Emmanuel Grégoire – Calme, en avant et droit

La doctrine des écuyers du Cadre noir convient assez bien au premier adjoint d’Anne Hidalgo, qui a l’art de séduire par sa bienveillance, sa rigueur et son professionnalisme. « Sans impatience », il se prépare à la conquête de la mairie en 2026. 

Le soleil n’est pas encore levé et les portes de la mairie toujours fermées lorsqu’Emmanuel Grégoire fixe son premier rendez-vous de la journée, qui commence à 8 heures et s’achève à 20. Un rythme de travail soutenu, ponctué par des balades avec un maire d’arrondissement ou une équipe d’architectes, que le premier adjoint d’Anne Hidalgo s’est imposé depuis les dernières municipales. Propulsé dès lors sur les devants de la scène politique parisienne et médiatique nationale, cet homme « sympathique, hyper-professionnel et rigoureux », selon une proche collaboratrice, savoure cette nouvelle dimension.

Emmanuel Grégoire. © Jgp

Sa force ? Allier une gentillesse spontanée à une prédisposition pour la joute politique, doublée d’une capacité d’adaptation, acquise par un travail acharné. Passionné de littérature classique et de lecture plutôt « utile », ce père de trois enfants a ainsi passé ses vacances estivales à se former aux rudiments d’un plan local d’urbanisme (PLU) en prévision de la révision du document de la Capitale.

Né sous une bonne étoile

Considérant la politique comme « une parenthèse » dans une vie professionnelle « très riche », Emmanuel Grégoire a finalement décidé en 2014 de s’y consacrer à 100 %, « sans aucun regret ». « Tous les matins, je suis heureux de ce que je fais », lâche l’ancien entrepreneur, cofondateur, entre autres, de B2G conseil. Il faut dire qu’il est né sous une bonne étoile un certain 24 décembre.

Son enfance « vagabonde » se passe entre la région parisienne où vivait son père, haut-fonctionnaire et préfet, et la Charente-Maritime où s’est installée sa mère, institutrice, puis responsable d’entreprise avec son 2e mari. Ecolier turbulent, puis lycéen studieux, Emmanuel Grégoire, qui s’apprête à fêter ses 43 ans, suit des études généralistes à Sciences Po Bordeaux, renonçant à devenir cuisinier ou encore archéologue. Tout en poursuivant ses études, il crée à tout juste 19 ans sa première entreprise, puis d’autres suivront (événementiel, Internet), avant de devenir consultant dans des sociétés de conseil en santé.

Filiation à la deuxième gauche

Si la politique a toujours été présente dans la vie d’Emmanuel Grégoire, issu d’une famille profondément communiste et très engagée, il n’adhère au PS qu’en 2001 pour soutenir dans le 12e arrondissement la candidature pour la présidentielle de Lionel Jospin, dont il apprécie la rigueur morale. « J’ai été communiste jusqu’à l’âge où j’ai pu réfléchir tout seul », raconte-t-il en souriant.

L’aventure électorale se poursuit en 2008 où il devient directeur de campagne de la candidate dans le 12e, Michèle Blumenthal, ce qui l’amène à croiser Jean-Louis Missika, alors adjoint à l’innovation, la recherche et l’éducation supérieure, qui lui propose d’intégrer son cabinet. Les nominations s’enchainent ensuite aux côtés de Bertrand Delanoë, jusqu’aux plus hautes sphères de l’Etat puisqu’il devient chef de cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault jusqu’aux élections municipales de 2014, Anne Hidalgo lui ayant demandé d’intégrer l’exécutif du Conseil de Paris. « Je peux compter sur sa franchise », apprécie la maire de Paris, « c’est un homme sur lequel on peut compter, qui reste calme dans la tempête et sait garder le cap », écrit-elle en préface de l’ouvrage de son premier adjoint (*).

Un parcours aussi expéditif que riche en rencontres, de Nicolas Revel (directeur de cabinet de Jean Castex) à Xavier Piechaczyk (patron de RTE) en passant par Nicolas Namias (Natixis) et Nicolas Machtou (Citelum). Revendiquant une filiation à la deuxième gauche, le jospino-rocadisme, auquel il ajoute une dimension écologique, Emmanuel Grégoire prépare « sans impatience » sa candidature à la mairie de Paris en 2026. « J’en ai très envie », lâche ce marathonien.

Sur le même sujet

Top