92 : vers un méga-territoire de 900 000 habitants ?

Une quinzaine de communes – 900 000 habitants : tel est le territoire que promeuvent les maires de Rueil-Malmaison, Nanterre, Suresnes, Gennevilliers, Levallois-Perret, Clichy-la-Garenne, etc. La polémique enfle, certains élus redoutant des établissements publics territoriaux aux poids trop disparates, facteurs de déséquilibre.

Le sujet a monopolisé les débats du conseil des élus de la mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris, qui s’est tenu vendredi 20 février 2015 à la préfecture de région. Une quinzaine de communes de la boucle nord, toutes alto-séquanaises, à l’exception d’Argenteuil (Val d’Oise), constitueraient ce périmètre : il s’agit de Rueil-Malmaison, Nanterre, Suresnes, Gennevilliers, Courbevoie, Levallois-Perret, Clichy-la-Garenne, Villeneuve-la-Garenne, La Garenne-Colombes, Colombes, Bois-Colombes, Argenteuil, Asnières-sur-Seine, Puteaux et Neuilly-sur-Seine. Tous les maires de ces communes seraient d’accord pour former ce territoire, seuls Jean-Christophe Fromantin, et Joëlle Ceccaldi-Raynaud, respectivement maires de Neuilly-sur-Seine et de Puteaux y seraient défavorables.

©jgp/apur

©jgp/apur

Les élus qui défendent ce vaste périmètre estiment qu’il présente l’avantage d’être puissant face à Paris, qui réunira deux millions d’habitants. Il présente également l’avantage de regrouper des communes riches et pauvres, dirigées par des municipalités de droite comme de gauche, allant de l’UMP au PC en passant par le PS. Il réunirait  à la fois le port de Gennevilliers et La Défense. D’autres y voient une simple communauté d’intérêts.

Patrick Braouezec, président de Plaine commune, et Jacques JP Martin, maire de Nogent, se sont déclaré vendredi matin lors du conseil des élus hostiles à un tel périmètre, facteur de déséquilibre selon eux. « La bonne maille tourne autour de 400 000 habitants », fait valoir pour sa part Daniel Guiraud, maire (PS) des Lilas. La loi Maptam ne fixe en l’espèce qu’un plancher, exigeant que l’ensemble du périmètre de la future métropole du Grand Paris soit constitué de territoires rassemblant au moins 300 000 habitants, Mais le législateur n’a prévu aucun plafond… pour l’instant. A suivre donc.

Olivier Klein, maire de Clichy, Eric Cesari, président de Seine-Défense, Jean-Marc Nicolle, conseiller régional chargé du Grand Paris, et Stéphanie Daumin, maire de Chevilly-Larue, qui co-animent avec François Lucas, directeur de la mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris, le groupe de travail et de concertation sur les périmètres des territoires de la métropole ont rendu compte de leurs travaux.

Sur la route du consensus

L’article 12 de la loi Maptam, dont la réécriture dans le cadre de la loi NOTRe, sera prochainement examinée par les députés en première lecture, promettant de nouvelles empoignades, a également été évoqué lors de ce conseil. Le président de Paris métropole, Patrick Devedjian, a rendu compte au conseil des élus de l’entretien qu’il a eu le 12 février 2015 avec Hugo Bévor et Philippe Mahé, conseillers de Manuel Valls en charge de ces questions. Un entretien au cours duquel les conseillers du Premier ministre ont indiqué que les trois lectures restantes de ce texte devaient bel et bien permettre la réalisation du consensus.

En l’espèce, il semble toujours, pour résumer, que les dispositions de l’amendement déposé par le gouvernement au Sénat devraient in fine être adoptées sans trop de peine, le gouvernement acceptant comme principale (nouvelle) concession aux élus de ne pas transférer à la métropole la gestion des offices publics de l’habitat auxquels les maires demeurent attachés.

 

A lire également sur le sujet, le courrier de Patrice Leclerc, maire de Gennevilliers, au préfet.

Sur le même sujet

Top