La CCIR se mobilise face aux mutations du commerce électronique

Gérald Barbier (Barbier Luminaire), premier vice-président de la chambre de commerce et d’industrie de Paris, a présenté, le 6 juillet 2017, le plan d’actions de la CCI Paris Ile-de-France en faveur du commerce. Le préfet Cadot en a profité pour décrire la méthode du gouvernement pour le Grand Paris.

Le plan d’action en faveur du commerce dévoilé jeudi 6 juillet 2017 par la chambre de commerce de Paris Ile-de-France se base sur une vaste concertation menée auprès des commerçants de l’ensemble des départements de la région au cours des derniers mois. Beaucoup sont inquiets face aux mutations du commerce et à la montée en puissance du e-commerce et de l’ensemble des nouveaux usages numériques qui l’accompagne. Une série de recommandations visent à renforcer les potentialités du commerce physique, en développant « une offre expérientielle ». « Il s’agit, par exemple, d’implanter au sein des commerces des bornes interactives et autres tablettes, afin de mixer le numérique et l’achat classique en magasin », indique Gérald Barbier.

Gérald Barbier dévoile le plan d’action de la chambre de commerce de Paris Ile-de-France, jeudi 6 juillet 2017. © Jgp

Ce dernier a rappelé que la chambre s’était déjà largement mobilisée pour accompagner les commerçants, comme l’ensemble de ses ressortissants, aux mutations en cours, avec le dispositif des Digiteurs. Parmi ses recommandations à l’ensemble des parties prenantes, Etat, collectivités locales, fédérations professionnelles et associations de commerçants, la CCI souhaite encourager la promotion du « click and collect », c’est-à-dire les bornes de retrait, conciergerie, ainsi que la prise de rendez-vous par Internet. Les commerçants doivent également se soucier davantage de leur e-reputation. « Parfois, on a peur de ces nouveaux outils, qui s’apprivoisent en réalité plus facilement qu’on ne le pense », a résumé le président de la chambre régionale, Didier Kling.

Mixité urbaine

La CCI Paris Ile-de-France invite, par ailleurs, les établissements publics territoriaux (EPT), les intercommunalités et les communes à utiliser davantage le plan local d’urbanisme (PLU) comme un vecteur de mixité urbaine, alliant l’ensemble des activités de la ville : habitat, commerce, tourisme, zone d’activités… ainsi que l’intégration du commerce dans une vision globale et cohérente d’aménagement du territoire. Elle propose, par ailleurs, d’élaborer des plans de stationnement plus adaptés permettant une meilleure organisation de l’espace public en facilitant l’accès aux commerces. Autres préconisations formulées par la CCI, une organisation collective et efficace du commerce par le biais d’une approche polyvalente du métier de « manager du commerce et de ville », le regroupement d’unions commerciales et d’entreprises au sein de sociétés coopératives, avec le soutien des collectivités territoriales.

Assemblée générale de la chambre de commerce et d’industrie de Paris-Ile de France, jeudi 6 juillet 2017. © Jgp

Avec les services de l’Etat et les collectivités territoriales, la CCI Paris Ile-de-France encourage les dispositifs d’alerte préventifs, notamment, en identifiant systématiquement au sein des commissariats de police ou des brigades de gendarmerie un référent « sécurité des commerces », sensibilisé à leurs problématiques.

Réduire la période de soldes

La CCI propose, par ailleurs, de revoir la législation pour réduire la période des soldes qui est jugée trop longue (aujourd’hui deux fois six semaines) et remonter tout début janvier les soldes d’hiver. S’inspirant du Black friday, elle propose également l’organisation d’un événement promotionnel fédérateur en novembre ou à la rentrée de septembre.

Enfin, la CCI Paris Ile-de-France veut mieux former les commerçants et leurs salariés à l’accueil des touristes, à l’instar de l’opération « Do you speak tourist », déployée en Ile-de-France depuis 2015. C’est l’un des objectifs de la convention avec la Région signée au printemps dernier. La chambre rassemblera à la rentrée l’ensemble de ces acteurs autour des cinq thématiques d’intervention indispensables pour l’avenir du commerce. « Le commerce, c’est 140 000 entreprises et 600 000 emplois dans notre ressort », a rappelé Didier Kling.

Sur le même sujet

Fiche institution

Top