Rénovation énergétique des bâtiments : les réponses d’EDF

En Île-de-France, le bâtiment se classe devant les transports, au rang des secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre. Face à ce constat propre à la région, le groupe EDF apporte une réponse complète.

Pas de transition écologique sans performance énergétique. Tel est le crédo du premier énergéticien français, EDF, qui avec l’ensemble de ses métiers, s’engage pleinement en faveur de l’efficacité énergétique des bâtiments. L’enjeu prend une acuité particulière en Île-de-France. Selon Airparif, le bâtiment, résidentiel ou tertiaire, représente dans la région Capitale 48 % des émissions de gaz à effet de serre contre 28 % au niveau national.

Grands ensembles et patrimoine haussmannien

C’est particulièrement vrai en matière de logements. Mais la rénovation énergétique des grands ensembles verticaux, copropriétés privées ou logements sociaux, est tout aussi complexe que celle du parc historique parisien. « A mon sens, la grande question est patrimoniale », estime Alexandre Labasse, architecte et directeur du Pavillon de l’Arsenal à Paris. « Il s’agit de savoir comment on trans- forme la ville pour qu’elle consomme moins, devienne plus vertueuse, et conserve dans le même temps son esthétisme », souligne-t-il.

Sobriété et efficacité

L’agglomération parisienne représente donc un terrain idéal pour le développement d’une stratégie vertueuse de rénovation énergétique des bâtiments. Et les leviers sont nombreux, passant en premier lieu par la sobriété et la baisse des consommations. Le remplacement du toit, des sols et des fenêtres se conjugue avec une optimisation de l’isolation et de la ventilation.

« Grâce à la pompe à chaleur, nous récupérons à l’extérieur la chaleur que l’on aimerait obtenir à l’intérieur, explique Olivier Dekens, directeur développement et communication de Cham filiale du Groupe EDF, spécialisée dans les installations de chauffage à énergies renouvelables. Le coefficient de performance est de 3 à 4 sur les PAC, soit une économie d’énergie d’au moins 70 % par rapport au gaz et de 90 % par rapport au fioul. En outre, c’est de l’énergie gratuite, renouvelable et locale ». La stratégie de rénovation énergétique du Groupe passe également par une meilleure efficacité énergétique grâce à l’installation d’équipements performants qui permettent un pilotage optimal des consommations énergétiques d’une commune, d’un quartier ou d’un bâtiment.

4 600 m2 de panneaux produiront 25 % des besoins du centre aquatique de Saint-Denis en auto-consommation. © PROLOOG / ARCHITECTES VENHOEVENCS ET ATELIERS 2/3/4/

A chaque étape, EDF propose une solution. « Nous sommes une filiale de spécialité de Dalkia groupe EDF, présente Jean-Christophe Clément, directeur innovation et en charge de la communication chez Dalkia Smart Building (DSB). Notre caractéristique est d’intégrer au sein d’une même entreprise l’ingénierie technique, l’ingénierie performancielle et la réalisation de travaux complexes (multi-énergies, tous lots techniques + lot bâti, IoT et numérique). En ce sens, les offres qui expriment le mieux notre savoir-faire sont les marchés globaux de performance énergétique sur du patrimoine bâti public et privé, les smart grids multi-énergies et les green data centers », poursuit-il.

« Depuis notre création, l’innovation est partie intégrante de notre ADN. Nous apportons de l’innovation contractuelle en ayant été parmi les précurseurs des contrats de performance énergétique, de l’innovation technique avec des solutions haute performance et bas carbone et également de l’innovation numérique avec l’intégration d’objets connectés et de hub de services afin de mettre le bâtiment au service de ses occupants. La sensibilisation aux bonnes pratiques énergétiques est aussi un axe fort de nos innovations », ajoute-t-il. Des solutions de décarbonation toujours plus nombreuses et qui peuvent bénéficier aux collectivités locales, aux bailleurs sociaux, aux entreprises et aux particuliers.

Auteur
Top