Pointe amont de l’île Seguin : Emerige et ses partenaires posent un 1er arbre

Symbolique de l’air du temps, ce n’est pas une première pierre mais un premier arbre que Laurent Dumas (Emerige) et les nombreux partenaires du projet ont posé mercredi 7 septembre 2022, à la pointe amont de l’île Seguin (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine). Un programme mixte, comprenant un centre d’art, un cinéma en multiplex, un hôtel et des bureaux, doit être livré en 2025.

Des histoires en cascade s’enchevêtrent autour du vaste projet que porte Emerige à la pointe nord de l’île Seguin, à l’extrémité opposée de celle sur laquelle s’élève la Seine musicale. Les petites histoires, d’une part, qui ont vu se succéder plusieurs projets au cours de la dernière décennie et auxquelles le maire (LR) de Boulogne-Billancourt Pierre-Christophe Baguet a fait brièvement référence lors de son discours. « Quand Laurent Dumas est venu me voir, en 2016, en m’annonçant qu’il avait un projet extraordinaire, je me suis dit : un de plus, a déclaré l’élu, également président de Grand Paris Seine Ouest. Avant de réaliser que ce projet était le bon ». L’élu a exprimé son bonheur de participer à ce lancement des travaux, qui ont en réalité démarré dès le 20 août, et s’est félicité de la qualité de la relation de confiance nouée avec le promoteur.

Laurent Dumas, président-fondateur d’Emerige. © Jgp

La pointe amont de l’île Seguin. © Jgp

Benoist Apparu, président d’Emerige, avec le maire (UDI) de Meudon Denis Larghero. © Jgp

Pose du premier arbre (un charme) de la pointe nord de l’île Seguin. © Jgp

La maquette du centre d’art, dessiné par les architectes catalans RCR arquitectes et l’agence parisienne Calq © Jgp

Mais ce programme s’inscrit d’autre part dans la grande histoire, celle de l’épopée industrielle des lieux, qui accueillirent longtemps les usines de fabrication de Renault et à laquelle le premier magistrat boulonnais a fait également référence, s’émouvant du beau symbole que représentait, à ses yeux, la transition d’un haut-lieu de l’industrie française vers un programme dédié à la culture. Car s’il comporte une part non négligeable de tertiaire, ainsi qu’un hôtel 4 étoiles, c’est sur sa dimension culturelle et artistique, chère à Emerige, que Laurent Dumas a axé sa présentation. Le promoteur a salué la mémoire de Patrick Devedjian, précédent président des Hauts-de-Seine, emporté par le Covid en mars 2020, « sans la vision culturelle [duquel] ce projet n’aurait pas vu le jour ». Le président-fondateur d’Emerige a également rendu hommage à Gauthier Mougin, ancien président de la Société publique locale Val de Seine aménagement, décédé en avril 2021 et remplacé à la tête de la SPL par Marie-Laure Godin, également première adjointe boulonnaise.

Au moins 50 % d’artistes français

Le centre d’art présentera prioritairement – au moins à 50 % – les œuvres d’artistes français, dans les domaines des arts plastiques, de la mode ou du design. Des artistes nationaux que le promoteur estiment mal défendus aujourd’hui, comparés à leurs homologues européens. En plus d’un centre d’exposition, conçu par les architectes catalans RCR arquitectes et l’agence parisienne Calq, est prévu un multiplex Pathé de huit salles, assurant au centre d’art un flux de visiteurs. Signé de la même équipe de maîtrise d’œuvre, le deuxième bâtiment déploiera 16 000 m2 de bureaux. Enfin, le troisième site accueillera un hôtel 4 étoiles de 220 chambres imaginé par l’agence autrichienne Baumschlager Eberle architekten. Outre des bars et terrasses, l’équipement destiné à une clientèle « d’affaires et de tourisme » disposera d’un centre d’affaires et d’une piscine ouverte sur la Seine.

Laurent Dumas a annoncé que ce projet était un des derniers dont il s’occupait en direct, Benoist Apparu, ancien ministre délégué au Logement, président d’Emerige, étant appelé à prendre sa suite. Le fondateur d’Emerige a exprimé sa certitude que l’île Seguin, une fois ses différents équipements achevés, deviendrait un des lieux culturels les plus visités d’Ile-de-France, de France et d’Europe. Pierre-Christophe Baguet s’est également réjoui de la dimension culturelle du projet. « Je crains qu’hélas, ce soit le dernier des programmes culturels d’une telle ampleur, portés par des fonds privés. Il faut savourer notre bonheur. Les gens sont déboussolés, ils ont besoin d’enthousiasme », a-t-il déclaré.

Un jardin dessiné par Michel Desvigne, contenant dès l’origine des arbres de grande hauteur, complètera l’ensemble. Un parcours planté, lieu d’exposition à ciel ouvert, reliera les trois sites. La livraison est prévue en 2025, soit en même temps que le projet porté par Bouygues situé au centre de l’île, entre ce programme et la Seine musicale.

Sur le même sujet

Top

Centre de préférences de confidentialité

Cookies strictement nécessaires

Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Ils ne sont généralement qu'activés en réponse à des actions que vous effectuez et qui correspondent à une demande de services, comme la configuration de vos préférences de confidentialité, la connexion ou le remplissage de formulaires. Vous pouvez configurer votre navigateur pour bloquer ou être alerté de l'utilisation de ces cookies. Cependant, si cette catégorie de cookies - qui ne stocke aucune donnée personnelle - est bloquée, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

PHP - Cookie de session, gdpr[allowed_cookies], gdpr[consent_types]

Advertising

Cookies de performance

Ces cookies nous permettent de déterminer le nombre de visites et les sources du trafic sur notre site web, afin d'en mesurer et d’en améliorer les performances. Ils nous aident également à identifier les pages les plus / moins visitées et à évaluer comment les visiteurs naviguent sur le site. Toutes les informations, collectées par ces cookies, sont agrégées et donc anonymisées. Si vous n'acceptez pas cette catégorie de cookies, nous ne pourrons pas savoir quand vous avez réalisé votre visite sur notre site web.

_ga, _gat, _gid

Other