MGP : Vincent Jeanbrun animera des assises sur l’avenir de la MGP (+ trombinoscope)

La métropole du Grand Paris a élu lundi 20 juillet 2020 ses 20 vice-présidents, en l’absence de la maire (LR) du 7° Rachida Dati. Anne Hidalgo a été réélue 1re vice-présidente. Vincent Jeanbrun, victorieux de la primaire LRI, devrait animer, à la rentrée, des assises sur l’avenir de la métropole.

Après la mémorable matinée d’élection de son président, le 9 juillet dernier, la métropole a élu lundi 20 juillet 2020 ses 20 vice-présidents. Principale innovation, la place de 2° vice-président accordée à Philippe Laurent, maire (UDI) de Sceaux. L’UDI qui voit son nombre de VP augmenter d’un poste, passant de 3 à 4, conséquence du désistement de Philippe Laurent en faveur de Patrick Ollier lors de l’élection à la présidence. Globalement, le nombre de VP de LR passe de 9 à 8, celui du PS se maintient à 4, celui des Verts passe de 1 à 2 tandis que celui du Front de gauche passe de 2 à 1.

La MGP a procédé lundi 20 juillet 2020 à l’élection de ses 20 vice-présidents. © Jgp

La séance s’est tenue au Palais des congrès de la Porte Maillot. © Jgp

Rachida Dati, maire (LR) du 7° arrondissement de Paris, n’était pas présente lundi matin, se contentant d’un tweet vengeur. Elle ne serait pas prête à « faire la paix », avec ceux qui, au sein de LR, ont refusé de la nommer à la 1re vice-présidence de la MGP, alors que Vincent Jeanbrun lui aurait promis ce poste. « Nommer la cheffe de mon opposition à Paris à la 1re vice-présidence de la Métropole aurait fait voler en éclats l’accord conclu en 2016 pour une gouvernance partagée », expliquait Anne Hidalgo le 9 juillet dernier.

La parité en question

En revanche, le maire de l’Haÿ-les-Roses Vincent Jeanbrun, présent lundi matin au Palais des congrès de la Porte Maillot, où se tenait le vote, Covid-19 oblige, a accepté d’animer, à la rentrée, des assises sur l’avenir de la Métropole, conformément à la proposition qu’il avait formulée en présentant sa candidature à la présidence de la métropole. Candidature qu’il avait finalement dû retirer à la demande de Valérie Pécresse, face au risque de voir l’UDI finalement l’emporter.

Si l’élection des vice-présidents, sur la base d’une liste ayant recueilli au préalable l’accord de l’ensemble des groupes, s’est déroulée sans surprise, Raphaëlle Remy-Leleu (EELV, Paris) a demandé et obtenu une suspension de séance, afin de protester contre la faible part de femmes présentes au sein du bureau métropolitain. Avec 3 élus sur 20, les élues représentent 15 % de l’exécutif de la MGP, soit la moitié de leur part au sein du conseil, où elles sont 30 %. Raphaëlle Remy-Leleu a choisi d’énumérer le nom de chacune de ces femmes, en signe de protestation. Patrice Leclerc (FDG, Gennevilliers) a expliqué l’abstention d’une partie de son groupe lors de l’élection des VP par la baisse de la représentation du FDG au sein du bureau métropolitain. Il a appelé notamment l’assemblée, lors de son intervention, à s’engager pour une réelle « écologie populaire ».

Raphaëlle Remy-Leleu (EELV, Paris). © Jgp

Patrice Leclerc (FDG, Gennevilliers). © Jgp

Des perspectives financières à anticiper

Gilles Carrez (LR, Le Perreux) a rappelé la gravité de la situation financière de l’intercommunalité. « Nous devons atteindre 100 millions d’euros de report d’excédent cette année, pour faire face à 2021 », a-t-il indiqué en substance. La baisse des recettes perçues par la MGP au titre de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) estimée entre 6 et 8 % pour 2021, représenterait un manque-à-gagner de quelque 80 millions d’euros, a confirmé le président Ollier. « Je ne crois pas que l’on puisse me reprocher de ne pas être suffisamment prudent », a poursuivi le maire de Rueil-Malmaison, qui a rappelé que la MGP avait dégagé, en 2019 et avant que survienne l’épidémie, un excédent de gestion de 60 millions d’euros.

Les vice-présidents

Les attributions précises de chaque vice-président seront définies ultérieurement, de même que les nominations de conseillers délégués.

  • 1re vice-présidente : Anne Hidalgo (Paris ; PS et DVG)

    Anne Hidalgo. © DR

  • 2e vice-président : Philippe Laurent (Sceaux ; UDI, centristes et indépendants)

    Philippe Laurent. © DR

  • 3e vice-présidente : Djeneba Keita (Montreuil ; FDG et citoyens)

    Djeneba Keita. © DR

  • 4e vice-présidente : Antoinette Guhl (Paris 20° ; Ecologiste, social et citoyen)

    Antoinette Guhl. © Jgp

  • 5e vice-président : Eric Cesari (Courbevoie ; LR, DVD et indépendants)

    Eric Cesari © Jgp

  • 6e vice-président : Daniel Guiraud (Les Lilas ; PS et DVG)

    Daniel Guiraud © DR

  • 7e vice-président : Georges Siffredi (Châtenay-Malabry ; LR, DVD et indépendants)

    Georges Siffredi © DR

  • 8e vice-président : Manuel Aeschlimann (Asnières-sur-Seine ; LR, DVD et indépendants)

    Manuel Aeschlimann © DR

  • 9e vice-président : Michel Leprêtre (Vitry-sur-Seine ; FDG et citoyens)

    Michel Leprêtre. © DR

  • 10e vice-président : André Santini (UDI, centristes et indépendants)

    André Santini. © DR

  • 11e vice-président : Sylvain Berrios (Saint-Maur ; LR, DVD et indépendants)

    Sylvain Berrios. © DR

  • 12e vice-président : Luc Carvounas (Alfortville ; PS et DVG)

    Luc Carvounas. © DR

  • 13e vice-président : Geoffroy Boulard (Paris 17° ; LR, DVD et indépendants)

    Geoffroy Boulard. © DR

  • 14e vice-président : Xavier Lemoine (Montfermeil ; LR, DVD et indépendants)

    Xavier Lemoine. © DR

  • 15e vice-président : Jean-Pierre Barnaud (Chennevières-sur-Marne ; UDI, centristes et indépendants)

    Jean-Pierre Barnaud. © DR

  • 16e vice-président : Richard Dell’agnola (Thiais ; LR, DVD et indépendants)

    Richard Dell’agnola. © DR

  • 17e vice-président : Karim Bouamrane (Saint-Ouen ; PS et DVG)

    Karim Bouamrane. © DR

  • 18e vice-président : Denis Cahenzli (Aulnay-sous-Bois ; LR, DVD et indépendants)

    Denis Cahenzli. © DR

  • 19e vice-président : Quentin Gesell (Dugny ; UDI, centristes et indépendants)

    Quentin Gesell. © DR

  • 20e vice-président : Patrick Chaimovitch (Colombes ; écologiste, social et citoyen)

    Patrick Chaimovitch. © DR

Sur le même sujet

Top