Une 12e centrale alimente le réseau de froid de Paris

Yann Rolland, directeur général délégué d’Engie solutions France, Dan Lert, adjoint à la maire de Paris, Mario Gonzales, adjoint au maire du 18e, et Audrey Guern, directrice de Fraicheur de Paris, ont inauguré le jeudi 13 juin la nouvelle centrale de production frigorifique du réseau de froid de la ville de Paris. Située dans les sous-sols de l’Adidas-Arena porte de la Chapelle, l’équipement rejoint les 11 autres sites de production parisiens.

Yann Rolland, directeur général délégué d’Engie solutions France, s’est d’autant plus réjoui d’inaugurer le 13 juin la centrale de production d’énergie frigorifique de la Porte de la Chapelle (Paris 18e arr.) en service depuis le début de l’année, que « dans le monde du froid, il ne se passe pas grand chose ».

Inauguration de la centrale de production frigorifique de la Porte de la Chapelle, de g. à dr. : Audrey Guern (Fraicheur de Paris), Yann Rolland (Engie Solutions France), Dan Lert (ville de Paris) et Mario Gonzales (mairie du 18e). © Jgp

Et pourtant, prémunir les habitants contre la hausse des températures devient un impératif au regard de « l’accélération du changement climatique », comme l’a de son côté souligné Dan Lert, adjoint à la maire de Paris en charge de la transition écologique. Pour se préparer à d’éventuels pics à 50°C, la Ville a engagé une mission spécifique dont « l’une des clés est la fraîcheur », a également assuré l’élu parisien, notamment pour réduire le recours aux climatiseurs, « énergivores et émetteurs de gaz à effet de serre », alors que le réseau de fraicheur est alimenté à 100 % par des énergies renouvelables.

Pour autant, cela fait déjà plusieurs dizaines d’années que le réseau de froid urbain de la Capitale existe puisque la première centrale a vu le jour aux Halles en 1978. En 30 ans, le concessionnaire, Climespace, filiale d’Engie, a construit 89 km de réseau et une dizaine de centrales réparties dans Paris qui rafraichissent hôtels, grands magasins, bureaux, musées. C’est désormais Fraicheur de Paris, co-détenue par Engie (85 %) et la RATP (15 %) qui détient la concession pour une durée de 20 ans et qui a donc construit la nouvelle centrale de la Chapelle au niveau -2 de l’Adidas-Arena dans un local de 200 m2 prévu dès l’origine à cet effet. L’investissement atteint presque les 10 millions d’euros.

7 degrés au pied du bâtiment

Dotée désormais d’un réseau de froid de 103 km offrant une capacité en quasi continue de 425 GWh, soit le plus grand de France, la ville de Paris est, selon Yann Rolland, « en pointe » dans ce domaine. « La centrale de La Chapelle, d’une capacité de 6,6 MW, permettant de rafraichir 200 000 m2, est conçue pour répondre précisément aux besoins de l’Adidas-Arena et de son environnement proche », a expliqué Audrey Guern, lors de la visite inaugurale.

La centrale de production frigorifique située en sous-sol de l’Adidas-Aréna compte deux groupes froids. © Jgp

Il s’agit d’une centrale à « haute efficacité énergétique, reposant sur deux principes fondamentaux : la synergie chaud-froid et la diversité de ses exutoires (à savoir la géothermie et les tours de refroidissement qui permettent d’évacuer la chaleur fatale issue de la production) », a précisé la directrice de Fraicheur de Paris, garantissant une température à 7 degrés au pied du bâtiment. « Ces principes permettent de valoriser la chaleur fatale, de réduire l’effet d’îlot de chaleur urbain en évitant un rejet de chaleur dans l’air ambiant, et d’augmenter l’efficacité énergétique du réseau de froid ». Les groupes frigorifiques doivent extraire de la chaleur pour produire l’eau glacée, cette extraction est répartie sur plusieurs ressources : la boucle d’eau chaude du bâtiment, la géothermie pour le prélèvement et le rejet de calories (six puits de géothermie à La Chapelle), le réseau d’eau non potable, et les tours aéroréfrigérantes en dernier recours.

Triplement du réseau en 20 ans

En complément et pour répondre aux besoins en électricité nécessaires aux auxiliaires de la centrale ainsi qu’à l’éclairage, 1 051 m² de panneaux solaires ont été installés sur le toit de l’Aréna, réduisant encore l’empreinte environnementale de l’équipement.

1 051 m² de panneaux solaires ont été installés sur le toit de l’Aréna. © Fraîcheur de Paris 2024 – La Chapelle

Qualifiée « d’externalités positives » par Mario Gonzales, en référence au nouveau PLU bioclimatique à l’étude à Paris, l’adjoint au maire du 18e arrondissement en charge de l’urbanisme et du logement a d’ailleurs assuré que « ce projet extrêmement vertueux s’inscrit dans le cadre du futur PLU b ». Outre sa fonction première de refroidir, la centrale alimentera en eau chaude le quartier Charles Hermite, « l’un des plus pauvres de la Capitale », a rappelé Mario Gonzales, puis à terme celui de Gare des Mines-Fillettes.

La ville compte bien poursuivre l’accroissement du réseau avec comme objectif fixé au concessionnaire de le tripler en 20 ans et d’en élargir les bénéficiaires, en priorité les équipements publics sensibles tels que les Ehpad, crèches, hôpitaux et autres établissements de santé, « afin de protéger leurs occupants des futures canicules », a annoncé Dan Lert, mais ils pourront aussi offrir « des refuges temporaires contre la chaleur ».

Sur le même sujet

Top

Centre de préférences de confidentialité

Cookies strictement nécessaires

Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Ils ne sont généralement qu'activés en réponse à des actions que vous effectuez et qui correspondent à une demande de services, comme la configuration de vos préférences de confidentialité, la connexion ou le remplissage de formulaires. Vous pouvez configurer votre navigateur pour bloquer ou être alerté de l'utilisation de ces cookies. Cependant, si cette catégorie de cookies - qui ne stocke aucune donnée personnelle - est bloquée, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

PHP - Cookie de session, gdpr[allowed_cookies], gdpr[consent_types]

Advertising

Cookies de performance

Ces cookies nous permettent de déterminer le nombre de visites et les sources du trafic sur notre site web, afin d'en mesurer et d’en améliorer les performances. Ils nous aident également à identifier les pages les plus / moins visitées et à évaluer comment les visiteurs naviguent sur le site. Toutes les informations, collectées par ces cookies, sont agrégées et donc anonymisées. Si vous n'acceptez pas cette catégorie de cookies, nous ne pourrons pas savoir quand vous avez réalisé votre visite sur notre site web.

_ga, _gat, _gid

Other