Mélanie Pinjon – La com’ comme combat

Désormais à la tête de sa propre agence de communication, l’ancienne dircom de l’Établissement public d’aménagement de La Défense décrit son itinéraire et ses passions avec un débordement de vitalité et d’énergie communicatif.

« J’aime les combats. J’ai envie de me battre pour les autres », dit d’entrée de jeu Mélanie Pinjon pour se définir, le regard lumineux, le sourire généreux, et une formidable énergie. Communicative.

Se démener pour ceux qui ont eu moins de chance qu’elle, c’est le moteur de celle qui fut longtemps la dircom de l’Établissement public d’aménagement de La Défense. Et qui se déclare avoir été gâtée par la vie. Des parents en or, une vie épanouie. « Je me sens encore plus heureuse à 40 ans qu’il y a 10 ans », confie-t-elle. Cette grande sportive, qui pratique depuis toujours la marche rapide et s’est récemment découvert une passion pour le padel, mix de squash et de tennis – « j’y consacre 4 à 6 h par semaine, c’est totalement addictif », dit-elle –, ne saurait se contenter de se réaliser uniquement dans ses loisirs. Ses engagements sont pluriels. Tout comme ses motifs d’indignation.

Mélanie Pinjon. © Jgp

Elle a le projet de co-écrire un ouvrage sur l’Éducation nationale, en forme de réquisitoire. Cette mère de deux enfants ne décolère pas contre le gâchis du premier budget de l’Etat, « dont pas grand-chose ne redescend ni vers les professeurs ni vers les enfants », déplore-t-elle. Et de fustiger des job dating où l’on recrute en 15 minutes les enseignants qui font défaut, « avec un niveau d’exigence indigne des enfants ».

Coups de foudre professionnels

Les combats, professionnels cette fois, elle en a mené plus d’un du côté de La Défense, où elle a effectué la majeure partie de sa carrière. Après des études de communication, et une école de commerce en alternance, son premier job sera d’intégrer l’équipe de l’établissement public d’aménagement Seine Arche, présidée par le maire de Nanterre Patrick Jarry. Elle y découvre le monde de l’aménagement, sa pluridisciplinarité, ainsi que l’architecture, au sein d’une équipe de joyeux trentenaires. Les idées et les projets fusent. L’envie de bâtir une ville plus durable et humaine anime chacun. « Tout cela me passionne », dit-elle.

Après la fusion de l’EPA Seine Arche avec celui de La Défense, et la naissance de l’Epadesa, elle sera aux premières lignes de la tempête que secoue le landernau alto-sequanais de l’aménagement, et au-delà. Lorsqu’un président de la République, ancien président du Département, tentera vainement d’imposer son fils à peine bachelier à la tête d’un des plus grands EPA de France. Elle raconte avec humour les péripéties médiatiques de cette tempête et décrit comment elle prépare les interviews de Dominique Boré, sa chef admirée de l’époque.

Une admiration réciproque : « Mélanie est toujours souriante, le regard droit et bienveillant, c’est une professionnelle remarquable jamais à court d’idées et de solutions, même aux problèmes les plus insolubles. Elle fait preuve de cette qualité remarquable, celle d’allier à un sens de la stratégie celui d’un pragmatisme à toute épreuve », dit d’elle la présidente honoraire de la Maison de l’architecture d’Ile-de-France.

Cette professionnelle aguerrie n’a pas regretté une seconde de s’être lancée en solo dans l’aventure entrepreneuriale, après avoir décidé de quitter La Défense, concomitamment à la fusion de l’Epadesa avec Defacto. La crainte, à peine voilée, d’une commande politique plus pressante de la part des élus locaux que de l’Etat, explique son choix. Elle hésite alors un temps à arrêter la com’. La recherche du sens, toujours. Mais une mission bénévole pour booster la communication de la chorale pop-rock à laquelle elle appartient et l’organisation d’un concert à Vaison-la-Romaine, devant 7 000 personnes, la réconciliera avec les relations publiques.

« J’ai eu la chance de faire tout au long de ma carrière de formidables rencontres », reprend Mélanie Pinjon. Dominique Boré en fait partie, tout comme Fadia Karam, l’actuelle directrice générale d’Espaces ferroviaires, premier client de son agence. Elle s’enthousiasme là encore de l’engagement de l’ensemble de l’équipe pour bâtir sur les fonciers délaissés de la SNCF la ville de demain.

Sur le même sujet

Top

Centre de préférences de confidentialité

Cookies strictement nécessaires

Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Ils ne sont généralement qu'activés en réponse à des actions que vous effectuez et qui correspondent à une demande de services, comme la configuration de vos préférences de confidentialité, la connexion ou le remplissage de formulaires. Vous pouvez configurer votre navigateur pour bloquer ou être alerté de l'utilisation de ces cookies. Cependant, si cette catégorie de cookies - qui ne stocke aucune donnée personnelle - est bloquée, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

PHP - Cookie de session, gdpr[allowed_cookies], gdpr[consent_types]

Advertising

Cookies de performance

Ces cookies nous permettent de déterminer le nombre de visites et les sources du trafic sur notre site web, afin d'en mesurer et d’en améliorer les performances. Ils nous aident également à identifier les pages les plus / moins visitées et à évaluer comment les visiteurs naviguent sur le site. Toutes les informations, collectées par ces cookies, sont agrégées et donc anonymisées. Si vous n'acceptez pas cette catégorie de cookies, nous ne pourrons pas savoir quand vous avez réalisé votre visite sur notre site web.

_ga, _gat, _gid

Other