Anne Hidalgo souhaite que la métropole « réduise les fractures territoriales »

Lors de ses voeux à la presse le 21 janvier 2015, la maire de Paris a affirmé que la métropole du Grand Paris « doit permettre de réduire les fractures territoriales qui sont insupportables ».

Interrompue 15 jours plus tôt dans ses voeux aux parisiens par l’attentat de Charlie Hebdo, Anne Hidalgo a consacré une large part de son adresse aux journalistes à l’émotion provoquée par cet événement. Plusieurs de ses annonces ont d’ailleurs été présentées en réaction à l’actualité qui a frappé la capitale. Outre une « conférence de partage » et une plateforme visant à mobiliser les parisiens motivés pour faire du volontariat, la maire socialiste a évoqué l’idée de créer une « carte de citoyen parisien ». Un projet soufflé par Bill de Blasio, le maire de New York, venu en visite la veille à la mairie. « Cette ville doit être inclusive […] nous souhaitons développer l’idée de l’appartenance et de l’accès », a-t-elle indiqué. Cette carte pourrait, par exemple, donner accès à des lieux ou des événements et voter dans le cadre du budget participatif.

Anne Hidalgo, maire de Paris © H. Garat/Mairie de Paris

Anne Hidalgo, maire de Paris © H. Garat/Mairie de Paris

Une volonté qui peut surprendre alors qu’au même moment le Parlement se prépare à évoquer les nouveaux principes de la construction métropolitaine. Une métropole du Grand Paris qui doit, selon Anne Hidalgo, « être orientée de manière vigoureuse vers la réduction des fractures territoriales ». Des termes qu’elle a répétés, insistant sur le fait que « tout devait être fait » pour réduire ces fractures.

Autre fracture à laquelle la maire de Paris souhaite s’attaquer : le chômage des jeunes. La maire a formulé le souhait de travailler avec les entreprises, les missions locales, les commerçants, les artisans et l’ensemble des acteurs de l’emploi pour remédier à ce problème. Elle appelle à un « plan de grande ampleur pour les jeunes sans diplôme » afin de les « prendre par la main » pour accéder à un emploi. « Je veux une mobilisation très importante », a-t-elle clamé. L’élue souhaite dans ce cadre que les cours municipaux d’adulte soient « revus pour être plus utiles », en les orientant notamment vers l’apprentissage des langues et les reconversions.

Sur le même sujet

Fiche institution

Top