Finances : les collectivités locales franciliennes empruntent moins

Après trois ans de repli observé sur l’ensemble des collectivités françaises, le recours à l’emprunt des collectivités et intercommunalités franciliennes s’est également contracté en 2018 pour atteindre 1,2 milliard d’euros, soit 17 % du montant total emprunté l’an dernier. Leurs encours de dette est quasiment stable à 21,5 milliards d’euros, révèle l’Observatoire Finance active 2019, d’après son panel de plus de 220 collectivités franciliennes.

Malgré des taux d’intérêt historiquement bas, 1,22 % en moyenne pour les collectivités locales franciliennes, ces dernières ont moins emprunté en 2018 qu’en 2017. L’édition 2019 de l’Observatoire Finance active de la dette des collectivités locales annonce ainsi un montant de nouveaux emprunts de 1,2 milliard d’euros contre 1,9 milliard en 2017, soit 17 % du montant total emprunté par les collectivités françaises.

Caroline de Marqueissac et Vincent Ricolfi, consultants manager chez Finance Active. ©JGP

« Ce repli s’explique essentiellement par la réduction des nouveaux financements de deux grandes collectivités, une ville de plus de 100 000 habitants (- 500 millions d’euros) et un département (- 150 millions), commente Caroline de Marqueissac, consultante manager chez Finance Active.

Engagé depuis 2015, ce repli se poursuit chaque année pour représenter un volume de nouveaux flux près de deux fois moins important en 2018 qu’en 2015. « Au fur et à mesure que l’échéance des élections municipales se rapproche, les collectivités ont moins recours à l’emprunt », analyse Caroline de Marqueissac.

Les 123 collectivités franciliennes concernées ont très majoritairement opté pour les emprunts à taux fixe. Toutefois, « un cinquième des nouveaux financements de long terme ont été souscrits en variable », observe la consultante, malgré le contexte de taux courts négatifs depuis plusieurs années.

La Banque postale : premier prêteur

Plus de la moitié (57 %) des nouveaux flux sont issus de prêts bancaires, souscrits en majorité auprès de La Banque postale qui reste le premier prêteur des collectivités d’Ile-de-France (33 % et 32 % en 2017), devançant largement les autres banques, la Caisse d’Epargne arrivant en 3e position (13 %), après la Société Générale (19,5 %).

Nouveaux flux en repli pour les collectivités franciliennes. ©Finance active

Si les collectivités franciliennes ont eu davantage recours aux banques pour couvrir leurs nouveaux emprunts qu’en 2017 (44 %), elles ont également eu recours aux marchés pour se financer, l’obligataire représentant près de 30 % de leurs nouveaux flux. Il concerne cependant essentiellement les plus grandes d’entre elles. Les trois quarts des crédits mobilisés en 2018 ont une maturité supérieure à 15 ans : entre 15 et 19 ans pour 37 % d’entre eux et entre 20 et 25 ans pour 42 %.

Réduction de la durée de vie de la dette

Concernant la dette des collectivités et intercommunalités franciliennes, elle présentait un encours de 21,5 milliards d’euros au 31 décembre 2018, soit un montant quasiment stable par rapport à 2017 (21,3 milliards). Le taux moyen de cette dette ressort en Ile-de-France à 2,30 % (2,43 % en 2017), au-dessus de la moyenne nationale (2,24 %). « C’est la 5e année consécutive où le taux moyen de la dette des collectivités est inférieur à 3 % », note Finance Active. Il est cependant plus élevé pour les communes et EPCI de moins de 100 000 habitants (2,68 %) que pour les plus grandes (2,17 %), intégrant le bloc communal et les régions, départements.

La dette ne contient quasiment plus de produits à risques (2,9 %). La durée de vie de la dette des collectivités franciliennes se réduit pour atteindre 13,8 années contre 13,9 années en 2017 (12,4 années pour les plus grandes collectivités) et reste en deçà de la moyenne nationale (14,1 années). Les prêteurs sont majoritairement le groupe BPCE (17,1 %), talonné par la Sfil (Société de financement local créée à la suite de la déroute de Dexia et détenue par l’Etat – 75 %- , la Caisse des dépôts et La Banque postale).

Sur le même sujet

Top

Centre de préférences de confidentialité

    Cookies strictement nécessaires

    Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Ils ne sont généralement qu'activés en réponse à des actions que vous effectuez et qui correspondent à une demande de services, comme la configuration de vos préférences de confidentialité, la connexion ou le remplissage de formulaires. Vous pouvez configurer votre navigateur pour bloquer ou être alerté de l'utilisation de ces cookies. Cependant, si cette catégorie de cookies - qui ne stocke aucune donnée personnelle - est bloquée, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

    PHP - Cookie de session, gdpr[allowed_cookies], gdpr[consent_types]

    Advertising

    Cookies de performance

    Ces cookies nous permettent de déterminer le nombre de visites et les sources du trafic sur notre site web, afin d'en mesurer et d’en améliorer les performances. Ils nous aident également à identifier les pages les plus / moins visitées et à évaluer comment les visiteurs naviguent sur le site. Toutes les informations, collectées par ces cookies, sont agrégées et donc anonymisées. Si vous n'acceptez pas cette catégorie de cookies, nous ne pourrons pas savoir quand vous avez réalisé votre visite sur notre site web.

    _ga, _gat, _gid

    Other