Première réunion des autorités de l’eau franciliennes

Le Sedif, le SMGSevesc, le SEPG et la ville de Paris se retrouvent, le 6 décembre 2017, pour la première réunion technique de leur groupement de commande en cours de constitution. Au menu : sécurisation de l’alimentation et préservation de la ressource en eau.

Les quatre principales autorités organisatrices du service public de l’eau franciliennes, le Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif), le Syndicat mixte pour la gestion du service des eaux de Versailles et Saint-Cloud (SMGSEVESC), la ville de Paris et le Syndicat des eaux de la presqu’île de Gennevilliers (SEPG), ont rendez-vous le 6 décembre 2017 dans les locaux de ce dernier. Objectif : « identifier puis, le cas échéant, mettre en œuvre les éventuelles actions collectives en vue d’améliorer la sécurité du service public de l’eau, et de se préparer de manière concertée aux conséquences du dérèglement climatique ».

© Brainmaster.

Un groupement de commande est en cours de constitution et la réunion du 6 décembre, la première du genre, doit permettre de finaliser les derniers aspects techniques (cahier des charges notamment) et de fixer un calendrier de travail. Une première étude commune doit être lancée en janvier, pour des résultats attendus à l’automne 2018.

Vers une fédération ?

L’hôte de la rencontre, le SEPG, qui regroupe dix communes (610 000 habitants ) des établissements publics territoriaux Paris Ouest La Défense et Boucle Nord de Seine (Hauts-de-Seine), y voit les bases de la « création d’une Fédération francilienne des autorités de l’eau (2FAE) ». Les autres participants se montrent plus prudents, se contentant d’évoquer une réunion technique.

Dans tous les cas, il s’agit « de se rapprocher pour étudier et définir ensemble, dans le respect des choix d’organisation et de gestion de chacun, les actions collectives à mettre en œuvre, dont d’éventuels investissements », précise le SEPG qui rappelle que « cette coopération n’est naturellement pas exclusive et a vocation, dans le cadre d’une vision « cycle de l’eau », à s’étendre aux autorités organisatrices de l’eau voisines au-delà du périmètre de la métropole du Grand Paris. L’État, l’agence de l’eau et l’EPTB Seine Grands Lacs seront naturellement étroitement associés à ces travaux ».

Sur le même sujet

Top