Inondations : des fonds d’urgence débloqués pour les communes sinistrées

Le niveau de la Seine a atteint, jeudi 2 juin 2016, 5,10 m à Austerlitz d’après les services de la ville de Paris. Le passage au niveau de vigilance orange sur l’ensemble du bassin de la Seine a été décrété. La Région a annoncé la mise en place d’un fonds d’urgence doté d’un million d’euros pour les communes sinistrées, nombreuses en Seine-et-Marne et en Essonne.

« Paris est confrontée à une crue de la Seine depuis plusieurs jours, qui devrait s’accentuer jusqu’à la fin de la semaine », a annoncé le 2 juin 2016 la mairie. Selon les estimations de Vigicrues, le fleuve devrait connaître un pic au maximum de six mètres, le 3 juin vers la mi-journée. Une cellule de crise a été réunie et l’action de l’ensemble des services concernés doit permettre de limiter l’impact du phénomène sur les Parisiens et visiteurs.

Le réseau francilien impacté

La SNCF a déclenché le 2 juin une nouvelle phase de son plan de préservation du RER C et suspendu le trafic sur la ligne. Au total dans la région, une vingtaine de zones et une quinzaine de passages à niveau sont impactés par des inondations ou des glissements de terrain selon la compagnie ferroviaire. Les lignes R et N sont ainsi touchées, de même que la ligne D fermée entre Corbeil et Melun depuis le 25 mai.

Inondations en gare de Souppes-sur-Loing.

Inondations en gare de Souppes-sur-Loing. © SNCF

A Paris, l’ensemble des voies sur berges a été fermé, dont la voie Georges Pompidou. Le Medef a saisi l’occasion pour pointer les « conséquences de sa future piétonisation », « des conséquences majeures et immédiates sur la circulation de Paris et de sa métropole » : « Les entreprises du Grand Paris demandent à la maire de Paris de reporter ce projet », a fait valoir Jean-Louis Schilansky, président du Medef Paris.

Néanmoins, le plan Sequana, scénario catastrophe prévoyant une crue de plus de huit mètres en Ile-de-France, n’est fort heureusement pas encore d’actualité. En effet, les répercussions sur la vie des Parisiens restent minimes. « Uniquement deux péniches, dont celle du resto du Cœur, ont dû être déménagées, ainsi que leurs occupants », a déclaré le 2 juin Colombe Brossel, adjointe à la maire de Paris, chargée de la sécurité et de la prévention. « Il n’y aura pas d’ouverture des espaces verts jusqu’à lundi en raison d’éventuelles chutes d’arbres », a-t-elle ajouté.

Deux fonds d’urgence annoncés

La Seine-et-Marne et l’Essonne sont les deux territoires les plus touchés. En Seine-et-Marne, le président du conseil départemental Jean-Jacques Barbaux a débloqué un fonds d’aide d’urgence de 600 000 euros. En Essonne, les 49 enfants de la Maison d’enfants à caractère social (Mecs) de Verrières-le-Buisson ont du être relogés par le département. Les écocentres (déchèteries) d’Athis-Mons, Vigneux et Corbeil-Essonnes sont également fermés.

Inondations à Saint-Fargeau.

Inondations à Saint-Fargeau-Ponthierry. © SNCF

La Région Ile-de-France a aussi été mobilisée dans les lycées suite aux intempéries. D’après le dernier bilan établi le 2 juin par Valérie Pécresse, présidente de la Région, cinq lycées sont fermés ; trois en Seine-et-Marne et deux en Essonne. La présidente a par ailleurs annoncé la mise en place d’un fonds d’urgence doté d’un million d’euros pour les communes sinistrées afin de réhabiliter au plus vite les équipements publics endommagés. Elle se rendra le 3 juin dans les départements des Yvelines et de Seine-et-Marne.

Deux aspects de cette crue ont été mis en exergue par Colombe Brossel, ajointe à la maire de Paris. « D’une part, son caractère inhabituel, au mois de juin, mais aussi la rapidité de la montée des eaux. » En revanche, les services n’ont pas voulu s’avancer sur les coûts de l’ensemble de ces opérations pour la Ville.

Sur le même sujet

Top