Valérie Pécresse lance « Libres ! » de la butte d’Orgemont

« Le choix de nous réunir aujourd’hui à Argenteuil, dans le Val d’Oise, ne doit rien au hasard », a indiqué Valérie Pécresse dimanche 10 septembre 2017, en lançant « Libres ! » devant 2 000 personnes et une brochette d’élus, majoritairement franciliens.

Le discours fondateur de « Libres ! », la formation de Valérie Pécresse, prononcé dimanche 10 septembre 2017 en début d’après-midi devant quelque 2 000 personnes sur la Butte d’Orgemont (*), visait avant tout à situer ce nouveau mouvement sur l’échiquier politique national. Quelque part entre Macron et Wauquiez, puisqu’un des slogans phares de ce nouveau parti, repris dimanche par la présidente de l’Ile-de-France, est « Ni Macron ni Buisson ».

Valérie Pécresse, dimanche 10 septembre 2017 en début d’après-midi devant quelque 2 000 personnes sur la Butte d’Orgemont. © Jgp

Si l’ancienne ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur n’a donc logiquement rien dit du Grand Paris et de ses débats en cours, les références à l’Ile-de-France n’ont pas manqué néanmoins. Pas plus que les élus franciliens, venus en nombre soutenir « Valérie ». On notait, notamment, la présence de nombreux conseillers régionaux, de Geoffroy Didier à Pierre Deniziot, sur la tribune, ainsi que des présidents de départements Arnaud Bazin (Val d’Oise) ou François Durovray (Essonne) au premier rang de l’assistance, entourant l’ancien président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer. Le jeune député Robin Reda, Jérôme Chartier, Frédéric Péchenard, Patrick Stéfanini, Robin Rivaton ou Othman Nasrou étaient également présents ce dimanche à Argenteuil, de même que de nombreux maires (ou anciens maires) d’Ile-de-France, dont plusieurs conseillers métropolitains, à l’instar du maire de Saint-Ouen William Delannoy, de Michel Herbillon (ex-maire de Maisons-Alfort) ou de Jean-Didier Berger (Clamart).

François Durovray et Arnaud Bazin entouraient Bernard Accoyer, au premier rang de l’assistance. © Jgp

La présidente de l’Ile-de-France a entamé son discours en remerciant « les 73 parlementaires et anciens parlementaires qui ont rejoint le mouvement ».

Hommage à Arnaud Bazin et Georges Mothron

« Le Val d’Oise est un l’un des départements les plus jeunes de France, où la mixité sociale se vit au quotidien. Un département de cadres et d’ouvriers, où l’industrie côtoie l’agriculture, les villes populaires, les villes nouvelles, où se mêlent les quartiers résidentiels et les villages des parcs naturels », a déclaré Valérie Pécresse. Avant de saluer l’équipe du président Bazin, « qui a sauvé le département, en situation de quasi faillite, en reprenant les rênes à la gauche en 2011 ». La présidente de la Région a également salué le travail du maire d’Argenteuil Georges Mothron, « qui a prouvé que la droite pouvait parler à la France populaire et être entendue ».

La saison 3 de « A droite toute ! »

La présidente de « Libres ! » a ensuite positionné son mouvement, rappelant qu’elle se situe dans l’héritage du gaullisme social. C’est-à-dire voulant « concilier l’autorité et la justice sociale ». Elle a égrainé « les failles du système Macron » : « manque d’audace réformatrice et manque de fermeté face aux menaces qui peuvent déstabiliser le pays ». « Perçoit-il les fractures territoriales qui aujourd’hui ne cessent de se creuser ?  », s’est-elle interrogée.

La présidente de « Libres ! » a décrit ses valeurs, empruntant au rêve de Martin Luther King pour inviter l’assistance « à faire un rêve pour la droite ». © Jgp

Puis Valérie Pécresse a revendiqué un droit d’inventaire « nécessaire pour construire une alternative crédible ». « Rien ne serait pire que de servir aux Français la saison 3 de à droite toute », a-t-elle déclaré, devant un auditoire conquis, scandant son prénom à intervalles réguliers. L’ancienne députée des Yvelines entend répondre aux attentes des Français « qui préféreront toujours la responsabilité individuelle à l’excuse », à ceux « qui croient que la sécurité est la première des libertés », qui « défendront l’indivisibilité de la République avant tout, sans compromission avec les communautarismes ».

Laboratoire d’idées

La présidente de « Libres ! » a décrit ses valeurs, empruntant au rêve de Martin Luther King pour inviter l’assistance « à faire un rêve pour la droite ». Celui d’une droite paritaire, ferme, laïque, « qui reparle de codéveloppement notamment avec l’Afrique », écologique, innovante, européenne. « Je rêve d’une droite qui ne se contenterait pas de parler aux classes moyennes mais qui s’adresserait à tous les Français ». « Je rêve d’une droite vraiment sociale, a encore déclaré Valérie Pécresse, une droite qui refuserait l’assistanat […] mais qui mettrait l’humain au centre de ses décisions. »

Lancement de « Libres ! », dimanche 10 septembre 2017. © Jgp

Enfin, la présidente de « Libres ! » a estimé « qu’il ne fallait pas revenir sur la loi Taubira en faveur du mariage pour tous », pas plus que sur la loi Veil sur l’avortement. Le nom de Simone Veil recueillant, en l’occurrence, un score presque aussi élevé que celui de Nicolas Sarkozy à l’applaudimètre. « Menons pleinement le combat pour la dignité de la personne humaine, contre la marchandisation du corps humain et la gestation pour autrui », a également déclaré Valérie Pécresse, qui souhaite que son mouvement « devienne le laboratoire d’idées qui rénovera le logiciel de la pensée de la droite ».

 

* La Butte d’Orgemont, à Argenteuil, qui offre l’une des plus belles vues sur Paris et la banlieue, est une ancienne carrière à l’abandon. Pendant plus d’un an, l’Agence des espaces verts, organisme associé de la Région, y a réalisé des travaux d’aménagement. Près de 700 arbres et 3 000 arbustes ont été plantés, et 500 m de promenades ont vu le jour. Ce nouvel espace vert, dans lequel la Région a investi 2,3 millions d’euros, a été inauguré le 20 mai 2017.

La Défense, vue de la butte d’Orgemont, à Argenteuil. © Jgp

 

Sur le même sujet

Top