La Société de la tour Eiffel se recentre sur le Grand Paris

La foncière spécialisée dans l’immobilier de bureaux présentait le 25 juillet son bilan de mi-année et sa restructuration suite à l’absorption d’Affine. Le groupe dont le patrimoine a augmenté de plus de 50 % souhaite se concentrer sur le territoire du Grand Paris et se focaliser encore plus sur l’immobilier tertiaire.

Suite à la fusion-absorption de la foncière Affine, le groupe Société de la tour Eiffel (STE) a vu son patrimoine passer de 1,2 milliard à 1,8 milliard d’euros (+ 55 %). Selon Thomas Georgeon, directeur général de STE, ce changement de dimension entraîne une restructuration afin de « retrouver les capacités nécessaires à la croissance ». Cette transition passera par une cession d’actifs et un recentrage sur Paris et sa petite couronne.

Thomas Georgeon, directeur général de STE. ©JGP

Le parc de la foncière s’élève désormais à 756 000 m² répartis dans 226 bâtiments du territoire métropolitain pour 72 % d’entre eux. En Ile-de-France, la STE annonce un taux d’occupation de 86,5 % pour un rendement de 4,84 %. Le montant de son pipeline de projets s’élève à 172 millions d’euros dont 62 % dans la MGP et 34 millions d’euros de livraisons au cours du second semestre. Les principaux projets franciliens sont : Nanterre Seine (72 300 m², livré, 96 % loués), Nanterre Préfecture (14 700 m², livraison fin 2019, 55 % occupés), Massy (16 400 m², livraison fin 2019, 36 % pré-loués) et Paris Saclay (17 000 m², livraison fin 2020, 100 % pré-loués). « Je n’ai pas vu d’endroit aussi dynamique en France », a déclaré Thomas Georgeon au sujet du cluster Paris-Saclay affirmant sa volonté de poursuivre ses activités sur ce territoire, voire de soutenir directement des jeunes pousses de la proptech. « C’est un sujet que nous allons commencer à regarder », a confirmé le directeur général.

« Recentrage stratégique »

Afin de réduire son endettement et retrouver de « la flexibilité financière » suite à l’acquisition d’Affine, la STE va céder 10 % de son patrimoine actuel pour un montant de 190 millions d’euros.

Le parc d’affaires Nanterre Seine.

Le parc d’affaires Nanterre Seine. © DR

Par cette cession, le groupe souhaite procéder à « un recentrage stratégique » consistant à focaliser son parc sur du bureau exclusivement. Ce recentrage est également géographique, 80 % du parc immobilier se trouvera dans la MGP d’ici 18 mois (72 % anciennement). Les 20 % restant seront répartis dans des « régions à potentiel » tels Lyon, Lille, Aix/Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes.
La stratégie de croissance exposée par l’entreprise :se base sur trois fondamentaux : l’acquisition de nouveaux actifs, le développement du pipeline sur les fonciers existants et la croissance externe. Une politique de responsabilité sociale des entreprises (RSE) est par ailleurs mise en avant avec 100 % des actifs certifiés, ainsi qu’une promesse de réduire l’empreinte carbone de son parc de 40 % d’ici 2030.

Sur le même sujet

Top