Paris prend de la hauteur avec la tour Home

Anne Hidalgo a  inauguré le 5 juin 2015 la tour Home, qui par ses 50 m est la plus haute tour d’habitation construite à Paris depuis les années 1970. Elle témoigne du nouveau visage du secteur Masséna-Bruneseau (13e arr.), qui fait l’objet d’un vaste programme de réaménagement porté par la Ville de Paris et la Semapa.

Avec ses 50 m, Home est la plus haute tour d’habitation inaugurée à Paris depuis les années 1970. Imaginée par les architectes Hamonic+Masson et Comte Vollenweider, construite par Bouygues Immobilier, elle comporte 92 logements sociaux et 96 logements en accession.

©VilledeParis

La tour Home, dessinée par Harmonic + Masson et Comte Vollenweider et construite par Bouygues Immobilier © Ville de Paris

« Ces logements, répartis en deux bâtiments de 14 et 17 étages, reposent sur un socle commun qui abrite des commerces – dont un restaurant de chef étoilé et une boulangerie – qui ouvriront cet été, surplombés d’un jardin central. En complément des nombreux balcons, des jardins d’hiver ont été conçus pour permettre à une partie des locataires de profiter du soleil quelle que soit la saison », fait valoir la mairie de Paris.

Solaire pour l’eau chaude

« Cet ensemble harmonieux à l’esthétique particulièrement soignée, est aussi une prouesse technique : il repose sur 333 « boîtes à ressorts », qui l’isolent parfaitement des vibrations liées au trafic ferroviaire. Conforme au Plan climat énergie de Paris, il dispose aussi de panneaux solaires qui fournissent l’énergie nécessaire à l’eau chaude sanitaire », poursuit-on.

Home est le premier édifice à mettre en œuvre le déplafonnement des hauteurs maximum de construction dans le secteur de Masséna-Bruneseau, décidé en 2011 par le Conseil de Paris. Cette inauguration sera suivie, dans quelques mois, par celle de la tour M6B2, conçue par l’architecte Edouard François et d’ores et déjà surnommée la «  tour de la biodiversité » en raison de son importante végétalisation.

Plaidoyer pour une baisse des charges foncières

François Bertière, président directeur général de Bouygues Immobilier, a profité de cette inauguration pour plaider en faveur d’une baisse des charges foncières. Il a demandé en la matière la même volonté que celle qui fut à l’oeuvre pour permettre la construction de tours d’habitation d’une telle hauteur. Un débat qu’il juge d’ailleurs « assez surréaliste quand on a une vision globale de l’urbanisme et de la concurrence internationale dans laquelle sont engagées les grandes métropoles. Paris ne pourra pas tenir son rang sans tours ». Pour le PDG de Bouygues Immobilier, le pari de « réconcilier les habitants avec les tours » est aujourd’hui tenu grâce aux architectes, mais l’élan doit se poursuivre.

François Bertière a salué la création d’un groupe de travail pour la relance de la construction à Paris, dont il est le coprésident avec Ian Brossat, adjoint au logement à la mairie de Paris. S’adressant à Anne Hidalgo, il juge cependant que « c’est une belle ambition, qui est nécessaire pour les parisiens mais qui ne pourra être atteinte que si vous faisez baisser le prix du foncier. » Il assure par ailleurs que les promoteurs qu’il représente dans ce groupe de travail « y sont prêts, en contrepartie de contraintes sur les prix de vente ». Et de conclure : « Vous avez réussi à faire monter la hauteur des bâtiments à Paris, puissiez-vous aussi faire baisser le prix des charges foncières. »

©VilledeParis

© Ville de Paris

©VilledeParis

© Ville de Paris

Sur le même sujet

Fiche institution

Top