf. © Jgp

Une campagne dont d’aucuns espèrent, côté écologiste, qu’elle permettra aussi de mesurer les forces respectives de la gauche et des écologistes dans la Capitale, quelques mois avant l’échéance régionale. Et, peut-être, de voir les seconds, jusqu’alors relégués au second rang, derrière les socialistes, prendre « le lead ».

Car si Antoinette Guhl n’est arrivée, aux législatives de 2017, qu’en 4e position avec un peu moins de 11 % des suffrages exprimés, EELV a, lors du scrutin européen de 2019, engrangé dans le 20e arrondissement près de 25 % des voix et dépassé toutes les autres listes.

Sur le même sujet

Top