L’Epfif vise l’objectif des 10 000 logements par an

Lors de ses voeux, en présence de Valérie Pécresse, Gilles Bouvelot s’est félicité d’une année 2015 au cours de laquelle les cessions réalisées par l’établissement public foncier d’Ile-de-France, qu’il dirige, ont permis la construction de 6 200 logements. Objectif pour les années à venir : dépasser la barre des 10 000 logements par an.

« La cérémonie des voeux intervient cette année à un moment tout particulier dans l’histoire de notre établissement public foncier : celui où il change de périmètre pour être un établissement vraiment régional ; celui où sa gouvernance se renouvelle et est représentative de l’ensemble des territoires où il intervient ; celui où il va mettre en place, à cette échelle, sa stratégie pour les cinq ans à venir, à travers son plan pluriannuel d’intervention porté par ses mandants », a souligné Gilles Bouvelot le 28 janvier 2016.

Gilles Bouvelot, lors des voeux de l'Etablissement public foncier d'Ile-de-France, le 28 janvier 2016.

Gilles Bouvelot, lors des voeux de l’Etablissement public foncier d’Ile-de-France, le 28 janvier 2016.

Le directeur général de l’Etablissement public foncier d’Ile-de-France (Epfif), a cité trois chiffres :

  • 303 : « c’est le nombre de communes aujourd’hui partenaires de l’Epfif à travers une convention d’intervention foncière, 303 communes et une quarantaine d’intercommunalités que nous accompagnons dans leurs projets d’aménagement, de logement et de développement économique ; un chiffre que nous escomptons bien sûr voir augmenter encore en 2016 et au-delà…»
  • « 55, le nombre de partenaires professionnels, aménageurs, promoteurs, bailleurs sociaux, à qui nous avons vendu en 2015 au moins un terrain et pour certains d’entre eux plusieurs terrains. Et ils sont 65 si l’on compte aussi les promesses de ventes, porteuses de cessions pour 2016. Ces partenaires sont tous ou presque là ce soir. Cette présence impressionnante atteste, je pense, de la reconnaissance de notre action, et aussi, bien sûr, pour l’avenir, des attentes et de la confiance placée en notre action.»
  • « 6 200, c’est le nombre de logements réalisés sur les terrains cédés en 2015, par les quatre établissements aujourd’hui réunis. C’est un record dans notre histoire, un record normal au demeurant car nous sommes encore en phase de croissance ; un record tous établissements publics confondus je crois également ; et c’est un record que nous allons continuer à battre dans les années à venir, pour atteindre puis dépasser la barre des 10 000 logements », a poursuivi le directeur général.

Anticiper et réguler

Gilles Bouvelot a rappelé la vocation de l’établissement, qui regroupe désormais l’ensemble des EPF franciliens : anticiper et réguler : c’est en effet notre vocation d’opérateur foncier, que partagent les quelque 170 collaborateurs du Grand EPF Ile-de-France désormais « fusionné », a-t-il fait valoir. « L’outil est en place. Il est opérationnel avec des équipes qui ont conservé leur périmètre et leur portefeuille de conventions et de projets,  dans un souci de proximité et de continuité de l’action», a poursuivi le DG de l’Epfif, assurant que les interlocuteurs de l’établissement, dans les différents départements, demeurent inchangés.

« L’établissement sera aussi stratège, au sens de la puissance de feu et de la  capacité d’expertise nécessaire pour accompagner les grands projets et les grandes stratégies qui vont remodeler sur le long terme le visage de nos territoires, en premier lieu évidemment le réseau du Grand Paris express et les projets portés par le Stif », a-il encore souligné. Avec les interventions sur les grandes copropriétés dégradées d’intérêt national, celle de Clichy-sous-Bois, déjà engagée et celle de Grigny en route, deux autres Orcod-IN sont à l’étude à Mantes La Jolie et Argenteuil.

Structure commune avec Plaine Commune

« Nous diversifions nos approches avec le développement du bail emphytéotique, du bail à construction, du démembrement de propriété, toutes démarches qui permettent de mieux gérer le temps du projet et de lui adapter le temps du foncier. Nous nous diversifions avec des véhicules de portage de long terme, des filiales foncières publiques en quelque sorte, pour compléter notre action traditionnelle de court et moyen terme », a conclu Gilles Bouvelot, rappelant qu’une première structure avait été créée en ce sens avec Plaine Commune développement. « D’autres sont à l’étude », a-t-il indiqué.

Sur le même sujet

Fiche institution

Top