Navettes autonomes à Paris : premier bilan prometteur

Le 7 avril 2017 s’est achevée la période d’expérimentation des deux navettes autonomes et électriques circulant sur le pont Charles de Gaulle (12e et 13e arr.), reliant les gares de Lyon et d’Austerlitz. Les partenaires de l’expérience - Paris, le Stif et la RATP - en tirent un « bilan très prometteur ».

30 000 voyageurs sont montés à bord des navettes autonomes circulant sur le pont Charles de Gaulle entre le 23 janvier et le 7 avril 2017. D’une capacité de six places assises, ces navettes, rechargées la nuit, ont circulé 7 jours sur 7, de 14h à 20h, avec un agent présent à bord. Pour les parties prenantes de cette expérimentation d’un nouveau moyen de circulation entre les gares d’Austerlitz et de Lyon, il y a là lieu de se féliciter d’un « véritable succès ».

Une navette autonome Easymile à l’essai à Paris.

Cette expérimentation marque une étape importante pour la RATP, le Stif et la ville de Paris, alors que le véhicule autonome constitue une opportunité future pour compléter l’offre de mobilité existante. Il pourrait permettre de répondre à des demandes de mobilité non satisfaites aujourd’hui (territoires peu denses, faibles flux, premiers et derniers kilomètres…), offrant plus de souplesse et d’adaptabilité, et d’imaginer de nouvelles formes de services à offrir aux voyageurs de demain, font valoir les partenaires.

L’expérimentation a permis de dégager des pistes d’amélioration. Notamment sur l’espace intérieur des navettes conçues par la jeune pousse française Easymile. Le trio RATP, Stif et Paris est en voie de répéter l’expérience  « dans les prochains mois », entre le château de Vincennes et le Parc floral du bois de Vincennes (12e arr.). On retrouvera également les navettes sur un territoire clef de la région capitale puisque le CEA de Saclay bénéficiera d’une desserte interne de son site par les engins autonomes.

Sur le même sujet

Top