Val d’Oise : RTE dope la capacité du réseau électrique

Débuté fin 2017, le chantier de montée en puissance de la ligne à haute tension entre Cergy et Persan (Val d’Oise) est achevé depuis le 9 novembre 2018. Il permet d’alimenter 1,5 million d’habitants contre 250 000 jusqu’à présent.

Le réseau de transport électrique (RTE) vient d’achever ce qu’il qualifie comme l’un des plus grands chantiers engagés dans le Val d’Oise depuis ces dernières années. Il s’agissait d’augmenter de 50 % la capacité du réseau entre les postes de Cergy et de Persan en portant la liaison électrique de 225 000 à 400 000 V sans ajouter de nouvelles infrastructures entre les deux villes.

RTE a augmenté de 50 % la capacité du réseau entre les postes de Cergy et de Persan. ©RTE

L’objectif de cette opération est de pouvoir « transporter cinq fois plus de puissance à équipement équivalent », explique RTE. Cette ligne à haute tension peut désormais alimenter six fois plus de personnes, soit 1,5 million d’habitants contre 250 000 jusqu’à présent. Ce projet, déclaré d’utilité publique en 2017 après une phase de concertation lancée en 2013, a consisté à remplacer 16 pylônes sur les 49 existants et 180 km de câbles.

Anticiper les productions éoliennes

Engagés en octobre 2017, les travaux ont duré un an et ont nécessité un investissement de 45 millions d’euros, soit la moitié du budget annuel d’investissement de RTE. « Des transformations ont également été effectuées dans trois postes électriques de la région pour adapter les infrastructures à la nouvelle puissance électrique », ajoute l’entreprise responsable de l’alimentation en électricité.

Les travaux ont consisté à remplacer 16 pylônes sur les 49 existants et 180 km de câbles. ©RTE

Pour RTE, l’optimisation de son réseau val d’oisien dépasse les limites du département pour « sécuriser – non seulement – l’alimentation électrique de l’Ile-de-France », mais aussi « transporter la future production d’énergies renouvelables du nord de la France ». En effet, le projet Cergy-Persan « répond aux enjeux de la transition énergétique » dans le cadre notamment du développement des productions d’énergies éoliennes du département du Nord, de la Picardie, ainsi que celles issues des futurs parcs éoliens offshore prévus en Normandie. La montée en puissance de ces productions « augmentera d’environ 2 000 MW la capacité d’énergie à faire transiter sur la ligne », estime RTE.

Sur le même sujet

Top