Un tiers-lieu social pour le sud de Malakoff

En préfiguration depuis un an, cet espace hybride entre maison de quartier et coworking va entrer en phase de travaux pour démarrer pleinement ses activités à la rentrée 2018.

Au cœur d’un quartier résidentiel du sud de Malakoff (Hauts-de-Seine), Laure Kuntzinger – présidente bénévole – a implanté depuis le 15 mars 2017 un lieu d’un genre nouveau qui vient de passer une année à se construire un avenir. Dans ces locaux défraîchis, son association, LK Ecowork, et l’équipe de trois personnes ont organisé différentes activités dont du soutien scolaire, des cours de boxe et de français, de l’aide administrative ou du soutien à l’insertion professionnelle. Les jeunes alentours tout comme Jacqueline, une voisine retraitée, n’hésitent pas en à pousser la porte à toute heure.

Laure Kuntzinger estime que « l’innovation technologique est beaucoup aidée, mais que ce n’est pas le cas de l’innovation sociale. » © JGP

Dans cet espace de 250 m2, comme pour celui de la même taille situé de l’autre côté de la place, l’ambition est de créer un tiers-lieu qui permet aux différentes générations de se croiser. Pour le moment, seules quelques pièces sont aménagées en attendant les travaux qui doivent permettre au projet d’être totalement opérationnel en septembre 2018. Paris habitat a mis à disposition les lieux pour une durée de deux ans au prix des charges. Les locataires devant financer la réhabilitation.

Studio d’enregistrement au sous-sol

Dans quelques mois, le premier site poursuivra sa métamorphose en maison de quartier en continuant les activités mises en place pendant la préfiguration, issues de rencontres avec les habitants afin de définir les besoins. Des mamans s’y retrouvent pour prendre un café deux fois par mois, une psy bénévole vient rencontrer les familles et des jeunes viennent profiter des sorties pendant les vacances. Au sous-sol sera aménagé un studio d’enregistrement géré par une association locale, Street élément production qui aura ses bureaux dans l’autre local.

Aménagement temporaire des locaux de la partie maison de quartier. © JGP

De l’autre côté de la place, celui-ci accueillera des espaces de travail partagés destinés à des entreprises, des indépendants, des artisans ou des chercheurs d’emploi avec un projet d’entrepreneuriat. Une épicerie solidaire gérée par les jeunes pourrait aussi y voir le jour. « Je crois au mélange des secteurs d’activité, des différents types de structure, des actifs et des chômeurs », explique la porteuse du projet.

A proximité du Grand Paris express

Pour le mener, Laure Kuntzinger s’est entourée de nombreux partenaires qui interviennent à différents niveaux. Certains fournissent des matériaux pour aménager les locaux dans une démarche d’économie circulaire, quand d’autres viennent donner des cours bénévolement. La chambre de métiers et de l’artisanat des Hauts-de-Seine va soutenir des artisans qui s’y installeront et la société Griffon y a installé des toilettes innovantes.

Vue extérieure des locaux de LK Ecowork à Malakoff. © JGP

Le réseau Entreprendre pour apprendre va également être sollicité, notamment avec son programme « Notre commune », conçu comme un « outil de découverte du territoire destiné aux enfants du CM1 à la 6e ». Il s’agira notamment de travailler autour du chantier du Grand Paris express qui va prendre de l’ampleur dans les mois à venir aux alentours de la station Châtillon-Montrouge située à proximité. « Nous souhaitons mener une réflexion sur les impacts du chantier et faire penser les jeunes au quartier de demain », explique Laure Kuntzinger.

« Révolutionner le modèle associatif »

« Aujourd’hui, nous nous autofinançons à 90 % grâce à mes activités de consultante, observe-t-elle. Nous essayons de révolutionner le modèle associatif du fait de la baisse des subventions et nous recherchons des fonds pour financer. » Si la commune et d’autres acteurs publics ont été contactés, les entreprises du territoire sont aussi ciblées pour contribuer d’une manière ou d’une autre à des projets.

« Il faut trouver les moyens d’investir dans les lieux d’innovation sociale car nous pouvons créer des emplois, donner une dynamique et faire bouger des quartiers », proclame la présidente. Une dynamique qui devrait d’ailleurs dépasser Malakoff puisque LK Ecowork prépare l’ouverture d’autres espaces à Epinay-sur-Orge (Essonne) et dans le 19e arrondissement de Paris.

Sur le même sujet

Top