Zenpark : le Grand Paris devrait accélérer l’essor du parking partagé

Elle vient de lever 1,6 million d’euros de capitaux frais, de conclure un ambitieux accord avec Nexity : la start-up Zenpark est en plein boom.

Et de fait, le service de parking partagé qu’elle propose depuis septembre 2013 semble voué au développement. Concrètement, Zenpark noue des accords, notamment avec des hôteliers ou des bailleurs sociaux, qui mettent à sa disposition, lorsqu’elles sont vides, des places de parking. L’entreprise implantée à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) installe alors à l’entrée du parc de stationnement un boitier de son invention, qui permet à ses clients, préalablement inscrits sur son site, de rentrer, sortir, et payer.

Aujourd’hui, l’entreprise « gère » ainsi 40 parkings et environ 2 000 places, « notre but n’étant pas d’avoir des grands parkings, mais de multiples lieux bien implantés », explique William Rosenfeld, PDG et co-fondateur. Zenpark rémunère le propriétaire ou gestionnaire du lieu, qui valorise ainsi un actif jusque-là dormant. A terme, cependant, la mutualisation pourrait être prise en compte dès la construction d’un immeuble – de logements ou de bureaux. « Certaines collectivités, du reste, déterminent désormais des plafonds de places de parking par logement, et non des planchers, incitant ainsi à cette mutualisation », assure le PDG. Ainsi du projet d’écoquartier Boissière Acacia à Montreuil (Seine-Saint-Denis) qui fait partie du partenariat récemment noué avec Nexity.

William Rosenfeld en est en tous cas persuadé : « nous avons un rôle à jouer dans le Grand Paris ». Car le nombre de parkings dépendant de bailleurs sociaux par exemple est encore plus important en banlieue qu’à Paris. Et les usages partagés pourraient s’imposer pour favoriser la multimodalité que le Grand Paris express devrait favoriser.

Sur le même sujet

Fiche société

Top