Electricité : la consommation en hausse d’1,7 % en Ile-de-France

Jean-Louis Muscagorry, délégué RTE Normandie – Ile-de-France, a effectué, le 12 mai 2016, un bilan de la consommation et de la production d’électricité pour la Région capitale.

67 713 GWh ont été consommés en Ile-de-France en 2015, soit une hausse d’1,7 %. Une augmentation qui s’explique en large partie par les conditions climatiques, avec un début d’année 2015 très froid, assorti à un été quasi caniculaire. Le chauffage, d’une part, les climatiseurs de l’autre, ont donc contribué à ce léger accroissement. « Si l’on efface les variations provoquées par le climat, la hausse de l’augmentation de l’électricité en Ile-de-France en 2015 ne s’élève qu’à 0,2 % », a indiqué Jean-Louis Muscagorry. Une quasi stabilisation qui s’explique, quant à elle, par une meilleure efficacité énergétique des bâtiments, avec les premiers effets de l’application de la réglementation thermique 2012. Une plus grande sobriété énergétique de l’équipement des foyers franciliens, en électro-ménager, contribue également à expliquer ces chiffres.

RTE©jgp-2

Le nouveau poste sous enveloppe métallique en travaux sur le site de Temple, dans le 10° arrondissement de Paris. Un investissement de 20 millions d’euros. © jgp

« Un réfrigérateur qui affiche un code couleur vert sur son étiquette consomme quatre fois moins d’électricité qu’un réfrigérateur à l’étiquette orange », fait valoir le délégué RTE Normandie – Ile-de-France. Ces effets sur la consommation liés aux progrès des équipements de la maison sont proportionnels à la densité de la population, et donc particulièrement sensibles au sein de la région capitale.

95 % de l’électricité importée

S’agissant de la production d’électricité, elle s’est élevée à 3 600 GWh en Ile-de-France en 2015, soit 5 % des 76 713 GWh consommés. « Une des missions de RTE, dont la vocation est d’assurer un équilibre exact entre la production et la consommation d’électricité, est d’opérer cette solidarité entre les régions », a rappelé Jean-Louis Muscagorry. Une solidarité dont la nécessité ne va pas décroitre à l’avenir, compte tenu, notamment, de la fermeture annoncée de centrales de production au fuel telle que celle de Porcheville.

Jean-Louis Muscagorry.

Jean-Louis Muscagorry.

En 2015 toujours, la production de l’électricité produite par les éoliennes franciliennes a doublé, notamment avec le Parc éolien du Gâtinais, en Seine-et-Marne. La puissance des installations photovoltaïques a également été sensiblement renforcée, mais demeure globalement très faible en part de la production globale d’électricité. « Si l’éolien a progressé de 40 % entre 2014 et 2015 et le photovoltaïque de 10 %, les efforts à accomplir pour atteindre les objectifs du schéma régional climat air énergie (SRCAE) demeurent significatifs », a souligné Jean-Louis Muscagorry. L’Ile-de-France se caractérise, comme de nombreuses métropoles, par une production bioénergique importante, liée en particulier à l’incinération des ordures ménagères.

RTE©jgp-3

Le site de Temple. © Jgp

Jean-Louis Muscagorry a rappelé, enfin, les effets attendus du Grand Paris, qui devraient majorer les besoins, qu’il s’agisse des véhicules électriques, du Grand Paris express ou de la hausse de la population. RTE a également profité de l’occasion pour annoncer que application nationale Eco2mix permettait désormais un suivi de la consommation en temps réel d’électricité en Ile-de-France et la production par types (solaire, éolien, etc.).

Une présentation effectuée en marge de la visite du nouveau Poste sous enveloppe métallique en travaux sur le site de Temple (10e arr. de Paris) pour sécuriser l’alimentation électrique du nord-est parisien. Un investissement de 20 millions d’euros.

Sur le même sujet

Top