Les acteurs du Grand Paris en pleine forme

Quelque 600 acteurs du Grand Paris étaient réunis à l’hôtel de Noirmoutier mardi 24 septembre 2019 pour le traditionnel cocktail de rentrée du club. L’occasion de faire passer quelques messages, de solidarité, de dépassement de soi et d’enthousiasme.

« Notre objectif est de contribuer au débat public et à la construction du Grand Paris en favorisant les rencontres, les coopérations et les synergies entre acteurs privés et publics », a rappelé Nathalie Lemaitre, directrice de la mission Grand Paris de RTE et secrétaire générale d’Acteurs du Grand Paris, en ouverture du cocktail de rentrée de l’association.

Nathalie Lemaitre, directrice de la mission Grand Paris de RTE et secrétaire générale d’Acteurs du Grand Paris, avec Thomas Hantz, président de l’association. © Jgp

Dans les jardins de l’hôtel de Noirmoutier, résidence du préfet de région, en présence de quelque 600 invités.© Jgp

« La marque de fabrique du club, c’est aussi la convivialité, et ce qui lui donne son petit supplément d’âme, c’est également le plaisir qu’ont nos membres à échanger sur le Grand Paris que nous construisons tous ensemble », a poursuivi Nathalie Lemaitre, sur le parvis de l’hôtel de Noirmoutier, résidence du préfet de Région, en présence de quelque 600 invités.

De l’action et des projets

« Je constate en vous voyant dans ce jardin au moins deux fois plus nombreux qu’il y a deux ans que le Grand Paris se porte très bien », a déclaré le préfet Cadot en préambule de son intervention. Le représentant de l’Etat a salué le dynamisme de l’association au service du Grand Paris, « cette volonté commune de développement et d’avancée pour notre territoire ».

« Il me semble que le Grand Paris, c’est d’abord de l’action et des projets que vous incarnez dans votre diversité. C’est une ambition, portée depuis longtemps, actuellement fortement portée par le président », a poursuivi l’ancien préfet de police. Saluant la réussite des projets du Grand Paris, le haut-fonctionnaire a cité Victor Hugo : « le temps est l’architecte, le peuple est le maçon », appelant à inscrire les projets dans la durée et à en faire des vecteurs de solidarité. « Ce qui compte aussi, c’est une forme de communauté de destin, une communauté de vie, qui fait que l’on se sent citoyen de ce Grand Paris. Ce qui nous caractérise, c’est sans doute le goût de l’innovation, l’ouverture sur le monde, condition même du changement et du renouvellement », a ajouté le préfet.

« Au-delà de cette joie d’être ensemble, de ce sentiment que nous avons un même destin, des talents partagés, nous devons faire attention à de nouvelles transformations, environnementales, climatiques, qui commencent à impacter les décisions dans nos grands projets, a-t-il poursuivi. Nous devons intégrer dans chacun de nos grands projets cette dimension de non-artificialisation, d’économie d’espace, de qualité environnementale et d’exigence climatique, c’est une exigence absolue ».

« Intégrer davantage cette notion de solidarité »

« Nous sommes dans une région où les inégalités se creusent, sociales, éducatives, d’emplois, qui créent des poches d’exclusion de plus en plus préoccupantes pour notre Grand Paris, a poursuivi le préfet. Cela dépend en grande partie de l’Etat, il faut redonner le goût d’une éducation républicaine, qui fait partager des valeurs communes, et davantage d’équité en termes de sécurité et de justice. Mais il relève de vous, acteurs du Grand Paris, que l’emploi soit davantage mis à disposition de ceux qui en sont éloignés. On pourrait dire la même chose du logement», a conclu le préfet, enjoignant l’assistance « à intégrer davantage cette notion de solidarité ».

Lionel Grotto, directeur de Choose Paris Region, a également souligné l’importance de la cohésion comme facteur d’attractivité.

Lionel Grotto, directeur de Choose Paris Region © Jgp

Enfin Thomas Hantz, président d’Acteurs du Grand Paris, qui réunit désormais plus de 120 membres, a remercié le bureau de l’association : Nathalie Lemaitre, secrétaire générale (RTE) , Olivier Frard,  trésorier (Sogeprom), Thierry Courrault, vice-président (JC Decaux), ainsi que Maria Breidy (MGP), François-Marie Didier (EDF), Christelle Tang (Socom), Ludovic Raes (Crédit Agricole), Lionelle Maschino (Tecili conseil), Pierre Mansat (ex-mission métropole de la ville de Paris), Patrick Renaud (Roissy-Pays de France),  et Amandine Martin, (préfecture d’Ile-de-France). Le président d’Acteurs du Grand Paris a également remercié Pierre-Yves Dulac, directeur régional Ile-de-France d’Engie, et Sylvie Dao, présidente d’Aire nouvelle, sponsor du cocktail.

Le directeur des relations avec le presse et les entreprises de la Société du Grand Paris a remercié aussi les différents contributeurs au magazine de l’association, éditée pour la 1ère fois, dont les principaux journalistes spécialisés sur le Grand Paris, Nathalie Mouterde (Le Moniteur), Dominique Malécot (Les Echos), Sybille Vincendon (Libération) ou César Armand (La Tribune).

L’immense défi institutionnel

« La conquête spatiale comme la reconquête de notre ville sont des ambitions inouïes qui reviennent à se donner des rêves si grands, que l’on soit certain de ne pas les perdre de vue tandis qu’on les poursuit, a ajouté Thomas Hantz. Pour y parvenir, il nous faudra sans cesse faire preuve d’une grande détermination qui emportera la mobilisation de tous les acteurs. Ce rêve du Grand Paris est assez ambitieux pour nous dépasser tous, et pour l’emporter sur les courtes vues et sur les tergiversations frileuses », a poursuivi Thomas Hantz, citant Alexandre Missoffe, le directeur général de Paris-Ile-de-France Capitale Economique, qui figure également parmi les rédacteurs de ce premier numéro du magazine des Acteurs du Grand Paris.

« La conquête spatiale comme la reconquête de notre ville sont des ambitions inouïes qui reviennent à se donner des rêves si grands, que l’on soit certain de ne pas les perdre de vue tandis qu’on les poursuit », a notamment déclaré Thomas Hantz.© Jgp

« Chers amis, en matière institutionnelle, le défi est immense, a-t-il encore fait valoir. Il s’agira de faire entrer tous les acteurs dans un débat dont chacun devra partager l’objectif. Un débat duquel chacun devra accepter de ne pas ressortir indemne. Il faudra s’élever pour résoudre des injonctions souvent contradictoires, a-t-il poursuivi. Et nous l’affirmons : d’où qu’on parle… quand on prend les idées de son fauteuil, on n’est pas à la hauteur de l’ambition du Grand Paris. Voilà la conviction que les Acteurs du Grand Paris défendent. Nous défendons cette conviction avec une force qui nous permet d’affronter les freins, je dirais même les ennemis du Grand Paris : le particularisme et l’individualisme, a-t-il ajouté. Le Grand Paris mesdames et messieurs, ce n’est pas le communalisme. Le Grand Paris, ce n’est pas le départementalisme, ni le régionalisme, ni même le métropolitanisme ! Le Grand Paris, c’est un projet de visionnaires, de femmes et d’hommes qui s’engagent et qui se hissent au niveau d’une merveilleuse ambition : faire en sorte que la qualité de vie s’améliore tout en maintenant le Grand Paris à la tête des métropoles européennes ! »

Sur le même sujet

Top