Déconfinement : Stéphane Troussel demande que les spécificités du 93 soient prises en compte

Le président de la Seine-Saint-Denis a écrit au ministre de la Santé et au préfet du département. Il demande une prise en compte de la précarité sociale dans le cadre du déconfinement, ainsi que la transparence « la plus totale », notamment sur les indicateurs épidémiologiques.

«  Les grands principes qui guident désormais le volet sanitaire du plan national de déconfinement, notamment le triptyque « repérer/tester/isoler », me semblent pertinents mais devront faire l’objet d’une adaptation toute particulière en Seine-Saint-Denis pour tenir compte à la fois du niveau de l’épidémie et de ses caractéristiques spécifiques », écrit Stéphane Troussel jeudi 30 avril 2020 dans une lettre au ministre de la Santé Olivier Véran. Le président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis demande, en l’occurrence, que l’on tienne compte « d’un éloignement plus marqué d’une partie de la population par rapport au système de soins, en particulier libéral ».

Stéphane Troussel. © Jgp

« Beaucoup d’habitantes et d’habitants n’ont pas de médecin traitant. Cet éloignement peut résulter d’une carence objective de l’offre de soins, de problèmes de couverture sociale ou encore de difficultés d’ordre social ou culturel », souligne l’élu.

Transparence épidémiologique

Stéphane Troussel demande également que le gouvernement tienne compte « d’une plus grande prévalence de la précarité sociale, qui rend plus complexe le confinement ». Dans cette perspective, la Seine-Saint-Denis a formulé une série de propositions opérationnelles au préfet du département. « J’insiste notamment sur la nécessité de rendre le plus accessible possible les centres Covid en atténuant la notion de prescription initiale, de mobiliser les pharmacies en les intégrant dans le dispositif ou de prévoir un volet social important », souligne l’élu.

« Enfin, conclut Stéphane Troussel, j’attire votre attention sur le fait que seule une coopération étroite entre l’Etat et les collectivités permettra de sortir au plus vite de la situation critique que connaît notre territoire, et qu’il nous faut pour cela continuer à travailler dans la plus grande confiance, ce qui suppose aussi la transparence la plus totale, par exemple dans notre accès quotidien aux indicateurs épidémiologiques. »

Sur le même sujet

Top