SUV à Paris : 54,55 % des votants pour un stationnement plus cher

Une majorité de Parisiens s’est exprimée en faveur du triplement du tarif de stationnement pour les véhicules de plus de 1 600 kg. Des questions plus locales étaient également posées dans cinq arrondissements. Le scrutin n’a attiré que 5,68 % du corps électoral dans les bureaux de vote.

La démocratie participative, cette « démocratie continue », comme l’a qualifiée dimanche soir la maire de Paris, citant Dominique Rousseau (*) à l’issue du scrutin, peine encore à attirer les électeurs en masse dans les bureaux de vote. La participation à cette deuxième votation citoyenne, après celle organisée sur les trottinettes en libre-service, n’a suscité le 4 février qu’une participation de 5,68 % du corps électoral de la Capitale (78 121 votants sur 1 374 531 inscrits).

Anne Hidalgo entourée de membres de la majorité municipale, dimanche 4 février à l’issue du scrutin. © Jgp

Yves Charpenel, premier avocat général honoraire près la Cour de cassation, président de la commission de contrôle du scrutin et de la commission de déontologie de la ville de Paris. © Jgp

Anne Hidalgo avec Yves Charpenel, le soir du scrutin. © Jgp

Les électeurs étaient appelés à se prononcer pour ou contre le triplement des tarifs de stationnement des véhicules les plus lourds. 54,55 % des suffrages exprimés (42 415 voix) se sont prononcés en faveur d’une telle mesure. 45,45 % des votants (soit 35 340 voix) se sont prononcés contre.

A l’issue des résultats annoncés par Yves Charpenel, premier avocat général honoraire près la Cour de cassation, président de la commission de contrôle du scrutin et de la commission de déontologie de la ville de Paris, Anne Hidalgo a indiqué que le dispositif résultant de cette votation fera l’objet d’une délibération lors du conseil municipal de mai prochain. Le temps de sécuriser juridiquement ces tarifs différenciés, qui doivent s’appliquer à partir du 1er septembre 2024.

Plus dangereux, plus polluants

A compter de cette date, tous les véhicules de plus de 1 600 kg (2 000 kg pour les véhicules électriques) se verront donc appliquer un tarif de stationnement multiplié par trois dans les rues de Paris. Cette mesure ne s’appliquera pas au stationnement dit résidentiel, c’est-à-dire autour du domicile des habitants. Mais les Parisiens, comme les autres, s’acquitteront du tarif augmenté dès lors qu’ils quitteront leur quartier.

La maire de Paris a rappelé que ces véhicules lourds et encombrants représentaient un danger accru, pour les enfants comme pour les ainés, et qu’ils polluaient davantage.

Une urne, mairie du 13e arrondissement de Paris. © Jgp

Le groupe Changer Paris a réagi en soulignant la faiblesse du taux de participation : « Avec 5,68 %, la votation destinée à créer un tarif de stationnement différencié à Paris, pour les SUV non-résidents, s’est déroulée dans l’indifférence générale, estiment Les Républicains et apparentés. Cette participation très faible conjuguée à des résultats serrés sur une mesure revendiquée comme emblématique par Anne Hidalgo et son équipe constituent un véritable désaveu pour la maire de Paris ».

Pour Pierre-Yves Bournazel (Horizons), « évidemment qu’il faut moins de SUV à Paris. Car nous devons regagner de l’espace hier consacré à la voiture pour le remettre au service des piétons, des mobilités douces et de la végétalisation ». Mais pour l’élu de Paris « Anne Hidalgo sait très bien que les Parisiennes et les Parisiens sont déjà largement opposés à la présence des SUV à Paris. Elle ne cherche pas à faire de la démocratie locale mais à obtenir un plébiscite ».

 

* Dominique Rousseau est un juriste et professeur de droit constitutionnel français, ancien membre du Conseil supérieur de la magistrature de 2002 à 2006, auteur de plusieurs ouvrages dont « Réclamer en démocratie ».

Les questions locales posées le 4 février 2024

Pour la première fois cette année, les mairies d’arrondissement pouvaient soumettre à la votation du 4 février 2024 une question d’intérêt local propre à leur arrondissement.

Paris Centre

Pour ou contre le réaménagement significatif de la place du Louvre faisant davantage de place aux piétons, à la végétation et aux transports en commun ?

Pour : 71,51 % (3 100 voix) / Contre : 28,49 % (1 235 voix)

8e arrondissement

Pour ou contre accélérer la piétonisation et la végétalisation des voies du 8e arrondissement et plus particulièrement certaines portions de la rue de Monceau et de la rue de Liège ?

Pour : 41,08 % (907 voix) / Contre : 58,92 % (1 301 voix)

10e arrondissement

Pour ou contre réserver les trottoirs du boulevard de Magenta aux piétons et créer de nouvelles pistes cyclables sécurisées sur la chaussée ?

Pour : 75,83 % (2 930 voix) / Contre : 24,17 % (934 voix)

12e arrondissement

Pour ou contre la réalisation de nouveaux espaces piétonnisés aux abords des équipements municipaux fréquentés par les enfants (crèches, bibliothèques, gymnases, etc.) ?

Pour : 69,88 % (4 000 voix) / Contre 30,12 % (1 724 voix)

20e arrondissement

Pour ou contre l’expérimentation d’une caisse alimentaire solidaire dans le 20e arrondissement ?

Pour : 81,86 % (4 161 voix) / Contre : 18,14 % (922 voix)

© Jgp

Les caisses alimentaires solidaires doivent permettre à des habitants de cotiser dans un fonds, abondé par la Ville et distribué selon des critères participatifs. Les bénéficiaires disposent ainsi d’un montant à dépenser dans des commerces membres du réseau, favorisant le développement de circuits de production et de distribution durables, indique la municipalité.

Sur le même sujet

Top