Emmanuel Macron recueille 78,72 % des suffrages exprimés en Ile-de-France

Au second tour de l'élection présidentielle, le candidat d’En Marche ! réalise en Ile-de-France un score nettement plus élevé que sa moyenne nationale (78,72 % contre 66,06 %). Le taux d’abstention francilien (25,30 %) est quasiment égal à la moyenne française (25,38 %). Marine Le Pen réalise, le 7 mai 2017, son meilleur score départemental en Seine-et-Marne, et parisien dans le 16° arrondissement.

Dans la Capitale, Emmanuel Macron recueille 89,68 % des suffrages exprimés contre 10,32 % pour Marine Le Pen (contre 66,06 % et 33,94 % au plan national). L’abstention s’élève à 21,51 % à Paris (contre 25,38 % en moyenne France). Marine Le Pen atteint ou dépasse les 10 % des voix dans les 1°, 7°, 8°, 12°, 14°, 17° et 18° arrondissements de Paris. Bruno Julliard, premier adjoint à la maire de Paris, s’était déjà réjoui, le 4 mai, de la participation et du faible score de la candidate dans la commune au 1er tour.

Bureau de vote de l’école Tourtille, dans le 20° arrondissement de Paris, dimanche 7 mai 2017. © Jgp

La candidate du Front national dépasse les 12 % dans le 13°, le 15° et le 16° où elle réalise son meilleur score avec 12,63 % des suffrages exprimés. C’est dans le 3° qu’Emmanuel Macron réalise son meilleur score avec 93,41 %, arrondissement où le taux d’abstention est le plus faible de la Capitale (17,85 %). Les secteurs les plus pauvres sont là où l’on vote le moins, avec les 18° (23,56 %) 19° (25,98 %) et 20°
(24,4 6 %) en tiercé de tête de l’abstentionnisme.

Record d’abstention en Seine-Saint-Denis

Comme lors du 1er tour, Marine Le Pen réalise son meilleur score départemental en Seine-et-Marne, où elle recueille 36,14 % des suffrages exprimés. Bon score aussi pour le FN en Essonne (27,82 %), talonné par le Val d’Oise (27,47 %). Record d’abstention en Seine-Saint-Denis, avec 32,49 % des électeurs qui ont boudé les urnes. Comme au 1er tour également, Emmanuel Macron réalise, en petite couronne, ses meilleurs scores à Paris et dans les Hauts-de-Seine.

Reste maintenant à savoir la majorité à l’Assemblée nationale sur laquelle il pourra s’appuyer, à l’issue des législatives qui se dérouleront les 11 et 18 juin 2017.

Urne. © Jgp

Sur le même sujet

Top