Société du Grand Paris : bilan 2015 et perspectives 2016

Dans son rapport d’activité 2015, la Société du Grand Paris (SGP) dresse le bilan de son activité et fait le point sur les travaux du Grand Paris express.

Publié au début du mois d’août 2016, ce document donne un aperçu de l’ampleur du chantier du futur métro automatique en abordant les volets environnementaux, architecturaux, économiques, immobiliers, culturels, numériques, etc. Passage en revue en quelques mots-clés et chiffres :

Acquisitions foncières

« Nous avons réalisé 92 millions d’euros d’acquisitions foncières en 2015 et nous y consacrerons 190 millions d’euros en 2016, rapporte Catherine Barrot-Pèrenet, membre du directoire de la SGP. Le contentieux reste à ce jour très marginal ; nous privilégions toujours les négociations à l’amiable. Notre enjeu est la réduction des délais pour mener à bien cette mission. » Au total, d’ici à 2023-2024, la SGP devrait acquérir environ 10 000 biens pour un budget estimé à 1,4 milliard d’euros.

133

133 marchés ont été notifiés en 2015, pour un montant prévisionnel de 296 millions d’euros. « 36 marchés représentant 90 % de ce montant prévisionnel ont fait l’objet de négociations techniques et financières, ce qui a permis à la Société du Grand Paris d’optimiser les offres des candidats », est-il précisé dans le rapport d’activité.

Interconnexions

Au sujet des interconnexions, « les études sont lancées pour l’ensemble des tronçons et la phase de réalisation des travaux est déjà engagée sur la ligne 15 sud, signale le document. La méthodologie est désormais arrêtée avec les opérateurs comme avec le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) sur les approches techniques et sur les questions de financement. »

200 personnes

Les effectifs de la SGP doivent atteindre 200 personnes à la fin 2016, après 40 recrutements cette année. Au total en 2015, les personnels mis à disposition par un organisme extérieur, les personnels en renfort et les prestataires, 328 personnes ont également apporté leur soutien au projet du Grand Paris express. « 1 500 personnes travaillent dans les bureaux d’études, d’architecte, d’ingénierie pour concevoir le Grand Paris express », indique également Philippe Yvin, président du directoire de la SGP.

Calendrier

« Dans quelques mois, tous les tronçons seront en étude d’avant-projet ou en phase de production, note Philippe Yvin. De plus, le financement du Grand Paris express est global et sécurisé, il n’est pas suspendu à des négociations annuelles, ce qui conforte sa réalisation. » L’événement KM1, organisé le 4 juin 2016, avait pour objet de marquer le début des travaux de génie civil de la ligne 15 sud.

L'événement KM1, le 4 juin 2016 à Clamart, a marqué le début des travaux de génie civil pour la ligne 15 sud. © JGP

L’événement KM1, le 4 juin 2016 à Clamart, a marqué le début des travaux de génie civil pour la ligne 15 sud. © JGP

967 millions d’euros

Outre le projet du Grand Paris express, la Société du Grand Paris est appelée à participer à d’autres projets de transports franciliens. Elle devrait ainsi abonder de 967 millions d’euros les prolongements du RER E à l’ouest, des lignes 11 et 14 nord du métro et les schémas directeurs des RER qui représentent un investissement global de près de trois milliards d’euros.

Emploi

« Les chantiers du Grand Paris Express généreront un besoin de 10 000 à 15 000 emplois annuels, qui ne seront pas forcément des créations, fait valoir le président du directoire de la SGP. Avec l’Académie du Grand Paris, nous voulons créer une plateforme de formation pour les besoins du chantier, en lien avec la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), la Fédération française du bâtiment (FFB) et la Région Ile-de-France. »

26

26 grands projets de lieux culturels sont à l’étude dans les futurs quartiers de gare. La cartographie des lieux culturels du Grand Paris Express, présentée le 2 juillet 2015 aux membres du comité stratégique, recense 270 lieux dans les quartiers de gare (à moins de 10 minutes à pied).

BIM

« Le building information modeling (BIM) permet la conception des projets en 3D, indique Bernard Cathelain, membre du directoire de la SGP. C’est une révolution équivalente à l’arrivée de l’ordinateur par rapport à la planche à dessin ! Les architectes, les bureaux d’études et les entreprises intégreront cet outil numérique sur la base de la maquette numérique que nous avons présentée au Mipim, en mars 2015. »

 

Rapport d’activité 2015 – Société du Grand Paris – Août 2016

Sur le même sujet

Top