L’agence « Campana Eleb Sablic » devient « Grand Public »

Changement de nom pour l’agence Campana Eleb Sablic, spécialisée dans la réalisation d’enquêtes filmées et de réunions publiques auprès des usagers dans le cadre de projets de transformation. Elle devient « Grand Public ».

« Ce nouveau nom part de l’actif industriel qu’est le nôtre », résume Frédéric Gilli, qui détient, avec Laurent Sablic, la société créée en 1984 par Jean-Charles Eleb et André Campana. Cet actif industriel réside dans l’engagement singulier qui fait l’ADN de l’agence désormais installée rue des Bourdonnais, à deux pas des Halles : aborder les projets, qu’il s’agisse d’aménagement, de réforme institutionnelle ou de conduite du changement interne à des grandes entreprises en partant des questionnements de leurs usagers. Frédéric Gilli est intarissable sur le sujet.

gp2

Frédéric Gilli et Laurent Sablic, co-dirigeants de « Grand public », ex-Campana / Eleb / Sablic © DR

Et les productions de l’agence le démontrent. Loin de concertations prétextes, de commande, « ripolinées », elles reposent sur la constitution minutieuse de panels larges, dont les participants seront filmés chacun après de longs entretiens préparatoires. Avec, toujours, la volonté de partir de leurs visions, de leurs préoccupations et de les faire partager à l’ensemble des acteurs concernés, dans le cadre de réunions de concertation également préparées avec attention. Il s’agit ainsi d’y inviter et de s’assurer de la présence active de ceux que l’on n’entend jamais : ouvriers, chefs d’entreprises, femmes au foyer, jeunes, chômeurs… Et ils viennent ! « On a failli écrire un livre qui se serait intitulé « Mais comment vous faites pour les trouver ?», puisque c’est ce que l’on nous dit à chaque fois » racontent, Frédéric Gilli et Laurent Sablic. Sans se prendre trop au sérieux.

Liberté éditoriale

« Grand Public » est jalousement attaché à sa liberté éditoriale et son indépendance, des principes qu’elle partage avec ses clients, autant dans le cadre des web TV qu’elle réalise pour des grands comptes que dans des démarches d’aménagement participatives. Une indépendance née avec l’agence, en 1984, quand André Campana et Jean-Charles Eleb la fondent après avoir quitté FR3, où ils produisent alors « Vendredi Grand Public ». Un talk-show qui fit date dans l’histoire de l’audiovisuel français, avec des soirées à thèmes, tournées dans des lieux emblématiques, les hauts-fourneaux de Longwy, un supermarché à Toulon, une tour de bureaux à la Défense… et en invitant à débattre à la fois l’ouvrier et le PDG, le cadre sup et l’élu du coin. « Les deux journalistes ont quitté FR3 avec la conviction que l’audiovisuel pouvait servir à quelque chose, à l’opposé des purs divertissements », résume aujourd’hui Laurent Sablic, journaliste. Frédéric Gilli, lui-même chercheur, géographe et économiste, a suivi cette même pente : quitter la recherche et l’écriture d’essais avec l’espoir d’un impact accru sur le réel, le désir de faire bouger les lignes. « Nos vidéos servent à peser sur le jeu d’acteurs », résument-t-ils encore.

Frictions et contradictions

« Si l’on considère que les gens ont le droit de vote parce qu’ils sont fondés à avoir un avis sur l’avenir de leur pays, c’est sans doute que l’on peut leur demander ce qu’ils pensent de l’avenir de leur quartier, de leur ville ou de leur entreprise », poursuivent-ils. « Ce n’est pas en cachant les frictions et les contradictions que l’on obtient les meilleurs résultats, mais en les assumant publiquement pour les dépasser », estiment également les dirigeants de « Grand public », dont la liste des clients va de la Fédération nationale des travaux publics, pour un travail sur le regard que portent les Français sur l’état de leurs infrastructures, à la ville d’Aubervilliers et Grand Paris Aménagement, dans le cadre du projet d’aménagement du Fort d’Aubervilliers… mais aussi la MGEN, Malakoff, Sceaux, l’Insee, Grand Paris Seine Oise, Generali, Toulouse ou la région Ile de France et la quasi totalité des départements franciliens.

« Grand public » collabore aussi avec Harris Interactive, CSA, OpinionWay ou la Sofres, dans le cadre de vastes missions de concertation, dont elle assure à la fois les enquêtes filmées auprès de la population, l’organisation de réunions publiques aboutissant à de projets de territoire concertés (PADD, PLUi, PDUi…). Autant de démarches, concluent Gilli et Sablic, où « nous ne nous contentons pas d’apporter des chaises et des micros mais lors desquelles nous créons les conditions d’un débat productif ».

 

 

Sur le même sujet

Top