L’école des réseaux pour la transition énergétique s’expose à l’Amif

L’école des réseaux pour la transition énergétique fédère de nombreux professionnels des réseaux d’électricité, qui œuvrent avec l’Éducation nationale pour renforcer l’attractivité des métiers en forte tension dans ce domaine. Laurent Perrault, directeur régional chez Enedis Ile-de-France Est, était présent lors du dernier salon de l’Amif pour présenter l’initiative.

Alors que l’on dénombre 21 000 installations de recharge pour véhicules électriques (IRVE) en Ile-de-France aujourd’hui, les besoins à l’horizon 2035 sont estimés à 168 000. Le doublement au cours des années qui viennent de la production d’énergie renouvelable (ENR) illustre également l’ampleur des besoins en main d’œuvre. « Les besoins en ressources humaines des entreprises de réseau sont estimés à 10 000 personnes par an au plan national », indique Laurent Perrault, directeur Ile-de-France Est d’Enedis, qui recrute dès à présent une centaine de nouveaux collaborateurs chaque année, majoritairement des techniciens et des ouvriers spécialisés, 200 sur toute l’Ile-de-France. La pose de câble, de tableau de distribution ou de répartition, ainsi que le raccordement de nouvelles infrastructures ou de bornes électriques constitue l’essentiel des tâches à accomplir pour les professionnels de la distribution d’électricité tels qu’Enedis.

Laurent Perrault, directeur Ile-de-France Est d’Enedis. © Jgp

Ce projet permet par ailleurs aux élèves de bénéficier d’un accompagnement individuel leur permettant de construire leur projet professionnel, d’un taux de réussite au bac amélioré grâce au mentorat et d’une embauche à la clé. © Jgp

L’école des réseaux pour la transition énergétique fédère autour d’Enedis et de RTE (réseau de transport d’électricité) de nombreux professionnels du secteur (*). La structure a signé des conventions avec de nombreux établissements scolaires professionnels d’Ile-de-France formant notamment au bac pro de monteur électrique (Bac pro Melec) ou au BTS d’électrotechnique. Les entreprises concernées accueillent des élèves en stage ou en alternance, qu’ils soient en formation initiale ou continue. Elles fournissent du matériel d’essai et de formation aux classes, dépêchent leurs agents pour des interventions de présentation des métiers auprès des élèves qui se voient attribuer des mentors attitrés. Tout cela afin de renforcer l’attractivité de ces filières de formation et augmenter le nombre de professionnels formés. Ce projet permet par ailleurs aux élèves de bénéficier d’un accompagnement individuel leur permettant de construire leur projet professionnel, d’un taux de réussite au bac amélioré grâce au mentorat et d’une embauche à la clé.

Le recrutement annuel des étudiants est d’autant plus essentiel qu’il devra répondre à l’augmentation prévue de la consommation finale d’électricité de 25 % à 55 % d’ici 2050. Cela nécessite donc d’adapter les compétences aux innovations technologiques du secteur.

Fabrication d’équipements, de câbles, de matériels de raccordement, installation, exploitation, maintenance, transport et distribution : la filière, qui représente aujourd’hui près de 1 600 entreprises et près de 100 000 salariés en France, estime qu’environ 8 300 emplois sont à pourvoir chaque année, dont 3 300 en alternance.

(*) : RTE, FNTP, Serce, Sner, Gimelec et Sycabel

Sur le même sujet

Top