Tribune – D. Perrault : Notre-Dame de Paris – Le coeur du coeur

Dans une tribune, l’architecte de la Bibliothèque nationale de France travaillant actuellement sur le projet du Village olympique et paralympique 2024, exprime sa vision de la reconstruction de Notre-Dame, à la fois « un chantier délicat » et un « défi particulièrement fascinant ».

Notre-Dame, le coeur du coeur de Paris, trésor de l’île de la Cité, vient de traverser l’épisode le plus terrible de son histoire. Ce drame laisse sans voix et touche toutes les sensibilités, tous les regards, par-delà les territoires et les cultures.

Dominique Perrault. © Jgp

Il nous rappelle à tous combien l’architecture, comme toute création, est chose fragile. Il nous prouve de façon tragique combien la préservation des richesses bâties, traces tangibles de savoir-faire millénaires, où qu’elles soient, est indispensable. Cette blessure incandescente révèle aussi la dimension émotionnelle qu’est capable de porter l’architecture, sa valeur culturelle universelle, sa force symbolique unique, son mythe nourrit par les arts, la littérature, la géographie intime de chacun. Notre-Dame est un lieu unique, au coeur d’un site exceptionnel, l’île de la Cité, un territoire en soi, de Lutèce au Grand Paris. C’est une immense émotion pour les architectes qui, au quotidien, bâtissent et rebâtissent l’histoire de l’architecture. Ayant étudié à partir de 2015 l’île de la Cité lors de la Mission d’étude qui m’avait été confiée, en collaboration avec Philippe Belaval, Président du Centre des Monuments Nationaux, je suis particulièrement ému. Nous avions érigé cette « île-monument », inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, en lieu de recherche et d’expérimentation inédit et ouvert à tous.

La reconstruction de Notre-Dame sera un chantier délicat, et la perte irréversible de sa charpente médiévale, « la forêt », ne doit pas nous décourager. Le patrimoine d’aujourd’hui est une superposition d’époques, chaque siècle ou presque aura laissé son empreinte sur la cathédrale. « Chaque flot du temps superpose son alluvion »1. Il faudra la reconstruire, sans dénaturer sa substance patrimoniale, et cela nous encourage à ré-envisager notre relation au patrimoine et à croire en sa capacité de résilience. Il faudra faire revivre Notre-Dame pour mieux la protéger, poser sur elle un regard porté vers une vision d’avenir, qui puisse transcender sa simple restitution, par la beauté. Il faudra enfin utiliser l’énergie unique de ce lieu pour lui redonner une présence plus forte, une résonnance plus large, le transformer en quelque chose d’autre, l’amplifier et le sublimer. L’avenir de ce monument et de ce site est un enjeu unique. Pour que Notre-Dame et son île incarnent à nouveau le coeur battant d’une ville aujourd’hui métropole.

Défi particulièrement fascinant.

Sur le même sujet

Top